les balayeuses “système Topaze”

50_1207303118_2Le conseil municipal de Saint-Quay-Portrieux a validé la décision d’achat d’une balayeuse municipale, pour remplacer l’ancienne, à bout de souffle. Balayeuse municipale, je ne peux pas m’empêcher de penser à la pièce de théâtre Topaze, de Marcel Pagnol, où Castel-Bénac, Conseiller municipal, fait acheter par la ville des balayeuses qu’il fournit lui-même, à des prix exorbitants, au travers de sociétés écran ou d’hommes de paille, comme le brave Topaze, professeur à la pension Muche. N’y voyez aucune critique de la municipalité, Saint-Quay-Portrieux n’a acheté qu’une balayeuse et pas cinquante, et Quelen n’est pas Castel-Bénac. Mais j’ai été très marqué par Marcel Pagnol, j’ai passé mon enfance dans ces collines qui lui étaient chères, le dimanche, j’allais à la messe à l’église de la Treille, son village, j’ai fréquenté le lycée Thiers, son lycée, et j’ai adoré ses pièces de théâtre, ses récits d’enfance et ses films. Aussi je profite de l’actualité pour vous soumettre la lecture ou la relecture des scènes VI et VII du premier acte. La pièce n’a pas vieilli, la prévarication et la corruption sont maintenant planétaires…

ACTE III. SCÈNE VI

Entre un vénérable vieillard. Il porte des favoris blancs comme un notaire de province. Toute sa personne est d’une éminente dignité. Il s’avance, l’air triste et noble, et salue Topaze cérémonieusement.

Le vénérable vieillard : J’ai le plaisir de parler à monsieur Topaze ?

Topaze : Oui, monsieur. En quoi puis-je vous servir ?

Le vénérable vieillard : En rien, monsieur. Ce n’est point pour vous demander votre aide mais pour vous offrir la mienne que je suis venu ici aujourd’hui.

Il s’assoit près du bureau.

Topaze : Je vous remercie par avance, monsieur, mais j’aimerais assez savoir qui vous êtes.

Le vénérable vieillard : Qui je suis ? Un vieux philosophe qui a la faiblesse de s’intéresser aux autres. Quant à mon nom, il importe peu. Venons-en au fait. Vous avez dû lire, avant-hier, dans une feuille publique, un écho qui contient une allusion assez nette à certaines affaires que vous avez traitées.

Topaze : Oui, monsieur. Il m’a semblé, en effet, que le pion douteux pouvait bien s’appliquer à moi-même, quoique je n’aie pas été révoqué pour une affaire de mœurs.

Le vénérable vieillard : Je l’admets mais il faut bien accorder un peu de fantaisie aux journalistes Il n’en est pas moins vrai que vous avez fourni à la ville des balayeuses dites “système Topaze”. Or, ces véhicules sortent d’une maison italienne et vous n’êtes, en l’affaire, que le prête-nom de M. Castel-Bénac. Le directeur de ce journal a fait lui-même une enquête des plus sérieuses, et le numéro de demain doit révéler toute la combinaison à ses lecteurs. C’est ce numéro que je vous apporte. Voici.

Il tend un journal à Topaze. En première page, un titre énorme :  “Le scandale Topaze”. Tandis que Topaze, effaré, le parcourt, le vénérable vieillard l’observe.

Le vénérable vieillard : Quatre colonnes de preuves irréfutables ! Cinq cent mille exemplaires dans les rues demain matin.

Topaze : Avec ma photographie Mais enfin, monsieur, pourquoi ces gens-là veulent-ils me perdre ?

Le vénérable vieillard, dignement : Monsieur, le premier devoir de la presse, c’est de veiller à la propreté morale et de dénoncer les abus. Je dirais même que c’est sa seule raison d’être. Enfin, vous voilà prévenu. Il se lève.

Topaze : Je vous remercie de votre démarche spontanée, quoique je n’en tire pas un grand avantage

Un temps.

Le vénérable vieillard : Vous n’avez rien à me dire ?

Topaze : Non, monsieur. Que dire ?

Le vénérable vieillard (insinuant) : Je connais bien Vernickel, le directeur. Ne me chargerez-vous point d’une commission pour lui ?

Topaze : Dites-lui qu’il a raison et qu’il fait son devoir.

Le vénérable vieillard : Oh! voyons, monsieur, vous n’allez pas attendre que le scandale éclate? (Topaze répond par un geste de lassi­tude et d’impuissance.) Réfléchissez, monsieur, l’honneur est ce que nous avons de plus précieux et il vaut tous les sacrifices. Vernickel n’est pas une brute Certain geste pourrait le toucher Allons, monsieur, vous devinez ce qui vous reste à faire ?

Topaze : Monsieur, je n’ose vous comprendre.

Le vénérable vieillard (souriant) : Osez, monsieur osez

Topaze : Et vous croyez que si je fais ce geste, le numéro ne paraî­tra pas ?

Le vénérable vieillard : Je vous donne ma parole d’honneur que c’est un enterrement de première classe.

Topaze (perplexe) : De première classe?

Le vénérable vieillard : Allons, un peu de bonne volonté. Exécutez-vous.

Topaze, hagard : Tout de suite ?

Le vénérable vieillard : Ma foi, le plus tôt sera le mieux.

Topaze, même jeu : Quoi ? Devant vous ?

Le vénérable vieillard (joyeux) : Tiens, mais oui, parbleu !

Topaze : Monsieur, vous tenez donc à voir râler un de vos sem­blables ?

Le vénérable vieillard (débonnaire) : Mais qui vous oblige à râler ? C’est ce que je leur dis toujours. Pourquoi râler, puisque vous finirez par y passer comme les autres ? Mais non, ils râlent toujours, on dirait que ça les soulage !

Topaze (indigné) : Mais savez-vous bien, monsieur, que ce sang-froid ne vous fait pas honneur ? Oui, j’ai commis une faute grave, je le reconnais, je l’avoue. Oui, j’ai mérité un châtiment Mais, cependant

Castel-Bénac vient d’entrer. Il regarde Topaze, puis le vieux monsieur, puis Topaze.

SCÈNE VII

Castel-Bénac : Qu’est-ce que c’est?

Topaze : Cet homme a surpris nos secrets, et il exige que je me tue devant ses yeux.

Castel-Bénac :  Sans blague ?

Le vénérable vieillard : Mais non, je voulais

Castel-Bénac : Combien?

Le vénérable vieillard : Vingt-cinq mille.

Il donne à Castel-Bénac le numéro du journal.

Topaze : Comment, monsieur

Castel-Bénac : Taisez-vous, asseyez-vous, cher ami (Il parcourt le journal) Bien. Est-ce que Vernickel sait que je suis dans le coup?

Le vénérable vieillard : Oui, mais il m’avait dit de m’adresser à M. Topaze.

Castel-Bénac : II n’est pas bête. “Allô, mademoiselle Demandez-moi Vernickel à la Conscience Publique.” Dites donc, vénérable vieillard, ce n’est pas la première fois que vous faites du chantage ?

Le vénérable vieillard (froissé) : Oh! Monsieur… Ai-je l’air d’un débutant ? J’ai commencé avec Panama.

Castel-Bénac : Ça, c’était du beau travail.

Le vénérable vieillard : Ah, oui Des députés, des ministres, pen­sez donc Des gens très bien J’en ai fait une quarantaine, et sans entendre seulement un mot grossier Et pourtant, à cette époque-là, je n’avais pas encore le physique

Castel-Bénac : “Allô?” Le physique, ce n’est rien, mais c’est le culot !

 Le vénérable vieillard : Eh bien, monsieur, ne croyez pas ça. Le physique, voyez-vous

Castel-Bénac (au téléphone) : Bonjour, mon cher Vernickel Pas mal, mon vieux, et vous-même ? Dites donc, il y a chez moi un vénérable vieillard qui vient de votre part. Je le trouve un peu cher. Oui, une petite réduction. Non, encore trop cher Ce que je donne? Eh bien, je donne cinq francs, oui cent sous. Bon. Eh bien, mon cher, vous avez tort de menacer un vieil ami. Attendez une seconde (à Topaze) Le dossier (Topaze lui passe le dossier) Une petite histoire (il lit sur une fiche) Vous avez peut-être connu un apprenti imprimeur qui s’enfuit de Melun en novembre 1894 en emportant la caisse de son patron ? Il fut condamné le 2 janvier 1898 par le tribunal correctionnel de Melun à treize mois de prison Très curieux, hein ? Ah ! bon ! bon ! Un sim­ple malentendu, évidemment Très vieille amitié, mais oui. Et votre pe­tit Victor va bien ? Oui, c’est à cet âge-là qu’ils sont le plus intéressants Au revoir, cher ami. A bientôt ! (au vénérable vieillard) C’est réglé.

Le vénérable vieillard (souriant) : Et fort bien réglé, monsieur, mes compliments Je n’ai plus qu’à me retirer.

Castel-Bénac : Aucun doute là-dessus.

Le vénérable vieillard : Mais je voudrais vous demander une faveur.

Castel-Bénac : Laquelle ?

Le vénérable vieillard : Voulez-vous me permettre de copier la suite de la fiche de Vernickel ?

Castel-Bénac : Vénérable vieillard, je vous trouve un peu culotté !

Le vénérable vieillard : Dans ce cas, n’en parlons plus

Castel-Bénac : Ah ! écoutez. Un mot. (Il l’entraîne dans un coin et lui dit à demi-voix.) Vous me feriez plaisir de sortir à reculons.

Le vénérable vieillard : Pourquoi ?

Castel-Bénac : Parce que si vous me tournez le dos, je ne pourrai pas m’empêcher de vous botter le derrière.

Le vénérable vieillard : Ah ! Fort bien, fort bien

Il sort à reculons et, sur la porte, il s’enfuit.

2 commentaires sur “les balayeuses “système Topaze”

  1. l’histoire est trop souvent oubliée, réalité ou fiction… et pourtant… cela fait des années que moi aussi ma municipalité me fait penser à Topaze… et pas qu’elle… le pire étant, si je puis dire, que dans la plupart des cas il ne s’agit pas de malversation volontaire le plus souvent… d’ignorance tout au plus… le résultat étant le même, pour les concitoyens, sinon pour les élus… mais j’enrage de voir ces laveuses officier, de même que ces souffleuses de feuilles, qui outre prendre le travail de quelques personnes, s’avèrent a minima bruyantes et dérangeantes pour le citoyen-contribuable, mais pire, bien pire, tout à fait inefficaces (j’ai même vu une balayeuse œuvrer par temps de pluie… c’est dire…) Ce qui m’étonne est l’apathie de nos concitoyens face à tant de gabegie…

  2. L’inscription au budget primitif 2015 de l’achat de cette balayeuse de voirie semble émouvoir Michel Jounent d’une part par son montant, et d’autre part par son système de géolocalisation.
    Avant de décréter exorbitant le montant de cette acquisition, peut-être faut-il se poser quelques questions : pour quel usage (balayage/aspiration, balayage/aspiration + nettoyage) ? type de motorisation ? énergie utilisée ? durée de l’amortissement ? Quelles précisions le budget primitif apporte-t-il sur ces points ?
    Je suggère pour se faire une idée du prix d’une balayeuse de voirie la lecture de l’article suivant :
    http://balayeuse-autolaveuse.comprendrechoisir.com/comprendre/balayeuse-voirie
    Le montant budgété par la mairie ne semble pas déraisonnable si le choix se porte sur un modèle à batterie, choix à mon avis invraisemblable compte tenu de l’étendue de la commune.
    Pour ce qui est des modèles thermiques, le prix dépendra de multiples paramètres dont l’énergie utilisée.
    Concernant le système de géolocalisation de la future balayeuse, à combien se monte l’option (si c’est une option) ?
    Sur l’utilité de cet équipement, on peut effectivement penser à une forme de flicage du personnel municipal. Si j’en juge par le degré de professionnalisme et d’implication décrit par Monsieur Jounent dans son blog, cela ne devrait pas poser de problème. La géolocalisation peut aussi avoir d’autres avantages, comme la cartographie des zones nettoyées. Et si on rêve un peu, ce système pourrait être utilisé de façon incitative, en donnant au personnel affecté à l’entretien de la voirie des objectifs quantitatifs que la géolocalisation permettrait de mesurer (et de rétribuer le cas échéant). Mais sur ce dernier point je m’avance peut-être trop …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *