La périphrase pour éviter la répétition

En bon français, la répétition s’évite soit par le pronom, soit par la périphrase. Les journalistes, tous médias confondus, excellent dans l’emploi de cette dernière, j’en veux pour preuve un article publié hier par BFM TV dans lequel j’ai fait figurer le sujet et sa répétition en gras, en bleu pour le pronom, en rouge pour la périphrase :

BFM-TV« La guerre Copé-Fillon a laissé des traces. Trois ans et demi après le fiasco de l’élection du président de feu l’UMP, le scandale de la COCOE et la prise de pouvoir musclée de Jean-François Copé, Henri Guaino craint que l’histoire ne se répète. L’ancienne plume de Nicolas Sarkozy, qui n’exclut pas d’être candidat lui-même, s’inquiète du climat qui règne entre les concurrents à la primaire de la droite et du centre.

Henri Guaino, qui n’en est pas à sa première élection, est lucide sur la situation de son parti, Les Républicains. Selon le député des Yvelines, “tout le monde va se foutre sur la gueule” pendant la campagne à l’investiture pour l’élection présidentielle, croit-il savoir dans les colonnes de Marianne.

Un pugilat auquel pourrait bien participer l’éminence grise de Nicolas Sarkozy, même s’il* refuse de se déclarer officiellement tant qu’il* n’aura pas obtenu les parrainages de 20 parlementaires de droite.

(*) grammaticalement “il” se rapporte à une éminence et devrait s’écrire “elle”, cependant le sujet étant Henri Guaino, “il” devient sémantiquement pertinent.

Pour autant, ses soutiens y croient et assurent, toujours dans l’hebdomadaire, qu’il a “60% de chances” d’y arriver.

Les autres candidats à la primaire n’ont pas attendu Henri Guaino pour mettre le feu aux poudres. Après la tentative de Nicolas Sarkozy de modifier en catimini les règles du vote, l’équipe des juppéistes a accusé l’ancien président de jouer la carte du “pourrissement”. Réponse cinglante de l’ancien chef d’Etat: “Juppé, c’est Chirac, il ne fera rien”.

De son côté, Jean-François Copé prévient Sarkozy qu’il ne doit “pas se faire d’illusion sur (sa) détermination”. Même animosité de Bruno Le Maire à l’égard de François Fillon qu’il accuse de faire la “course à l’échalote ‘plus thatchérien que moi tu meurs’”. La boucle est bouclée avec l’ancien Premier ministre qui juge Nicolas Sarkozy “totalement en dehors de la vie”. »

Un locuteur étranger ne comprendra pas immédiatement qu’Henri Guaino, l’ancienne plume de Nicolas Sarkozy et le député des Yvelines ne sont qu’une même et seule personne.

Les politiques, en revanche, à l’instar du premier d’entre eux, répètent inutilement le sujet par le pronom personnel “La France, elle a des atouts…”, “Cette politique, elle coûte à la croissance”, “Les résultats, ils tardent à venir”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *