Le Gerbot d’Avoine et la mort des petits hôtels

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Affiche Gerbot d'AvoineCombien y avait-il d’hôtels à Saint-Quay-Portrieux du temps de sa splendeur ? Combien y en a-t-il aujourd’hui ? La hausse des coûts salariaux et la hausse des prix de l’immobilier ont conduit la plupart des petits hôtels à fermer pour être rachetés par des centres de vacances ou par des promoteurs pour les découper en studios. Les rares qui ont survécu doivent maintenant fermer sur ordre des préfets pour non respect des normes. Comme l’emblématique Gerbot d’Avoine à Saint-Quay, qui vient de mettre la clé sous la porte.

Les locations entre particuliers, favorisées par les sites de partage comme airbnb font concurrence à l’hôtellerie de milieu de gamme, d’autant plus que ces locations ne sont pas soumises aux mêmes règles drastiques d’hygiène et de sécurité que les hôtels de tourisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *