Stop aux micro-giratoires !

Les giratoires ou carrefours giratoires, ou rond-points avec priorité à gauche, on connaît, la France est championne d’Europe en la matière. Gilles Picolet dans un précédent article a expliqué comment se comporter dans ces carrefours.

Ce qui me chagrine, ce sont ces micro-giratoires, avec un îlot central de la taille d’une grosse pizza qu’il est impossible de contourner pour revenir d’où on vient. Ces giratoires de poupées sont protégés par des panneaux de priorité et j’ai le sentiment que le véhicule prioritaire est celui qui craint le moins pour la peinture de sa carrosserie. Pour ma part, ne sachant pas qui doit passer en premier, je cède le passage systématiquement.

Voici ce qu’écrit Wikipédia à leur sujet : Il est également possible de rencontrer des “micro-giratoire” dont le diamètre extérieur peut être inférieur à 8 et même 6 mètres. La zone entourant l’îlot central ne peut plus être considérée comme une chaussée, puisqu’un véhicule léger classique ne peut y circuler normalement. Un tel carrefour étant dépourvu d’une chaussée circulaire digne de ce nom, il ne peut plus être considéré comme un carrefour giratoire. Un tel dispositif amène à prôner une notion de priorité à gauche et la mise en place d’une notion de priorité pour couper la route d’un véhicule venant en face afin de tourner à gauche, toutes notions absolument contraires au code de la route et créant une situation de risques et dangers extrêmes même pour les conducteurs les plus prudents.

Un commentaire sur “Stop aux micro-giratoires !

  1. Ce système me fait penser à ce que j’avais découvert pour la première fois au Québec, et qui tend à apparaître de plus en plus souvent en France.
    Il s’agit d’un carrefour classique, à angle droit, de 2 routes.
    A chacune des voies nous nous trouvons face à un Stop.
    Lequel passe le premier s’il y a 4 véhicules en même temps.
    Priorité à droite ? Il y a forcément toujours quelqu’un à sa droite.
    Le premier arrivé ? Normalement oui, mais faut-il encore que cela soit clair.
    Alors la dernière solution ? Y aller, en bon français, au culot en prétendant que l’on est le premier arrivé et que la voiture de gauche nous laisse la priorité.
    Ce sont les carrossiers qui sont contents…
    Le problème a été posé à l’Assemblée Nationale, avec une réponse de “Normand” du ministre.
    http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-94177QE.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *