Partie de cartes à la Garenne Colombes

Hier c’était le dernier dimanche de printemps et le jour le plus long de l’année avec aujourd’hui, le premier jour de l’été. J’ai passé la journée dehors, ou plus exactement sur une terrasse abritée de la forte chaleur, avec mes amis. Apéritif (connaissez-vous l’anisette Gras ?). Déjeuner avec salade de tomates et entrecôte à la plancha (barbecue Weber), puis partie de belote toute l’après-midi, avec quelques discussions sur les règles, celles de la belote “contrée” n’étant pas uniformisées. Est-on obligé de fournir de l’atout si l’adversaire a coupé et si on ne peut pas monter ? Peut-on surenchérir si on n’a pas enchéri au premier tour ? Peut-on changer de couleur après un contre ? Combien marque l’équipe gagnante qui a contré lorsque le demandeur a chuté ? La belote a-t-elle une quelconque utilité pour l’équipe qui n’a pas demandé le contrat ? En tant que Marseillais, je défendais ma “belote contrée”, mai j’étais seul contre trois, aussi à la troisième manche, nous sommes revenus à la belote classique, avec distribution de 5 cartes d’abord et de 3 cartes après qu’un de joueurs a pris. Ça n’a pas empêché notre équipe de gagner… A l’occasion, je publierai les règles de ma belote marseillaise.

Pendant que nous jouions, l’heure tournait, et la fin du scrutin approchait. Nous étions quatre, deux avaient voté, Adèle et Maud, deux pas encore Ashton et moi. Ashton habite dans une petite commune du Val d’Oise,  à presque une heure de la Garenne Colombes, l’heure avançait, nous étions bien, il était certain que nos candidats respectifs l’emporteraient avec une confortable avance, aussi nous avons décidé de ne pas aller voter.

L’abstention constituera un acte citoyen, un signe donné par la population et ce tant que le vote blanc ne sera pas reconnu à sa pleine valeur, d’une part par la mise à disposition de bulletins vierges et d’autre part par la validation de la victoire d’un candidat uniquement s’il obtient plus de 50% des suffrages exprimés.

Mon abstention était mon acte citoyen de ce dimanche et je le revendique, en même temps, à travers cette abstention (outre ma passion immodérée pour la belote), j’ai exprimé mon désaccord sur le calendrier électoral, ces élections au début de l’été, c’est trop tard, surtout quand ça tombe un weekend de Pentecôte, la succession des présidentielles et des législatives, ça n’est pas une bonne idée, ne parlons pas des primaires.

Après la belote et le dîner (rebelote du déjeuner), ce n’est que vers 21h45 que nous avons allumé le poste, les résultats étaient attendus et la fin de la soirée électorale fut peu palpitante.

Cependant je fus ravi d’apprendre l’élection de Jean-Luc Mélenchon, je pense qu’il apportera beaucoup de bien à ma ville natale de Marseille (j’espère qu’il va s’y implanter), de Manuel Valls pour qui j’avais voté à la primaire socialiste (un homme qui mérite un avenir politique), d’Emmanuelle Ménard à Béziers, une ville où j’ai habité pendant dix ans et qui est en train de se redresser grâce à un maire exceptionnel (eu égard à tous ceux qui l’ont précédé et je parle en connaissance de cause), de Gilbert Collard, qui nous manquerait s’il n’était plus député, de Nicolas Dupont Aignan, un homme courageux et sincère. Ravi de l’élimination des frères anti-européens Philipot, des écologistes politiques comme Cécile Duflot (elle n’est même plus sur la page wikipédia des écologistes français) et Emmanuelle Cosse. Déçu de l’élimination au premier tour de Benoît Hamon, un homme courageux, honnête et sincère, qui avait des idées qui méritaient vraiment d’être déployées (le revenu universel, les perturbateurs endocriniens…).

Avec des élus de valeur, une équipe soudée, je souhaite de tout mon cœur que notre président Emmanuel Macron redresse la France et la porte au firmament des nations, ça sera facilité par le président américain aux cheveux orange en voie d’impeachment, par la première ministre britannique brexitée (et bientôt exitée), par une chancelière allemande cajolée, par un président russe respecté et honoré…

Vas-y Emmanuel, et attends le moment opportun pour éjecter Ferrand et Bayrou.

PS (lundi 20h00) : pour Ferrand, c’est fait, et en douceur chapeau ! Bayrou n’a qu’à se tenir tranquille.

2 commentaires sur “Partie de cartes à la Garenne Colombes

  1. Monsieur Roques,
    Notre “ami commun”, Mimi la Fouine, propriétaire du blog officiel du Fhaine quinocéen, qui lit très attentivement votre blog, nous affuble de surnoms tels que “schpountz” pour moi et ” fuyard ” pour vous !

    J’ai consulté le Larousse en 5 volumes pour connaître la signification de ” schpountz”. Je ne l’ai pas trouvé. Est-ce un terme affectueux voir amical, ou bien est-ce une insulte déguisée ? Je l’ignore !

    Quant à “fuyard”, venant d’un individu qui fuit le principe le plus élémentaire de la démocratie qu’est le droit de réponse sur son blog aux attaques personnelles ( dernier exemple en date : traiter de menteuse ma mère décédée en 1972, ancienne chirurgien-dentiste à Saint-Quay, sans l’avoir jamais connue) ;, je le trouve particulièrement nauséabond.

    Ce commentaire est à destination de ceux qui adressent encore la parole à l’individu en question. Sa seule excuse : ses Troubles Obsessionnels Compulsifs qui reviennent régulièrement et pour lesquels il ne s’est toujours pas fait soigner. Comme sa candidate chérie d’ailleurs. Qui se ressemble, s’assemble !….,

  2. A chaque élection où un parti l’emporte largement, les vaincus qui ne digèrent pas leur défaite, demande immédiatement la proportionnelle. Ou une “dose”.
    De Gaulle a fait voter par 80% de français la Constitution de 1958. Il voulait une assemblée cohérente pour pourvoir gouverner et agir pendant 5 ans. Ce qui a été le cas depuis 1958.
    Voulons nous revoir la 4 ème République et ses changements de président du conseil tous les 6 mois ? Voulons nous un pays, confronté à la concurrence internationale, dirigé par des agitateurs qui ne pensent qu’à leur avenir politique et à leur égo surdimensionné. ( suivez mon regard !) qui proposent une 6 ème république qui n’est que la copie conforme de la 4 ème ? Il faut rester sérieux .

    E. Macron va néanmoins faire étudier , avec la diminution du nombre de députés à 300 prévue dans son programme, une dose de proportionnelle. Soit. Mais il faudra trouver une solution pour que cette dose permette toujours au président et au parti gagnant l’élection, de gouverner pendant la législature. Peut-être un modèle ressemblant aux municipales ?

    Il faudra aussi trouver une solution pour réveiller l’esprit civique et le devoir républicain d’aller voter. On ne peut pas râler après s’être abstenu volontairement. L’incivilité est devenu un sport national,, comme les insultes et les “fake news” sur les blogs Fhaineux, et sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *