Témoignages pour Thomas-Louis-Roques

[contact : denis.roques@gmail.com / 07 83 68 91 20]
Thomas est à l’institut médico-légal de Paris, la police judiciaire recherche la cause de sa mort et auditionne ses proches, nous ne savons pas encore quand nous pourrons organiser ses funérailles.
Revenez visiter cette page pour obtenir des informations sur la date des cérémonies en hommage à Thomas.
Cet article a permis à des amis de Thomas de prendre contact avec nous, les autres activités du blog sont évidemment suspendues.
C’est dans la douleur, le deuil et le chagrin qu’on compte ses amis…

Thomas-Louis RoquesMerci à vous, qui m’avez téléphoné ou envoyé un message pour la mort de mon fils Thomas, continuez à m’adresser des messages et n’ayez pas peur de m’appeler, ça me fera du bien de savoir que vous pensez à Thomas-Louis Roques..
Merci à Charlotte, Juliette, François, Cécile, Marie-Françoise, Madeleine, Annie, Véronique, Nicolas, Céline, Monique, Brigitte, Michel, Michèle, Bruce, Joyce, Alphonse, Carol, Patrick, Ida, Betty, Gigi, Henri, Horst, Georges, Bénédicte, Dominique, Albert, Mélanie, Hervé, Nicole, Albert, Arthur, Christophe je cite les noms en vrac et de mémoire, ce n’est qu’une infime partie, il y a tous les appels à sa maman, Marie-Françoise, à sa compagne Juliette (Legrand), à Sa sœur Charlotte et ses frères François et Adrien, merci pour votre sympathie.
Je ne cite ici que les témoignages des Quinocéens* qui m’ont été adressés par mail ou par sms, je ne peux pas les citer tous, non plus que les gentils appels téléphoniques, et je remercie chaleureusement leurs auteurs.

(*) ce blog était au départ consacré à Saint-Quay-Portrieux et ce sont surtout les Quinocéens qui le consultent, pour quelque temps je vais délaisser les sujets généraux pour consacrer ma mémoire et mon amour à Thomas.

Les messages arrivent de toutes parts, mes amis américains et canadiens voulaient prendre le premier avion pour venir aux obsèques, mais je les en ai dissuadés, ils m’ont tous invités avec insistance à passer plusieurs semaines chez eux.

Un message d’Alphonse Ilekis, mon ami architecte à Chicago :
Moments of sorrow
Our grieving hearts reach out to you and your family in these moments of sorrow. No one can truly understand the pain one feels in the loss of their child. They remember only the love they have for him. It is tragic his life was taken away so early. While he may no longer be here on earth he will always be with us in our hearts. Know that our thoughts are always of you and your family. We love you all and wish we could be of more help.

Je reçois des messages d’amis de fac de Thomas, que je ne connaissais pas et qui me disent le plus grand bien de lui.

J’écrirai sur lui, plus tard, si j’en ai le courage, je ne sais pas si ça m’aidera à surmonter la douleur ou si ça l’aggravera encore.

Voici donc quelques témoignages de mes amis quinocéens :

Henri Hydrio :
Denis, je sens ta douleur, ton mal être; les mots ne suffisent pas.  Je suis passé par là. Lutte pour survivre. La volonté dans l’avenir peut surpasser ce chagrin. C’est injuste et triste. La vie est faite ainsi.
Nous pensons à toi et nous te soutenons de tout cœur.
Ne pouvant être près de toi, compte sur notre amical soutien dans cette épreuve.
Tous les Amis du Moulin se joignent à nous pour te présenter nos condoléances affectueuses.
Henri et Marie-Françoise.

Georges Brézellec :
Bonjour Denis,
J’apprends à l’instant (en lisant ton blog) le malheur qui te frappe, il n’y a pas de mot assez fort pour décrire le choc émotionnel provoqué par la perte d’un enfant, ce drame et ce chagrin te touchent profondément, je comprends ton émotion et je tenais à t’exprimer toute ma sympathie dans ce moment si douloureux.Je te souhaite beaucoup de courage pour surmonter cette épreuve.
Amitiés.

Bénédicte Blanc :
Bonjour Denis,
Je viens d’apprendre cette mauvaise nouvelle par le blog,
Je suis bien attristée et désolée pour vous, sa mère, ses frères et sœurs et toute sa famille,
Soyez assurée de mes prières et de notre sympathie,
Benedicte

Dominique Blanc :
Cher Denis,
J’apprends avec stupeur l’épreuve particulièrement douloureuse qui te frappe. Je suis de tout cœur avec toi et toute ta famille. Mes pensées vont vers ce fils que tu chéris et dont tu es fier à juste titre.. Tous mes vœux de courage en ce moment si difficile t’accompagnent. Tu peux compter sur les prières pour toi et tes proches du croyant que je suis.
Bien amicalement.
Dominique Blanc

Albert Vasselin :
Denis,
je lis sur ton site l’affreuse nouvelle de la mort de ton fils Thomas.
Je vous exprime à ta famille et à toi toute ma compassion.
Mes pensées t’accompagnent dans ton infini chagrin de père et la difficile réalité que tu subis.
Courage.
Très amicalement

Hervé Huc :
Salut Denis,
Janine m’a appris ce matin la terrible nouvelle, je voulais te faire part de toute mon amitié dans ces moments douloureux.
Tu peux compter sur mon soutien. Mes pensées vont vers toi et vers Thomas dans ces moments difficiles.
Je te présente toutes mes condoléances.
Amitiés

Nicole Gridel :
Je viens de lire ton blog et je comprends ta douleur.
Le plus important est de prier pour Thomas.
Je t’embrasse.

Marianne Danguis :
Je te présente mes sincères condoléances à toi et à ta famille.
Courage, la mort d’un enfant est la pire épreuve de la vie.
Ta sœur “bretonne”.
Marianne

11 commentaires sur “Témoignages pour Thomas-Louis-Roques

  1. Cher Denis
    Nous sommes consternés par le décès de Thomas, un jeune garçon si brillant, avec toute une vie devant lui plein d’ illusion, si familier et doux.
    Nous nous unissons à votre douleur et le 20 nous serons en Eucharistie avec vous. Il n’ y a pas de distance dans la douleur et nous vous embrassons bien fort.

  2. Denis,

    Je suis un filleul de ta maman. Nous ne nous connaissons presque pas (nous avons du nous voir une fois ou deux chez tes parents) et je ne connaissais pas Thomas-Louis. Mais je connais tes parents et j’ai toujours aimé l’esprit de ta famille, qui je crois ressemble à celui de la mienne. Et j’ai une fille de 29 ans qui est médecin, et qui est éprise de justice. Je sais ce qu’elle représente pour moi et ne peux imaginer ta douleur. Puisse ce mot de sympathie, même d’un presque étranger, t’aider un petit peu.

    Jacques.

  3. Mon cher Denis

    Les mots me manquent pour t’exprimer toute la tristesse et la peine qui m’ont envahies après avoir appris la mort de Thomas.

    Ce n’est pas dans l’ordre des choses de voir son enfant partir le premier mais j’espère que tu trouveras au fond de toi la force et le courage nécessaires pour surmonter cette difficile épreuve.

    Je partage ta douleur en ce moment de deuil et tiens à ce que tu sache que je suis de tout cœur avec toi et ta famille et je viendrai du Canada pour être à tes côtés.

    Toutes mes pensées t’accompagnent.

  4. Merci à Denise et à Louis, mes chers voisins,
    Je suis parti de Saint-Quay-Portrieux, le 15 juin 2016, sans vous dire au-revoir, plusieurs fois je suis passé devant chez vous sans oser m’arrêter.
    Mais depuis, j’ai souvent pensé à vous, vous que je voyais tous les jours de ma fenêtre, je pensais à toi, Louis, qui m’a aidé et conseillé, et à toi, Denise, pour ton amitié et ta bonne humeur (tu te ballades toujours avec tes bâtons sur le chemin de ronde ?).
    Je vous embrasse et je viendrai vous voir la prochaine fois que je serai à Saint-Quay. Promis juré.
    Denis

  5. Nous venons d’apprendre l’horrible nouvelle. Nous sommes de tout coeur avec toi, cher Denis et partageons ta peine.
    Jean et Françoise

  6. Cher Denis nous mesurons le chagrin qui t’aneantis car il n’y a rien de plus douloureux que de perdre un enfant.
    Nous t’assurons de nos plus affectueuses pensées dans ces moments si douloureux et te présentons nos sincères condoléances
    Louis et Denise Rolland

  7. Merci Michèle et Michel, pour votre amitié.
    Je n’oublierai jamais l’aide que vous m’avez apportée quand j’ai déménagé de Saint-Quay, Michel avec les nombreux voyages avec son C15 pour transporter mes affaires dans le garage de Saint-Brieuc. Michèle pour avoir nettoyé la maison du sol au plafond et fait toutes les vitres. Merci d’avoir hébergé mes plantes, gardé ma voiture et mon vélo et inviter à déjeuner ou à dîner chaque fois que j’ai toqué à votre porte. Heureusement qu’il y a sur terre des gens comme vous.
    J’essaie d’oublier ceux qui m’ont fait du mal et de ne penser qu’à ceux qui m’ont fait du bien, qui m’aiment et que j’aime, ma famille, mes amis.

  8. Denis, après ton appel d’hier nous tenons Michel et moi même a prouver notre très sincère AMITIÉ, et surtout nous nous associons a ta douleur suite au décès de ton FILS, un moment très difficile a vivre. Il est tout a fait anormal qu’un enfant disparaisse avant ses parents. Sache que tu peux compter sur nous et nous serons toujours a tes cotés pour te soutenir dans cette terrible épreuve. Nous ne connaissions pas THOMAS, mais il devait avoir ta gentillesse et l’amour des autres, cela se confirme dans le message de PATRICK qui le connaissait. Nous te souhaitons beaucoup de courage pour les jours a venir. Nos pensées vont vers toi et toute ta famille. Nous t’embrassons. Michel et Michéle.

  9. Denis, lorsque tu m’as annoncé la mort de Thomas j’ai tout de suite pensé à l’immense désespoir qui devait t’accabler.

    J’avais rencontré plusieurs fois Thomas dont tu étais si fier.

    Fier mais inquiet par sa fragilité et son enthousiasme à défendre ce qu’il pensait être juste quitte à se mettre en danger (je pense à l’histoire du métro où il avait été laissé pour mort après s’être opposé à des voyous qui molestaient une jeune femme sous les yeux indifférents des autres passagers.

    J’avais apprécié son côté rêveur et curieux de toutes choses.
    Je sais qu’il aimait son métier de médecin.

    Sa mort me parait irréelle.

    Patrick Ladroue

  10. Bonjour Denis
    En ces moments douloureux, par la pensée nous partageons ton chagrin et nous sommes de tout cœur avec toi et te présentons nos sincères condoléances.
    Jean Marc Josette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *