Ce n’est pas possible

Thomas.

Ce n’est pas possible. Je me répète ça des dizaines de fois pas jour. Comment aurait-on pu imaginer une chose pareille, comment peut-on comprendre et accepter.

Dans 15 jours nous devions passer nos vacances ensemble, toi, Juliette, mon fils et moi.

Les vacances d’été, ça me rappellera toujours toi. Nous passions tous nos étés ensembles à Plein Soleil depuis que nous sommes nés. Il y avait ces running gag qui nous duraient toutes les vacances, les moments dans la piscine, les goûters dans la pénombre de la cuisine pour ne pas avoir trop chaud. Ces repas familiaux où on parlait trop, trop vite et où on éclatait de rire.

On est né la même année, toi avant moi et tu as toujours été un peu plus vieux que moi de quelques mois. Maintenant les choses vont s’inverser, l’année prochaine j’aurai 30 ans, tu n’en auras toujours que 29. Je vais vieillir et tu seras toujours jeune. Le petit dernier pour tes parents, le plus jeune de mes cousins, le jeune Thomas éternellement jeune.

On a fait médecine ensemble avec les difficultés et les moments de doutes qu’induisent ces trop longues études. Et on a réussi ensemble. On a choisi cette belle discipline qu’est la médecine générale avec toutes les possibilités qu’elle offre. Après 11 ans d’études, on en voyait enfin le bout et on pouvait se projeter.

Ta vie, elle est bien remplie, pleine de famille, de rires, d’amis, d’amour, de réussite. Ta vie, elle était de 0 à 29 ans. Elle n’est pas autre chose. Et nous, on a beaucoup de chagrin parce qu’on ne le savait pas.

Sigolène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *