Wish you were here

Thomas, mon amour, marmotton…
Le sommeil était ton refuge, et aujourd’hui tu dors profondément.
Tu me parlais souvent de tes tourments, de tes cauchemars, j’espère que tu n’as plus peur à présent, que tu te sens bien là où tu es, libre, enfin…
C’est la seule chose qui pourrait m’apaiser…
Pour ma part, mon rêve éveillé à tes côtés s’est transformé en cauchemar en une fraction de seconde. Je suis terrorisée.
Depuis que tu n’es plus là, je me sens nue… exposée aux yeux de tous, vidée, dévastée. J’ai perdu mon enveloppe protectrice… ma carapace, faite de ton amour et de ta force.
Une partie de moi s’est envolée avec toi.
Nous avions souvent évoqué ensemble l’invention qui nous ferait rêver, et notre choix se portait toujours sur la téléportation… nous souhaitions pouvoir nous envoler tous les 2 sur une île déserte pour échapper à la réalité quelques minutes…
Quelques minutes ne sont plus suffisantes aujourd’hui, et je préférerais une machine à remonter le temps, pour pouvoir fuir ma réalité, et retourner à jamais dans celle qui était la nôtre.
Je serai toujours celle que tu appelais ta loupiote, prête à clignoter pour toi en permanence, prête à t’éclairer, à te guider, dans tes joies et dans tes peines… dans ton sommeil à présent…
Tu m’appelais ton souriceau, et rêvais de pouvoir me glisser dans ta poche, pour que l’on soit ensemble en permanence. J’espère qu’aujourd’hui et pour toujours, tu resteras là contre moi…
Mon loup… mon ptit loup… je t’ai aimé au 1er regard… au 1er glaçon. Je t’aime, comme jamais tu n’as pu te l’imaginer… et je t’aimerai toute ma vie…
J’aimerais pour finir, et pour rendre hommage à ton amour de la musique, prononcer le titre d’une chanson qui prend tout son sens aujourd’hui…
wish you were here…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *