Les nouvelles mobilités électriques et la loi

On assiste depuis quelques années au développement foisonnant de petits engins à propulsion électrique. Je les classerai en deux familles :

Les vélos et trottinettes électriques.

Le vélo à assistance électrique (VAE) est apparu en France en 1995, l’invention du moteur moyeu, intégré dans une des roues (ou les deux), à permis de réduire le coût de fabrication et d’accroître sa diffusion.

A condition que la puissance du moteur ne dépasse pas 250 W, que l’assistance électrique ne s’enclenche que si on pédale (même doucement) et qu’elle cesse dès que la vitesse atteint 25 km/h, le VAE est assimilé à un vélo : pas d’immatriculation, assurance facultative, autorisation de circuler sur la voie publique et dans les voie de bus, etc. La législation est moins contraignante à l’étranger y compris dans plusieurs pays européens.

Mais la technique du moteur électrique dans le moyeu a donné naissance à toute une famille de deux roues : vélos électriques puissants, pouvant aller jusqu’à 2000 W (avec un moteur à l’avant et un à l’arrière), vélos sans pédales, trottinettes, scooters…

Les vélos électriques puissants sont assimilés à des cyclomoteurs, ils doivent être immatriculés, assurés, le port du casque est obligatoire et ils n’ont pas le droit de circuler dans les voies de bus.

Mais personne n’en achète, les électrocyclistes préfèrent débrider leurs VAE, car les moteurs 250 W sont capables de développer au moins 400W, ou équiper leur vélo, en toute discrétion d’un moteur moyeu de 750 ou de 1000 W et d’une batterie puissante.

Les vélos sans pédales, les trottinettes et les scooters sont assimilés à des piétons : ils doivent circuler sur les trottoirs, à une vitesse ne dépassant pas 6 km/h.

Les scooters électriques qu’on peut louer dans les stations balnéaires, comme à La Grand Motte ou au Grau du Roi (photo), sont assez puissants pour dépasser allègrement les 25 km/h. Ils circulent à la fois sur les trottoirs (quand il y a la place) et sur la voie publique, ne sont pas immatriculés, et leurs conducteurs ne portent pas de casque. Sur la chaussée les conducteurs se mettent en danger car outre le non port du casque et des gants, le scooter n’est pas équipé des dispositifs de sécurité réglementaires, clignotants, feu stop, rétroviseurs, sur les trottoirs, ils sont dangereux pour les piétons car ils roulent vite et sans bruit. Les forces de l’ordre laissent faire. L’assemblée nationale consultée sur la réglementation des nouvelles mobilités électriques a répondu qu’on allait pas faire une loi chaque fois qu’un nouvel engin est inventé. 25€ de l’heure pour un scooter une place, 35€ pour un deux places, les loueurs ont encore de beaux jours devant eux.

Les gyropodes

C’est la société Segway qui a lancé en décembre 2001 le premier gyropode, constitué de deux roues coaxiales et d’un manche de conduite. Après sont venus les gyropodes à deux roues sans manche et enfin la gyroroue (gyropode à une roue). Ces gyropodes fonctionnent grâce à un système de gyroscopes et de capteurs associés à un puissant automate.

La loi française assimile les gyropodes à des piétons : ils doivent circuler sur les trottoirs, à une vitesse ne dépassant pas 6 km/h. Dans les faits ils vont un peu plus vite mais ne constituent pas pour autant un danger pour les autres piétons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *