à Levallois, l’opération sentinelle ne sert à rien…

… et pas qu’à Levallois ! Il faut confier notre sécurité intérieure à la police nationale et à la gendarmerie et pas à des militaires dont la présence ne dissuade pas les fauteurs de troubles mais au contraire les attire et les stimule.

Ironie du sort, l’attentat d’aujourd’hui à Levallois, c’était Place de Verdun, devant la salle des fêtes où nous nous étions retrouvés après les obsèques de Thomas. Ce n’est pas une place, c’est juste une rue, qui longe au nord le HLM de style stalinien de l’époque communiste de Levallois (avant Balkany) et au sud le pavillon des fêtes et le parc de la Planchette. Depuis la photo, la plate-forme autour de la salle des fêtes a été végétalisée comme le parc.

Cette rue est censée être fermée à la circulation, mais les bornes qui empêchent l’accès sont en permanence baissées. Car au pied du HLM, stationnent les véhicules des militaires de l’opération sentinelle, ils occupent aussi des locaux au rez-de-chaussée. Je connais bien l’endroit car je m’y suis rendu à plusieurs reprises pour préparer la réception à l’issue des obsèques de Thomas. Je m’y suis rendu à pied, en scooter et en voiture, j’ai stationné plusieurs fois mon scooter ou ma voiture. Nous sommes entrés et sortis dans l’enceinte de la salle des fêtes. A aucun moment les jeunes soldats ne m’ont demandé quoi que ce soit. Je les voyais, indolents, assis ou faisant les cent pas, avec l’air de s’ennuyer ferme, et absolument pas aux aguets, comme s’ils étaient sûrs que rien ne devrait arriver. Quand ils marchent à plusieurs avec leurs fusils mitrailleurs, aucun ne se retourne pour assurer les arrières. Ils ne contrôlent ni les piétons ni les véhicules qui passent ou qui stationnent. Quand on stationne des forces de sécurité au pied d’un HLM public où on peut accéder (et s’échapper) de tous les côtés (sans compter les jets éventuels de machines à laver et autres projectiles depuis les fenêtres), la moindre des choses est de contrôler les accès, de jour comme de nuit.

Ça m’a choqué au point que j’ai failli écrire un article là-dessus, mais je ne voulais pas mettre en danger ces forces censées nous protéger, mais qui ne sont même pas capables d’assurer leur propre sécurité. Je pense sérieusement que les jeunes guetteurs qui assurent la sécurité de la vente de drogue dans les halls d’immeubles de la Seine-Saint-Denis sont infiniment plus vigilants et aguerris que ces pauvres militaires à qui je ne confierais même pas la surveillance d’une entrée de supermarché.

Le chauffard, Hamou Benlatreche, était seul dans sa BMW (série 2), aucun des nombreux soldats n’a réussi à l’arrêter ou à stopper sa voiture, pourtant les militaires étaient tous armés et les sorties de la Place de Verdun sont sinueuses et étroites. Ont-ils seulement tiré une balle ? Si l’agresseur avait été armé ne serait-ce que d’un Glock 17 (comme celui d’Adam Djaziri), il aurait fait un carnage. J’avais l’impression quand je passais là que les militaires étaient en vitrine, comme des poupées de foire. Il faut vraiment que les pouvoirs publics s’interrogent sur l’utilité, sur le professionnalisme et sur la motivation de ces forces de l’ordre, il faut surtout définir un cahier des charges, rédiger une feuille de route, tester à l’improviste les réactions des militaires, etc.

Levallois est une ville sensible, la ville abrite une forte communauté juive alimentée depuis peu par l’exode des juifs chassés par les arabo-musulmans des banlieues cosmopolites de Paris, notamment la Seine Saint Denis, mais elle est surtout le siège de la SDAT (sous direction anti-terroriste), de l’unité de coordination de la lutte antiterroriste (UCLAT), et j’en passe… De quoi attirer les antisémites, les antimilitaristes et les allahouakhbaristes de tous poils.

Mais qui sont les hommes de l’opération sentinelle ? Sûrement pas de vrais soldats, de ceux qui font la guerre contre des vrais ennemis, de ceux qu’on parachute en terrain hostile, de ceux qui se battent contre des vrais méchants comme les islamistes de Daesh. J’imagine plutôt que l’armée a envoyé des plantons, des novices, des bleus comme on dit, mais pas ses meilleurs éléments qu’elle réserve aux théâtres d’actions de pointe.

Alors, arrêtons l’hypocrisie et renvoyons tous ces gens, ceux de l’opération sentinelle, ceux du plan vigie-pirate, ceux qui fouillent les sacs à l’entrée des centres commerciaux, les agents de sécurité des aéroports… et confions notre sécurité intérieure à de vrais professionnels sérieux, formés et aguerris : la police nationale et la gendarmerie.

PS1 : Patrick Balkany a été le premier maire de France à faire installer des caméras de vidéo surveillance dans sa ville, suscitant énormément de critiques notamment de la part des communes de gauche qui ont depuis adopté le même dispositif. Un maire présent dans sa ville et disponible même en plein mois d’août.

PS2 : Le suspect a été interpellé sur l’A16 à 13h30, entre Boulogne et Calais, l’homme a essayé de s’enfuir, il a été blessé par balle par la police.Un policier aurait été blessé aussi, par le tir d’un autre policier (Le type n’était pas armé, ce qui prouve que les policiers sont aussi nuls que les militaires, à qui se fier ?). Le suspect, Hamou Benlatreche, un algérien en situation irrégulière en France, et bien connu des services de police, est domicilié à Bezons où son domicile a été perquisitionné, son action a peut-être été inspirée par des idéaux islamiques.

PS3 : Les militaires armés jusqu’aux dents se laissent rouler dessus sans tirer une seule balle. Les policiers tirent sur tout ce qui bouge y compris sur leurs collègues, même quand les suspects ne sont visiblement pas armés. Il ne suffit pas de donner des armes aux militaires et aux policiers, il faut leur apprendre à s’en servir afin qu’ils tirent à coup sûr sur les délinquants, et que sur les délinquants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *