Chlorate de Sodium et Glyphosate

Le Chlorate de Sodium (NaClO3), utilisé en solution à 10 g par litre d’eau, constituait un désherbant très efficace.  Il agit en quelques heures, car l’oxygène qu’il contient détruit les structures cellulaires au niveau des racines. Après action, l’oxygène est éliminé et il ne reste plus dans le sol que du sel (chlorure de sodium), à une concentration de 6 g par litre d’eau, du sel rapidement lessivé par les pluies et sans dommages pour l’environnement.

Le Chlorate de sodium été interdit à la vente dans de très nombreux pays dont la France il y a une dizaine d’années. La raison officielle est que son usage pouvait être détourné pour fabriquer des explosifs. Pour éviter cet usage, les fabricants ont commercialisé le chlorate de sodium à une concentration de 60% puis en solution aqueuse. Mais rien n’y a fait, il a quand même été interdit. Et je me souviens qu’à l’époque les jardineries proposaient comme produit de substitution du Roundup (préparation à base de glyphosate), ce qui a boosté les ventes. J’imagine que les lobbyistes de Monsanto ne sont pas pour rien dans l’interdiction du chlorate.

J’estime qu’on devrait revenir sur cette interdiction. C’est un produit entièrement biodégradable, sans danger pour l’environnement aux doses préconisées. Et sans danger pour l’homme (sauf en cas d’absorption). Commercialisé à une concentration de 60% ou en solution, il ne peut pas être utilisé comme explosif. Qui plus est, les terroristes préfèrent utiliser des explosifs plus puissants comme le TATP (peroxyde d’acétone) qu’ils fabriquent à partir de produits en vente libre (acétone et eau oxygénée). Autoriser à nouveau le chlorate de sodium permettra de réduire l’utilisation du glyphosate et des autres moyens de désherbage nuisibles pour l’environnement comme le brûlage au chalumeau ou l’écobuage. A propos d’écobuage (débroussaillement par le feu), j’estime qu’on devrait trouver un autre nom, sans le suffixe éco car cette pratique n’a rien d’écologique, bien au contraire, et est la cause de nombreux incendies, comme récemment dans les Pyrénées et en Corse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *