Liberté Egalité Fraternité aux frontons des Mairies

L’inscription de la devise républicaine “Liberté, Égalité, Fraternité” sur les frontons des mairies n’est régie par aucun texte officiel et elle n’est pas obligatoire. En revanche, la “LOI n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République” stipule que “La devise de la République, le drapeau tricolore et le drapeau européen doivent figurer à la façade de tout établissement scolaire public ou privé sous contrat”.

Nonobstant, l’inscription de la devise républicaine est devenu un enjeu électoral lors des dernières élections municipales. Des observateurs attentifs ont pointé les mairies sur lesquelles elle ne figurait pas. Et les maires nouvellement élus se sont empressés d’apposer la devise sur le fronton ou sur la façade de leurs hôtels de ville.

La devise républicaine ne figurait pas sur la mairie du XIXème arrondissement de Paris bien que le bâtiment ait été construit entre 1876 et 1878, sous la IIIème république donc. Soit l’inscription n’a jamais existé, soit elle a été effacée à l’occasion de la réfection du monument, en effet une rangée de pierres du linteau de la fenêtre du 1er étage a été changée.

L’oubli a été réparé, en même temps que les lettres “MAIRIE DU XIX ARRT” ont été redorées, la devise républicaine a été inscrite en lettres dorées sur le linteau de la fenêtre du 1er étage. Cependant la devise est si haute et en si petites lettres qu’elle est quasiment invisible. Était-ce là le but ?

© La photo de droite a été extraite d’un article du site laconnectrice.wordpress.com.

6 réponses sur “Liberté Egalité Fraternité aux frontons des Mairies”

  1. liberté / égalité // fraternité // mais cela n’existe plus depuis longtemps dans la commune

  2. Pas facile de réconcilier les tenants de l’enseignement public et ceux du privé.
    Les écoles privées de Saint-Quay-Portrieux ne sont donc pas privées de subventions, est-ce la raison pour laquelle tu as utilisé l’expression ci-devant ?
    Je me souviens d’une délibération du conseil municipal qui avait attribué aux écoles privées une subvention pour financer les activités liées aux nouveaux rythmes scolaires d’un montant équivalent (par enfant) à celle octroyée aux écoles publiques. Si je me souviens bien, la délibération avait été adoptée à l’unanimité. Le but était de ne pas pénaliser les élèves de l’enseignement privé par rapport à ceux du public.
    Pour en revenir aux devises sur les bâtiments publics, y a-t-il un affichage à caractère religieux sur les écoles catholiques de Saint-Quay-Portrieux en dehors de leurs noms liés à la Vierge Marie (Notre Dame de la Ronce et Stella Maris), des croix, des anges, des images pieuses, des paroles d’évangile ?

  3. La ville de Saint-Quay-Portrieux ne parait pas excessivement concernée par cet attachement à la devise républicaine.
    Son affichage au fronton de l'”hôtel de ville”, attendu depuis longtemps, est quasi illisible. Il semblerait qu’un éclairage soit incessamment (depuis deux ans) prévu pour mettre en valeur le choix “artistique” et longuement débattu du support choisi par le conseil municipal
    Quant aux écoles privées, outre leur appartenance à l’enseignement catholique non signalée, cela va sans doute de soi, elles n’affichent pas comme la loi l’impose la devise de la république, le drapeau tricolore et le drapeau européen au fronton de ces établissements (ce qui n’est pas le cas à Plourhan par exemple).
    Cela n’empêche pas les ci-devantes écoles privées de bénéficier des subventions obligatoires publiques et républicaines pour les écoles élémentaires dues par la loi Debré, et même de subventions non obligatoires pour leur école maternelle dues à la libéralité du conseil municipal de Saint-Quay-Portrieux.
    Merci pour elles, et surtout merci aux contribuables républicains et mécréants.

  4. Je pense qu’il serait urgent et nécessaire de rajouter “LAÏCITÉ” à notre devise. Afin de bien ancrer dans les esprits des citoyens et faire comprendre à tous les religieux de ce pays que les lois de la République sont au-dessus des règles, traditions, et dogmes en tous genres. Ces lois émanent de la volonté du peuple et des élus de ce peuple. Elles ne peuvent être discutées ou négociées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.