Intoxication par les huîtres de Gujan-Mestras ?

J’adore les huîtres, j’en consomme beaucoup et je n’ai jamais été malade jusqu’à dimanche dernier.

Ce weekend end j’étais à Gujan-Mestras et j’ai fait une mauvaise expérience avec les huîtres du bassin d’Arachon.

Dimanche matin j’ai acheté trois douzaines d’huîtres (12 n°2 et 24 n°3), chez Huîtres Cap Noroît 29 Rue du Port de Larros, 33470 Gujan-Mestras.

Je les ai ouvertes moi-même, elles étaient bien fermées, vivantes, pleines d’eau, sans vase et ne sentaient pas mauvais.

A midi nous étions 8 adultes à table, 6 sur 8 ont consommé des huîtres au déjeuner, 6 huîtres chacun + les trois des treize à la douzaine.

Dans la soirée j’ai été pris de fièvre et de nausées et j’ai rendu mon déjeuner et mon dîner.

Un des autres convives a eu des nausées dans la soirée puis des troubles digestifs.

Chez les quatre autres convives qui ont mangé des huîtres, les troubles se sont manifestés dans la nuit de lundi à mardi.

Les deux personnes qui n’ont pas mangé d’huîtres se portent très bien.

J’ai appelé le commerce pour signaler l’intoxication, mais ça ne l’a pas ému particulièrement et on ne m’a pas demandé mes coordonnées pour un suivi.

J’ai donc appelé la direction départementale de la protection des populations (DDPP) et j’ai expliqué à mon interlocuteur (plutôt réceptif) ce qui nous était arrivé, j’ai confirmé par mail, j’ai été rappelé par un autre chargé d’affaires qui va mener une enquête, affaire à suivre…

6 convives ayant mangé 6 huîtres chacun ont été malades, 2 convives n’en ont pas mangé et se portent très bien, le doute n’est donc pas possible, c’est la faute des huîtres.

Les huîtres ou les oeufs ?

J’ai été rappelé par la DDPP et j’ai indiqué tout ce que nous avions mangé durant le weekend.

Et je me suis rendu compte que les 6 intoxiqués dont je fais partie avaient tous mangé une omelette au dîner du dimanche soir, alors que les rescapés étaient déjà repartis en Bretagne. Les œufs bio provenaient du super U de Gujan-Mestras.

Alors, huîtres ou œufs ? L’enquête est en cours…

J’ai suivi le fil bleu de Poitiers

En revenant d’Arcachon, dimanche 4 mars, comme nous étions en avance et que je voulais éviter les bouchons sur la N118 en rentrant à Paris, nous nous sommes arrêtés à Poitiers pour une visite rapide de la ville. Ne la connaissant pas, j’ai demandé à mon GPS de me conduire à la Cathédrale, pensant qu’elle était en centre ville. La voici, avec ses reflets en trompe l’œil dans le tarmac :

Nous nous éloignons de la cathédrale en suivant une ligne bleue (le fil bleu) tracée au sol :

Il y a même une boutique Free à Poitiers :

Le fil bleu nous conduit à l’église Notre Dame la Grande :

Autrefois les églises étaient peintes, à l’extérieur comme à l’intérieur, mais peu ont conservé leur peinture comme celle-ci :

Un centre ville réservé aux piétons qui a conservé ses maisons à colombages :

Ça vaut le coup de casser un long trajet autoroutier en s’arrêtant dans des villes moyennes. Poitiers valait le détour. Le fil bleu nous a permis de revenir à la voiture sans avoir à utiliser de GPS.

J’ai escaladé la dune du Pilat

Depuis le temps que j’en entendais parler ! J’ai enfin découvert ce phénomène géologique pas banal. On m’avait dit qu’il y avait des escaliers, peut-être en été ? Les derniers mètres ont été assez difficiles et j’ai dû finir à quatre pattes. Mais le jeu en vaut la chandelle, car le paysage qui s’offre en haut de cette dune est magnifique.

J’ai prélevé un échantillon de sable en haut de la dune, il est d’un beau jaune et très fin, je regrette de n’avoir plus à ma disposition de tamis pour analyse (j’en utilisais quand je travaillais dans la construction des barrages), j’aurais déterminé sa courbe granulométrique pour la comparer aux autres sables de plage.