Quay des Plumes

Quay des Plumes

Manuela Caillon (bibliothèque pour tous), Michel Priziac et Malika Boulais (auteurs)

Le salon du livre et de la création quinocéen tiendra sa quatrième édition, samedi 2 novembre 2013, au centre des congrès de Saint-Quay-Portrieux, un salon éclectique avec romans policiers, thrillers, romans noirs, historiques, romanesques, patrimoine, terroir, jeunesse, imaginaire, BD, nouvelles, poésies, légendes…

Plus de cinquante intervenants, auteurs et éditeurs, dont Jean-Claude Fournier, parrain de l’association, animeront le salon avec des dédicaces. A 14h, Anne-Sara, auteur de thriller (au commencement je suis mort) et profileuse,  animera une table ronde. A 15h, Michel Priziac, auteur de plusieurs ouvrages sur la vie rurale, présentera la vie d’un hameau dans les années 50 et les bouleversements apportés par l’introduction du tracteur. A 16h, Noir’ édition présentera “de Quai des Orfèvres au roman policier” avec Cyriac Guillard et Bruno l’Her, policiers et écrivains.

Pratique : 10h-12h et 14h-18h, entrée libre, http://quaydesplumes.weebly.com

Jean-Jacques Urvoas annonce la suspension de l’écotaxe

MANIFESTATION CONTRE L ECOTAXEUn député breton a annoncé la décision avant Ayrault !
Le Premier ministre s’est fait griller la priorité sur cette annonce par le député socialiste du Finistère Jean-Jacques Urvoas : dans un communiqué, quelques minutes avant l’intervention du chef du gouvernement, il a révélé la décision “de suspendre l’application de l’écotaxe”. Cette suspension, sans limite de durée, est nationale “afin d’éviter les distorsions entre les territoires et les entreprises”, a-t-il précisé à l’AFP. Elle ouvre selon lui “la voie à l’élaboration collective du ‘plan d’avenir pour la Bretagne’ dont notre région a un besoin impérieux”.
La décision est “courageuse” et “témoigne de l’attention indéfectible que porte Jean-Marc Ayrault à la gravité de la situation bretonne”, a-t-il souligné. “Désormais, le gouvernement tend la main, aux Bretons ensemble de la saisir”, a-t-il conclu.
Seul élu breton représentant l’UDI, et seul participant de l’opposition à la réunion de Matignon, boycottée par l’UMP, le député d’Ille-et-Vilaine Thierry Benoit a salué “un geste d’apaisement” de la part du chef du gouvernement. François Hollande a expliqué que “la volonté du gouvernement est d’apporter des réponses aux élus bretons”. “C’est ce que le Premier ministre fait au moment où je suis ici à Bratislava”, a lâché le chef de l’Etat.
[selon dépêche AFP]

Les réverbères perdent la boule

2013-10-08 17.02.21RLes réverbères du port perdent leurs sphères lumineuse au profit de cônes, le remplacement est effectué progressivement, dès que les lampes arrivent en fin de vie, ce qui donne un aspect un peu étrange à ceux qui portent à la fois des sphères et des cônes. Techniquement, d’après ce que nous avons pu observer, les nouveaux dispositifs d’éclairage sont munis d’un réflecteur, qui devrait augmenter leur efficacité, et d’un cache qui permettra de réduire la pollution lumineuse qui cache les étoiles et interfère avec l’astronomie. Ce sont bien des réverbères car ils utilisent la réverbération optique, phénomène de réfléchissement des rayons lumineux par une surface, et non plus de simples lampadaires. Lors d’une prochaine enquête, notre reporter ira nuitamment sur le port comparer l’efficacité des deux dispositifs.

quand la Hollande menaçait la Bretagne

ou quand l’histoire est un éternel recommencement :
Dénommée “Révolte des Bonnets rouges” en Bretagne, du fait de la couleur des bonnets portés par les insurgés, cette rébellion antifiscale s’est déroulée d’avril à septembre 1675 sous le règne de Louis XIV. Elle fut déclenchée par une hausse des contributions, dont celle sur le papier timbré, une taxe exigée pour les actes authentiques et judiciaires par Jean-Baptiste Colbert, ministre d’Anne d’Autriche, régente du jeune roi.
Cette mesure avait été prise pour renflouer le trésor royal, vidé par les dépenses occasionnées par la guerre de Hollande. La flotte hollandaise menaçait, en effet, à l’époque les côtes françaises, notamment celles de la Bretagne.
Cette aggravation de la fiscalité royale fut très mal accueillie par les Bretons, non seulement parce qu’elle bafouait l’autonomie de la province, consacrée par le traité de 1532, mais surtout parce qu’elle accablait sous de nouvelles charges une population déjà écrasée par la misère.
[le télégramme, 28/10/2013, page 40]

match racing : deuxième journée et résultats

En raison de conditions météo défavorables, le comité de course a décidé d’annuler les phases finales du Championnat de France Promotion 2013 de Match Racing féminin. Le classement a été effectué à partir des résultats issus des phases qualificatives :

01 Anne-Claire Le Berre SR Brest)
02 Julie Bossard (CMV St-Brieuc)
03 Pauline Courtois (USAM Voile de Brest)
04 Morgane Fountaine (SR Rochelaises)
05 Christelle Philippe (APCC Voile Sportive Pornichet)
06 Lucie Scheiwiller (CV St-Aubin-lès-Elbeuf)
07 Camille Lecointre (SR Brest)
08 Sophie Riot (CV St-Aubin-lès-Elbeuf)
09 Jeanne Le Goff (Loguivy canot club)
10 Nolwen Lemaître (EV Locquirec)

Les championnes ont reçu leurs prix des mains de Dominique Blanc, maire de Saint-Quay-Portrieux.

WMRS podium

Anne-Claire Le Berre est au deuxième rang, 2ème à partir de la droite.
Julie Bossard est au premier rang, 5ème à partir de la gauche.
Pauline Courtois au premier rang, 4ème à partir de la gauche

Anne-Claire Le Berre a confié à notre reporter sa volonté de continuer à concourir dans les épreuves de Match Racing sur Elliott 6. Julie Bossard, déçue aujourd’hui que la course ait été tronquée, s’entraîne sur 49er FX* avec Sarah Steyaert en préparation des jeux olympiques de Rio.

(*) dériveur léger de type skiff, conçu par les chantiers chantiers Mackey Boats, à deux équipières, retenu pour les JO de Rio, l’Elliott 6m ayant été abandonné.

match racing : première journée

Quelques photos, prises depuis le bateau de Jean-Pierre L’Amezec, de la SNSQP :


Julie Bossard était classée en tête samedi soir.

vivons saintquayportrieux

vivonsRTrouvé ce bristol dans ma boîte à lettres ce samedi matin : le site de campagne de Georges Brézellec, candidat aux prochaines élections municipales à sqpx. La photo qui couronne le site est chargée de symboles : une équipe, pas encore au complet, dont les membres s’appuient sur une barrière Delpierre, référence à ce maire de Saint-Quay-Portrieux de 1919 à 1941 (durée), la mer en arrière-plan (origine de la cité et carrière de GB), un arc en ciel (éclaircie ?), un sémaphore (signal ?). Au plan technique, le site repose sur le système de gestion de contenu WordPress, comme le site stquay.com.

Championnat de France Promotion de Match Racing féminin

DSC_1165_Photo_Benjamin_GodefroidCe championnat est organisé par le Sport nautique de Saint-Quay-Portrieux (SNSQP), il se déroule au port d’Armor les 26 et 27 octobre 2013.

Durant toute la journée de ce samedi 26 octobre (premières courses prévues à 10h30), les 10 équipages s’affronteront lors de duels successifs à la sortie du Nouveau Port, à bord d’Elliott 6, monocoque qui concourrait lors des derniers JO de Londres. La cérémonie d’ouverture aura lieu en fin de d’après-midi. Dimanche auront lieu les phases finales et la remise des prix.

[communiqué et photographie de Benjamin Godefroid, de la SNSQP]

La Bretagne et Hollande, le désamour ?

Francois-Hollande-BrestLa crise profonde qui traverse la Bretagne pourrait coûter cher à François Hollande, à cinq mois des élections municipales. Cette terre de gauche pourrait-elle désavouer celui qu’elle a en majorité porté pouvoir? Eléments de réponses.
Ils étaient quatorze ministres à s’être réunis en urgence le 17 octobre. A la sortie de ce conciliabule, le gouvernement annonce un pacte d’avenir pour la Bretagne : 15 millions d’euros débloqués et une salve de mesures pour les sites et salariés menacés, parmi lesquels les abattoirs Gad. Il fallait agir vite pour répondre à la colère de cette terre qui a voté François Hollande à 56,35% des voix à l’élection présidentielle, soit cinq points de plus que la moyenne française. “Cette pommade sur la plaie soulage mais ne guérit pas. Ça reste modeste par rapport à la menace qui pèse sur l’agroalimentaire”, estime Jean-Jacques Monnier, spécialiste de l’histoire politique de la Bretagne.
En Conseil des ministres, le ministre breton Jean-Yves Le Drian a, selon L’Express, dressé un diagnostic sans ambiguïté : “En quarante ans de vie politique, je n’ai jamais vu un tel climat en Bretagne.” Le gouvernement compte d’autres ministres issus de la région, comme Stéphane Le Foll et Marylise Lebranchu. “L’enjeu du côté des élus socialistes va être de mettre le plus possible la pression sur le gouvernement pour qu’il sorte vite de cette crise et éteigne l’incendie”, considère Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop.
L’écotaxe, “la goutte d’eau qui va faire déborder le vase”
Il faut dire que les quatre piliers de développement de la région – automobile, construction navale, agro-alimentaire et électronique – sont aujourd’hui ébranlés. La crise touche notamment les petites villes et le monde rurale. “Beaucoup de promesses qui allaient dans le sens du développement de la Bretagne n’ont pas été tenues. D’où cette forte déception”, analyse Jean-Jacques Monnier.
L’écotaxe poids-lourds est l’exemple le plus criant. Certes, le gouvernement a accordé une ristourne sur la route nationale 164, axe principale de la région. Mais la mesure passe très mal auprès des Bretons. “On rajoute un coût qui n’existait pas auparavant. Cette goutte d’eau va faire déborder le vase. Elle diminue l’attachement des Bretons au gouvernement et à la politique présidentielle”, prévient l’historien. La promesse n°56 du candidat socialiste de ratifier la charte européenne des langues régionales a elle aussi été oubliée. “Il y avait tout pour que François Hollande reste très populaire. Mais le réformisme modéré qu’il prônait n’a pas trouvé de concrétisation dans la politique du gouvernement”, tranche Jean-Jacques Monnier.
Un recul “symbolique”
A cinq mois des municipales, l’exécutif à fort à perdre dans cette région où les grandes villes sont détenues par la gauche (Rennes, Nantes, Quimper, Lorient, Brest, Saint Nazaire…). “On est dans une zone où la gauche n’est pas hégémonique mais très largement majoritaire”, résume Frédéric Dabi. Et l’ancrage des socialistes dans la région est profond puisqu’il remonte aux élections municipales de 1977, triomphales pour la gauche, qui avait alors fait basculer la Bretagne.
Le gouvernement devra aussi faire face au FN, qui compte bien gagner du terrain dans cette terre traditionnellement hostile à l’extrême droite. Marine Le Pen sera en déplacement samedi à Fougères (Ile-et-Vilaine). Son parti compte bien s’implanter autant que possible dans la région. Face à ce constat, un ministre breton s’agace : “Il faut arrêter de lier tous les événements à la montée du FN. On n’a pas découvert le FN aujourd’hui.” Frédéric Dabi relativise aussi la présence du parti de Marine Le Pen : “Le FN progresse dans quelques coins, notamment autour de Rennes. Mais ça reste une zone qui ne lui est pas favorable.”
Reste à savoir comment la colère des Bretons se traduira dans les urnes. “La déception va forcément engranger beaucoup d’abstentions”, anticipe Jean-Jacques Monnier. Selon un sondage paru début octobre dans le JDD, 61% des Français sont d’abord guidés dans leur vote par les enjeux locaux. “La gauche ne risque pas grand-chose mais son recul serait symboliquement notable sur cette terre”, nuance Frédéric Dabi. Ce qui pourrait, selon le sondeur, “maximiser le vote sanction dans les grandes villes”.
[Caroline Vigoureux – leJDD.fr vendredi 25 octobre 2013]