Message diffusé à l’hôpital Paul-Brousse en hommage à Thomas.

Madame, Monsieur,

Nous avons la profonde tristesse de vous faire part du décès de Thomas-Louis Roques, survenu brutalement à l’âge de 29 ans.

Thomas-Louis Roques a fait ses études de médecine à l’université Pierre et Marie-Curie (Paris VI). Il effectuait sa dernière année d’internat dans le département de psychiatrie et d’addictologie du site Paul-Brousse.

Estimé pour sa compétence, son intelligence et sa justesse clinique, Thomas-Louis Roques a également marqué ses collègues par sa bienveillance et son souci de l’autre, qui s’exprimaient aussi bien à l’égard des patients que des professionnels. Ceux qui ont eu le plaisir de travailler à ses côtés durant les derniers mois garderont en mémoire son humour très fin et son sourire. L’ensemble du département de psychiatrie et d’addictologie, à qui il manque déjà, ne l’oubliera pas.

Nous nous associons à la douleur de sa famille et de ses proches et leur adressons nos plus sincères condoléances. Les obsèques auront lieu jeudi 20 juillet à 10h, à l’église Saint Justin, Parvis Jean-Paul II, Place d’Estienne d’Orves, à Levallois-Perret.

Elsa Genestier Pr Jacques Duranteau Pr Amine Benyamina
Directrice du groupe hospitalier Président de la CMEL Chef du département de psychiatrie et d’addictologie de Paul-Brousse

Aimer les gens, les soigner et les aider.

Thomas-Louis Roques interne à Paul Brousse

Cet après-midi, nous étions, Marie-Françoise et moi, les parent de Thomas, à l’hôpital Paul Brousse à Villejuif. Nous avons été reçus par trois médecins du service où Thomas était interne. Je n’ai entendu que des éloges sur lui : intégration dans l’équipe médicale, médecins, infirmier(e)s, aides soignant(e)s, écoute des patients, sans se mettre à leur place, mais avec la distance adéquate, aide à tous les niveaux, médical, humain, social, volonté de bien faire…

Thomas était dans une section psychiatrique très lourde, avec des patients en grande souffrance. On lui avait proposé ce poste, il l’a accepté, plus tard il a eu la possibilité de prendre en charge des patients plus légers, mais il a préféré rester avec ceux qui avaient le plus besoin de lui.

En partant, les médecins nous ont remis une enveloppe avec plusieurs témoignages spontanés de patients. J’en ai retenu un , que vous pourrez lire en cliquant sur l’image.