Incendie dans les collines d’Aubagne

Le feu de forêt à Aubagne, vu de Marseille (11ème arrondissement), samedi 19 août à 20h49 :

Pratiquement toutes les collines ont brûlé alentour, dans les vallons les pins repoussent vite, mais sur les crêtes rocheuses dénudées par le feu, les pluies emportent le peu de terre végétale nichée entre les rochers.

Pleine lune du 8 août 2017

La pleine lune, c’était hier, j’ai pris une photo, mais elle n’était pas excellente car le ciel n’était pas complètement dégagé et la. J’ai repris une photo ce soir, sans pied, mais en appui sur un garde-corps, la lune n’est plus tout à fait pleine, elle commence à se faire grignoter en haut à droite. La lune n’était pas très haute au-dessus de l’horizon, c’est préjudiciable à la qualité de l’image car la couche d’atmosphère traversée est plus importante. A comparer avec la photo prise le 27 octobre 2015.

Drôles de carottes

Pas vraiment calibrées, les carottes de la maraîchère de Saint-Brévin l’Océan. Une production locale sans pesticides. Des carottes avec parfois des formes improbables. De telles carottes sont maintenant disponibles en grande surface depuis qu’Intermarché a lancé en 2014 les “fruits et légumes moches”, sous la désignation “carottes moches”. Une démarche qu s’inscrit dans le cadre du pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire lancé par l’Etat en 2013. Différentes certes, ces carottes brévinoises, mais fondantes et délicieuses cuites au four dans ce Römertopf (cocotte allemande en terre cuite, littéralement pot romain) de filet de veau avec jardinière de légumes (carottes, petits pois, oignons blancs grelots nouveaux, petits navets nouveaux, thym et laurier) seulement salé par les petits lardons :

veau jardinière

Procession de chenilles à Saint Brevin Les Pins

Menées par une femelle, les chenilles processionnaires descendent des arbres pour aller s’enfouir dans le sol. Pas facile sur le bitume. Voyant ces attroupements de chenilles, il y en avait des centaines, je ne savais que faire. Passer mon chemin, alerter, les détruire ? J’ai appelé le 112 et le pompier de service m’a recommandé de contacter la mairie. C’est dimanche après-midi, elle est fermée. J’ai pris l’avis de promeneurs autochtones qui m’ont dit que quand ils en trouvaient dans leur jardin, ils les détruisaient. J’ai donc pris l’initiative de les génocider en les écrasant sous mes chaussures, j’espère qu’elles n’ont pas eu le temps de souffrir, je n’aime pas tuer les animaux, même pour les manger (je suis lâche, je laisse ce soin aux abattoirs), mais ces chenilles sont envahissantes et nuisibles, et à défaut de prédateurs elles pullulent dans les pinèdes comme à Saint Brevin Les Pins.

Chute à vélo sur le lac des Ibis au Vésinet

Des piétons, et même des cyclistes s’aventuraient ce dimanche après-midi sur le lac des Ibis au Vésinet, mais faire du vélo sur la glace, ce n’est pas facile !

Oxford Mills : dans une ferme au Canada

Départ de Manhattan par une belle journée ensoleillée, départ pour Ottawa via La Guardia, l’aéroport de Queens à seulement 8 miles de Central Park. A l’arrivée à Ottawa, nous nous régalons d’une entrecôte (prime rib) aux asperges au Keg steackhouse, puis départ vers la ferme de mes amis à Oxford Mills où un bon feu de bois nous attendait dans le séjour. Les bûches d’érable qui brûlent dans le poêle parfument la pièce comme un sauna.

Au petit matin je découvre la vue depuis ma chambre :

Oxford Mills

Un petit tour dehors :

La maison

Michèle avec deux des quatre mini poneys de la ferme :

poneys

à suivre…

 

Des nouvelles des Coucous de Rennes

J’avais photographié des poussins à la sortie de l’œuf chez mon ami Mikaël à Plourhan, cf article du 5 juin 2016. J’ai pu les photographier à nouveau le 12 octobre. Les poussins ont grandi, ce sont maintenant des poules et des coqs bientôt adultes. Des Coucous de Rennes, une race très prisée en Bretagne.

Coucous de Rennes

Mikaël gardera les poules pour les œufs, échangera deux ou trois coqs avec des voisins, pour éviter la consanguinité. C’est ainsi qu’on gère un élevage. Les autres coqs finiront en “coq au vin”, je ne sais pas pourquoi on cuit la “poule au pot” et le “coq au vin” (ou à la bière) et pas le “coq au pot” et la “poule au vin”.

Changement d’heure et décalage de l’heure légale.

cadransolaireA l’occasion du passage à l’heure d’hiver, je vous livre quelques réflexions sur le changement d’heure, sur le décalage de l’heure légale par rapport à l’heure de notre méridien et sur le système horaire à 24 heures.

1916 : instauration du changement d’heure

Cela fait exactement cent ans que la France change d’heure à la fin de l’hiver et au début de l’automne. C’est en effet le 14 juin 1916 que la France change d’heure pour la première fois, en avançant les pendules d’une heure en été.

meridiengrennwichLa France vivait depuis 1884 à l’heure du Méridien de Grennwich, adopté à la place du méridien de Paris. Greenwich est le quartier de Londres, au sud de la Tamise où est situé l’Observatoire Royal Britannique. L’heure du méridien de Greenwich est désignée par l’abréviation GMT (Greenwich Mean Time, Temps Moyen de Greenwich). Le méridien de Greenwich traverse l’ouest de la France du Calvados aux Hautes-Pyrénées.

L’Observatoire de Paris a été aussi construit sur le méridien de Paris, tracé sur le sol de l’actuel 14ème arrondissement le 21 juin 1667 par les mathématiciens de l’Académie.

Autrefois, chaque village avait son heure locale, calculée par rapport au soleil et observable sur des cadrans solaires sur lesquels étaient réglées des horloges. Mais avec l’arrivée du chemin de fer les gares ont affiché l’heure de Paris qui a réussi petit à petit à s’imposer.

heureallemande1940 : la France à l’heure allemande

En 1940, la France passe à l’heure allemande, avançant les pendules d’une heure en zone occupée (GMT +1 en hiver, GMT + 2 en été) tout en conservant l’heure du méridien en zone libre (GMT  en hiver, GMT + 1 en été).

1945 : la France conserve l’heure allemande et abandonne  l’heure d’été

A la libération, la France abandonnera le système de changement d’heure, mais conservera l’heure allemande, autrement dit l’heure d’été de la période 1916 – 1940.

1976 : choc pétrolier, alignement sur l’Allemagne

Le 28 mars 1976, à la suite du choc pétrolier de 1973, l’heure d’été est rétablie dans le but d’effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage en soirée. La mesure devait être provisoire et ne durer que le temps du choc pétrolier. Le passage à l’heure d’été a lieu le dernier dimanche de mars à 2 h du matin. Jusqu’en 1995, le retour à l’heure d’hiver a lieu le dernier dimanche de septembre à 3 h. Mais depuis 1996, il s’effectue le dernier dimanche d’octobre (à la même heure), ce qui prolonge la période d’heure d’été durant une partie de l’automne.

Le changement d’heure est-il encore une nécessité ?

La première question à se poser, c’est le décalage de notre pays, la France, par rapport à l’heure du soleil. Une heure en hiver, deux heures en été.

Ainsi, à Brest, hier matin, samedi 29 octobre 2016, le soleil s’est levé à 8h59. Et du 28 décembre 2016 au 4 janvier 2017, il faudra attendre jusqu’à 9h09 avant de voir poindre l’astre du jour.

C’est encore pire pour les espagnols, qui ont la même heure que nous, mais qui se sont adaptés en adaptant leurs horaires : Le petit déjeuner se prend de 8h à 11h, le déjeuner de 13h30 à 16h et le dîner de 21h à 23h.

Changer d’heure pour des raisons d’économie d’énergie est moins nécessaire car depuis l’arrivée des nouvelles lampes électriques, notamment les LED, la part de l’éclairage dans la consommation d’électricité a tendance à diminuer.

Le changement d’heure est perturbant, pour les hommes et pour les animaux, et son coût n’est pas négligeable.

Au niveau mondial, avec l’abandon des changements d’heure en Chine depuis 1992 et en Russie depuis 2011, la majorité de la population mondiale garde son heure légale constante toute l’année. Précisions cependant que le changement d’heure n’aurait pas de sens sous les tropiques ou aux pôles.

Midi à quatorze heures

horloge-24-heuresLe bon sens voudrait que l’on revienne à l’heure de notre fuseau horaire : GMT. Et que parallèlement on avance l’heure du lever, et des repas. Comme aux Etats-Unis, où les restaurants servent à déjeuner de 11h à 14h et à dîner de 17h à 20h30. Plus d’un américain à Paris s’est étonné de ne pas pouvoir déjeuner avant 12h et dîner avant 19h.

Pour finir, il y a une autre confusion chez nous : la cohabitation du système horaire sur 12 heures ou sur 24 heures : les montres de poignet à aiguilles affichent l’heure sur 12 heures, les digitales (en voie de disparition) sur 24 heures, les montres de voiture sur 12 heures ou sur 24 heures, la SNCF, la radio et la télévision sur 24 heures. Le train part à 14 heures alors que l’horloge à aiguilles de la gare affiche affiche 2 heures. On passe son temps à faire des conversions en 12h / 24h, et parfois on se trompe et on rate un rendez-vous. C’est ballot ! On pourrait fabriquer des montres et horloges à aiguilles sur 24 heures, mais elles seraient difficiles à lire.

Le charançon du gland (curculio glandum)

Qui n’a pas ramassé des glands au pied d’un chêne, pour les planter, pour les utiliser en décoration, ou pour nourrir son cochon ? Le cochon et son cousin le sanglier ne sont d’ailleurs pas les plus gros consommateurs de glands. Je m’en suis aperçu alors que je ramassais des glands dans un jardin dans les Yvelines. La plupart des glands tombés de l’arbre étaient en effet percés d’un petit trou révélateur d’une piqûre d’insecte, je n’ai ramassé évidemment que ceux qui n’avaient pas l’air piqués. Puis je les ai laissés dans un petit bol avant de les mettre à germer.

curculioglandum1

Mauvaise surprise : les glands sains étaient atteints ! Je n’avais pas vu le mini piqûres de l’insecte qui avait percé le péricarpe pour pondre son œuf dans la graine. Et voici les larves :

curculioglandum2

Des larves de curculio glandum, nom latin du charançon du gland.

[source de la suite : www.myrmecofourmis.fr]
curculioglandum3Quand les glands commencent tout juste à se former, les femelles de Curculio glandium utilisent leur rostre comme une perceuse : elles le plantent dans la cuticule du gland puis tourner sur elles-mêmes pour forer un trou qui leur permettra de déposer un œuf. Lorsque le gland tombe, la larve a généralement fait assez de réserve pour se transformer en nymphe. Elle creuse à son tour un trou de sortie et s’enterre dans le sol. Une fois dans le sol, elle construit une petite logette à l’aide de sa salive et de débris végétaux, puis attends le retour du printemps pour sortir le bout de son rostre. Et le cycle recommence.