Voitures radar privées et C02

A picture taken on February 24, 2017 in Evreux, northwestern France shows the radar apparatus during the presentation of the radar control car. / AFP PHOTO / CHARLY TRIBALLEAU

Plus on roule vite, plus on a d’accidents

Pour les pouvoirs publics, la sécurité routière est avant tout liée à la vitesse : plus on roule vite, plus on a d’accidents. Oubliés les accidents liés à l’état des routes, aux poids lourds en surcharge, aux non respect des priorités, aux changements de direction sans clignotants, aux piétons qui traversent téléphone à l’oreille (et parfois avec une poussette ou des enfants) alors que le feu vient de passer au vert, aux cyclistes qui grillent les feux rouges, etc. L’excès de lenteur peut être dangereux, rappelez-vous la conductrice du bus scolaire à Millas, qui s’est engagée sur le passage à niveau à la vitesse de 12 km/h pour s’immobiliser ensuite au milieu de la voie ; si elle avait abordé l’intersection à 50 km/h, elle aurait eu assez d’élan pour casser aussi la barrière située de l’autre côté de la voie et dégager ainsi son bus. Rouler à une vitesse anormalement réduite (60 sur route, 80 sur autoroute) est d’ailleurs prohibé par le code de la route, et sanctionné.

Grâce aux GPS, il est relativement facile d’éviter d’être flashé par les radars fixes, et dans une moindre mesure par les radars mobiles, aussi les pouvoirs publics, dans leur grande sagesse, ont décidé de lancer une flotte de 323 voitures radar pilotées par des conducteurs privés, qui vont sillonner les routes de France 8 heures par jour et 365 jours par an pour traquer les délinquants du champignon. Pour ma part, je roule beaucoup (5000 km les deux derniers mois), et lorsque la circulation est fluide, je cale mon régulateur de vitesse 2 ou 3 km/h en dessous de la vitesse limite. Je suis parfois dépassé par d’autres véhicules, surtout des véhicules commerciaux, camionnettes et fourgons, mais avec un écart de vitesse de quelques km/h, peu dangereux quand la voie est libre. En revanche, sur le boulevard périphérique parisien et sur les autoroutes d’île de France, je vois de temps en temps des fous du volant zigzaguer à grande vitesse entre les files de voitures, ceux-là sont vraiment dangereux et ils devraient être arrêtés sur le champ, mais je doute de l’efficacité du nouveau dispositif sur des voitures volées ou portant de fausses plaques.

323 voitures radar, 365 jours par an, 8 heures par jour, à une vitesse moyenne de 80 km/h, des Peugeot 308 essence émettant 112 g de CO2 par km, ça produira 8 450 tonnes de CO2, soit 4 millions de m3, ou 5 millions de litres d’essence, aux frais du contribuable… et de la planète !

Mais l’écologie ne fait pas le poids en regard des vies sauvées et des centaines de millions d’euros d’amendes au crédit du trésor public.

Espérons seulement que la présence de ces dispositifs sur les voitures radars ne perturbera pas la visibilité des conducteurs privés au point de créer des accidents en plus.

Sécurité routière ou gros sous ?

95% des amendes concernent des excès de vitesse de moins de 20 km/h au-dessus de la vitesse autorisée, et 50% des amendes concernent de très petits excès de vitesse, de 1 à 5 km/h au-dessus de la vitesse autorisée, déduction faite de la marge d’erreur. Pour les gros rouleurs, ceux qui parcourent la France du nord au sud, d’est en ouest, sur route et sur autoroute, et passent quotidiennement devant des dizaines voire des centaines de radars fixes, ceux qui ont perdu presque tous leurs points, un par un, pour des excès de vitesse minimes, ceux qui sont confrontés plusieurs fois par jour à des refus de priorité et à des conduites dangereuses, le discours sécuritaire centré sur la vitesse passe mal, comme les stages de récupération de points auxquels ils doivent participer avec un grand sentiment d’injustice.

D’autres solutions existent

Le LAVIA, dont j’ai parlé dans l’article un régulateur de vitesse intelligent, permettrait de mettre fin aux excès de vitesse involontaires, ces dépassements de la vitesse autorisée du conducteur prudent qui regarde la route au lieu de garder les yeux rivés sur son compteur.
Il permettrait également, à condition qu’il ne puisse pas être désactivé, prévenir les grands excès de vitesse, les excès de vitesse volontaires des chauffards.
Et pour les véhicules non équipés de LAVIA, les programmes GPS (Waze, Here we go, Google Maps, Coyote, etc.) pourraient enregistrer en temps réel la vitesse et la position des automobiles et communiquer les excès de vitesse au centre national de traitement des infractions routières. Autrement dit, vous utilisez une application GPS = vous autorisez le service à communiquer votre vitesse.
Le rôle des autorités se bornerait à vérifier la conformité des véhicules et en particulier l’absence de détecteurs électroniques de radars illicites (fréquences radio).

Casse-toi, je vais t’éclater

Un accueil bon enfant

Court extrait d’un reportage de France 3 dans la coquette cité HLM Ozanam adossée à la vieille ville de Carcassonne, là où vivait Redouane Lakdim avant qu’il ne soit tué par la gendarmerie dans le magasin Super U de Trèbes :

Un accueil bon enfant qui a surpris les journalistes locaux peu habitués à fréquenter les cités et peu coutumiers des éléments de langage et du dynamisme des habitants.

L’immigration est une chance pour la France

Il est du devoir de l’État et des citoyens de favoriser la venue d’immigrés et de réfugiés et de faciliter leur intégration. Cependant quelques partisans de la théorie du grand remplacement sont hostiles au projet de loi asile et immigration du gouvernement :

Les pièces de monnaie américaines

Aux Etats-Unis, encore plus qu’en France, les règlements dans les commerces s’effectuent par carte. Et dans la plupart des cas il n’est pas nécessaire de retirer de l’argent dans un distributeur de billets ou de changer des euros dans une banque. D’autant plus qu’à chaque retrait de billets dans un distributeur, outre la commission que prend votre banque, une commission fixe de 3$ est prélevée par la banque à qui appartient le distributeur. L’autre jour j’ai retiré 200 $ à un distributeur, et sur mon relevé de compte Boursorama, il était indiqué 203 $.

Il est cependant utile de posséder quelques dollars, ne serait-ce que pour se payer un sandwich, un fruit ou une friandise chez un marchand ambulant.

Les différences entre la monnaie américaine et la monnaie européenne :

Les billets sont tous verts et leurs dimensions sont très proches. Et il y a énormément de billets de 1 $ du fait que les pièces de 1 $, introduites au début des années 1970, ne sont plus produites depuis 2011 en raison du manque d’intérêt de la population pour ces pièces, dû essentiellement au maintien en parallèle du billet de 1 $. Quant aux pièces d’un demi-dollar, elles sont assez rares.

Les 4 pièces en circulation :​

Le penny, ou cent, d’une valeur de 0,01 $, a un diamètre de 19,02 mm et une épaisseur de 1,5 mm, et pèse 2,5 g, sa tranche est lisse. Elle est depuis 1982 en zinc recouvert de cuivre, au total elle contient 97,5 % de zinc et 2,5 % de cuivre. Depuis 1909, l’avers est à l’effigie d’Abraham Lincoln (né en 1809), et depuis 2010, le revers est orné du bouclier de l’Union, avec la mention E PLURIBUS UNUM.
Le Nickel, d’une valeur de 0,05 $, a un diamètre de 21,21 mm, une épaisseur de 1,95 mm et une masse de 5 g, sa tranche est cannelée. Il est en cupro-nickel, avec 67 % de cuivre et 25 % de nickel. Depuis 2006, l’avers est à l’effigie de Thomas Jefferson, 3ème président des Etats-Unis. Depuis 2006, l’avers est à l’effigie de Thomas Jefferson, 3ème président des Etats-Unis, et l’envers représente Monticello, sa résidence.
La dime, d’une valeur de 0,10 $, a un diamètre de 17,91 mm, une épaisseur de 1,35 mm et pèse 2,268 g, elle est en cuivre pur recouvert de cupro-nickel sur ses deux faces, laissant apparaître le cuivre sur la tranche cannelée, au total la pièce contient 91,67 % de cuivre et 8,33 % de nickel. Depuis 1946, l’avers est à l’effigie du président Franklin D. Roosevelt et l’envers représente une torche et des rameaux.
Le quart, d’une valeur de 0,25 $, a un diamètre de 24,26 mm, une épaisseur de 1,75 mm et une masse de 5,67 g, il est en cuivre pur recouvert de cupro-nickel sur ses deux faces, laissant apparaître le cuivre sur la tranche cannelée, au total la pièce contient 91,67 % de cuivre et 8,33 % de nickel. Depuis 1932, l’avers est à l’effigie du président George Washington et depuis 1999, l’envers est variable avec 5 gravures par an, j’ai choisi ici les Everglades en Floride.

Comme vous avez pu le constater, la Dime est plus petite que le Nickel, la raison en est qu’autrefois la Dime et la demi-dime (5 cents) étaient toutes les deux en argent, la 1/2 Dime mesurant 15,5 mm de diamètre. Mais quand la 1/2 Dime fut remplacée par le Nickel (en alliage de Nickel, comme son nom l’indique) son diamètre fut porté de 15,5 mm à 21,21 mm. Ça peut créer des confusions chez les Européens habitués à l’euro. Mais se tromper entre une pièce de 5 et 10 centimes, ça n’est pas bien grave.

Les pièces de monnaie valant si peu, peu de gens s’embarrassent de les transporter avec eux, on n’imaginerait pas ici de donner un pourboire ou de donner à l’église des pièces !

Alors quand on a reçu un rendu de monnaie en pièces, on les garde dans ses poches et on les vide au premier endroit venu : dans les vides-poche de la voiture, dans le coffre, à côté de la machine à laver, etc. C’est un peu comme les pièces jaunes de Bernadette et David.

Pile ou Face ?

Noter qu’en langage courant on parle de pile ou de face pour désigner respectivement le revers et l’avers d’une pièce de monnaie, en couture on parle d’endroit et d’envers, en imprimerie de recto et de verso (ou de dos), il y en a peut-être d’autres…

Les frais de succession chez Boursorama

Mise à jour le 2 novembre 2017 (voir à la fin de l’article).

Thomas avait un compte bancaire chez Boursorama Banque, une banque en ligne.  C’est aussi une de mes banques et c’est moi qui l’avait parrainé lors de l’ouverture de son compte. Après son décès j’ai appelé Boursorama pour clôturer son compte et récupérer les avoirs au crédit de la succession. Heureusement que j’avais un compte Boursorama, car il est impossible de joindre le service client par téléphone sans numéro d’identifiant client.

La communication avec le service succession n’a pas été évidente : sur les courriers émanant de ce service, pas de numéro de téléphone ni d’adresse mail de contact, mais seulement un numéro de fax (qui utilise encore les fax ?). A défaut d’adresse email de contact (le service client a refusé de me la communiquer), j’ai du envoyer toutes les pièces par courrier, pour recevoir un mois plus tard (après plusieurs relances auprès du service client), une réponse par mail.

Dés l’annonce du décès de Thomas, Boursorama a prélevé, le jour même, 300 € sur son compte, au titre des frais de succession. C’est le montant forfaitaire le plus élevé de toutes les banques françaises (je viens de vérifier).

Boursorama, comme beaucoup de banques maintenant, n’édite plus de relevé papier, et comme je n’ai pas accès à l’espace client de Thomas sur internet, j’ai demandé à la banque de me communiquer les relevés d’opérations de l’année écoulée, nécessaires pour le calcul des impôts sur ses revenus 2017. Boursorama me demande 12€ par relevé mensuel ! Alors que ces relevés mensuels sont disponibles sur l’espace client de Thomas sous forme pdf, il suffit à la la banque de me les envoyer par mail.

Se servir abusivement sur les avoirs d’un défunt, j’appelle ça un comportement de vautour !

J’étais furieux quand j’ai rédigé cet article,  et j’ai écrit à Boursorama pour demander la communication des relevés mensuels de Thomas à titre gratuit.
Voici la réponse qui m’a été faite :

En réponse à votre demande et à titre commercial, vous trouverez en pièce jointe les relevés du compte à vue du 17/10/2016 (date de son ouverture) à la date du décès.

En pièce jointe il y avait un fichier pdf de 13 pages, visiblement un scan d’une impression papier des relevés. Mauvaise qualité, mais on arrive quand même à lire les chiffres. Je comprends mieux pourquoi ils demandaient 12 € par relevé.

Maintenant, comparons les tarifs succession de Boursorama (forfait de 300 €) et de BNP (90 € + 1% des avoirs) pour des successions de différents montants (€) :

Montant < 200 201 à 3000 5000  10 000  21 000  50 000  > 66 000
Boursorama 300 300 300 300 300 300 300
 BNP Paribas  0  90 140  130  300  590 750

Précisons cependant que BNP Paribas ne facture pas l’édition des relevés.

Jusqu’à 21 000 €, BNP Paribas est moins cher, au-dessus, c’est Boursorama. Pas si vautours que ça, finalement, in n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

à Levallois, l’opération sentinelle ne sert à rien…

… et pas qu’à Levallois ! Il faut confier notre sécurité intérieure à la police nationale et à la gendarmerie et pas à des militaires dont la présence ne dissuade pas les fauteurs de troubles mais au contraire les attire et les stimule.

Ironie du sort, l’attentat d’aujourd’hui à Levallois, c’était Place de Verdun, devant la salle des fêtes où nous nous étions retrouvés après les obsèques de Thomas. Ce n’est pas une place, c’est juste une rue, qui longe au nord le HLM de style stalinien de l’époque communiste de Levallois (avant Balkany) et au sud le pavillon des fêtes et le parc de la Planchette. Depuis la photo, la plate-forme autour de la salle des fêtes a été végétalisée comme le parc.

Cette rue est censée être fermée à la circulation, mais les bornes qui empêchent l’accès sont en permanence baissées. Car au pied du HLM, stationnent les véhicules des militaires de l’opération sentinelle, ils occupent aussi des locaux au rez-de-chaussée. Je connais bien l’endroit car je m’y suis rendu à plusieurs reprises pour préparer la réception à l’issue des obsèques de Thomas. Je m’y suis rendu à pied, en scooter et en voiture, j’ai stationné plusieurs fois mon scooter ou ma voiture. Nous sommes entrés et sortis dans l’enceinte de la salle des fêtes. A aucun moment les jeunes soldats ne m’ont demandé quoi que ce soit. Je les voyais, indolents, assis ou faisant les cent pas, avec l’air de s’ennuyer ferme, et absolument pas aux aguets, comme s’ils étaient sûrs que rien ne devrait arriver. Quand ils marchent à plusieurs avec leurs fusils mitrailleurs, aucun ne se retourne pour assurer les arrières. Ils ne contrôlent ni les piétons ni les véhicules qui passent ou qui stationnent. Quand on stationne des forces de sécurité au pied d’un HLM public où on peut accéder (et s’échapper) de tous les côtés (sans compter les jets éventuels de machines à laver et autres projectiles depuis les fenêtres), la moindre des choses est de contrôler les accès, de jour comme de nuit.

Ça m’a choqué au point que j’ai failli écrire un article là-dessus, mais je ne voulais pas mettre en danger ces forces censées nous protéger, mais qui ne sont même pas capables d’assurer leur propre sécurité. Je pense sérieusement que les jeunes guetteurs qui assurent la sécurité de la vente de drogue dans les halls d’immeubles de la Seine-Saint-Denis sont infiniment plus vigilants et aguerris que ces pauvres militaires à qui je ne confierais même pas la surveillance d’une entrée de supermarché.

Le chauffard, Hamou Benlatreche, était seul dans sa BMW (série 2), aucun des nombreux soldats n’a réussi à l’arrêter ou à stopper sa voiture, pourtant les militaires étaient tous armés et les sorties de la Place de Verdun sont sinueuses et étroites. Ont-ils seulement tiré une balle ? Si l’agresseur avait été armé ne serait-ce que d’un Glock 17 (comme celui d’Adam Djaziri), il aurait fait un carnage. J’avais l’impression quand je passais là que les militaires étaient en vitrine, comme des poupées de foire. Il faut vraiment que les pouvoirs publics s’interrogent sur l’utilité, sur le professionnalisme et sur la motivation de ces forces de l’ordre, il faut surtout définir un cahier des charges, rédiger une feuille de route, tester à l’improviste les réactions des militaires, etc.

Levallois est une ville sensible, la ville abrite une forte communauté juive alimentée depuis peu par l’exode des juifs chassés par les arabo-musulmans des banlieues cosmopolites de Paris, notamment la Seine Saint Denis, mais elle est surtout le siège de la SDAT (sous direction anti-terroriste), de l’unité de coordination de la lutte antiterroriste (UCLAT), et j’en passe… De quoi attirer les antisémites, les antimilitaristes et les allahouakhbaristes de tous poils.

Mais qui sont les hommes de l’opération sentinelle ? Sûrement pas de vrais soldats, de ceux qui font la guerre contre des vrais ennemis, de ceux qu’on parachute en terrain hostile, de ceux qui se battent contre des vrais méchants comme les islamistes de Daesh. J’imagine plutôt que l’armée a envoyé des plantons, des novices, des bleus comme on dit, mais pas ses meilleurs éléments qu’elle réserve aux théâtres d’actions de pointe.

Alors, arrêtons l’hypocrisie et renvoyons tous ces gens, ceux de l’opération sentinelle, ceux du plan vigie-pirate, ceux qui fouillent les sacs à l’entrée des centres commerciaux, les agents de sécurité des aéroports… et confions notre sécurité intérieure à de vrais professionnels sérieux, formés et aguerris : la police nationale et la gendarmerie.

PS1 : Patrick Balkany a été le premier maire de France à faire installer des caméras de vidéo surveillance dans sa ville, suscitant énormément de critiques notamment de la part des communes de gauche qui ont depuis adopté le même dispositif. Un maire présent dans sa ville et disponible même en plein mois d’août.

PS2 : Le suspect a été interpellé sur l’A16 à 13h30, entre Boulogne et Calais, l’homme a essayé de s’enfuir, il a été blessé par balle par la police.Un policier aurait été blessé aussi, par le tir d’un autre policier (Le type n’était pas armé, ce qui prouve que les policiers sont aussi nuls que les militaires, à qui se fier ?). Le suspect, Hamou Benlatreche, un algérien en situation irrégulière en France, et bien connu des services de police, est domicilié à Bezons où son domicile a été perquisitionné, son action a peut-être été inspirée par des idéaux islamiques.

PS3 : Les militaires armés jusqu’aux dents se laissent rouler dessus sans tirer une seule balle. Les policiers tirent sur tout ce qui bouge y compris sur leurs collègues, même quand les suspects ne sont visiblement pas armés. Il ne suffit pas de donner des armes aux militaires et aux policiers, il faut leur apprendre à s’en servir afin qu’ils tirent à coup sûr sur les délinquants, et que sur les délinquants.

Mon voisin Népalais a marié son fils

Samedi dernier mon voisin Népalais mariait son fils, j’ai admiré les tenues traditionnelles multicolores des jeunes femmes qui partaient pour la fête. Mon voisin était habillé à l’occidentale d’un costume gris très élégant.

Cet homme était guide de haute montagne, au cours d’une expédition il a eu les pieds gelés, ce qui a mis fin à sa carrière. Qu’à cela ne tienne, son client, un Français de bon cœur, l’a fait venir en France et l’a aidé à s’insérer. Il travaille dans le bâtiment. En 2000 il a obtenu la nationalité française.  Son fils est médecin et la mariée aussi.

Une ombre dans ce mariage : 4 couples n’ont pas pu venir car leurs demandes de visa ont été refusées par les autorités consulaires françaises, 3 couples vivant au Népal et un en Israël. Ils avaient tous acheté leurs billets d’avion aller-retour, avaient déposé leur demandes de visa accompagnées de tous les justificatifs, certificat d’hébergement compris. En revanche les invités venant des Etats-Unis n’ont eu aucune difficulté.

Les autorités françaises ont-elles craint une immigration massive en provenance du Népal ?

Mon voisin m’a dit tous les tracas qu’il avait chaque fois qu’il revenait en France de l’étranger, le policier des frontières triturant son passeport (français) dans tous les sens au point que la dernière fois il a dû lui dire : “arrêtez, vous allez le déchirer”. Sa famille et ses amis au Népal ont les plus grandes difficultés à venir lui rendre visite, il manque toujours un papier au dossier, une attestation, un justificatif de ressources, un papier qui n’a pas été demandé au départ.

Autre chose qui m’a énervé aujourd’hui, je viens d’apprendre qu’une femme, Béatrice Huret, qui a aidé un Iranien, Mokhtar, à sortir de la jungle de Calais, qui l’a hébergé, l’a aimé et l’a aidé à rejoindre l’Angleterre, risque maintenant dix années de prison. Un agriculteur du pays niçois, Cédric Herrou, qui allait chercher des migrants en Italie, a comparu devant le tribunal correctionnel de Nice, il encourrait jusqu’à cinq années de prison, il a été acquitté.

Autrement dit, la peine encourue est de 5 ans de prison pour aider un migrant à entrer dans notre pays, et de 10 ans pour en aider un à sortir. Heureusement que ces peines ne sont pas appliquées !

Et si on laissait les gens entrer et sortir de notre pays quand ils veulent, avec ou sans papiers (ça s’appelle la liberté) ? Et si on dénonçait les accords du Touquet ? Et si on réservait les prisons aux criminels ou aux personnes dangereuses pour leurs semblables ou l’ordre public ?

Adam Lofti Djaziri fiché S et détenteur d’armes

Les faits :

Selon les médias, Adam Lofti Djaziri aurait “assailli” un fourgon de police en patrouille sur les Champs Élysées en fonçant dedans avec sa voiture qui a pris feu après l’impact, et aurait péri suite à l’accident.

Une bonbonne de gaz, une kalachnikov, deux armes de poing et des munitions ont été trouvés dans son véhicule. Il y avait de quoi “éventuellement faire sauter cette voiture”, a rapporté le ministre.

La thèse de l’attentat est peu crédible

Tout dans cette affaire me parait peu crédible : L’homme possédait des armes de poing (pistolets ou revolvers), des armes longues (carabines, fusils…) et les munitions qui vont avec, avec l’autorisation de sa préfecture de résidence. Il fréquentait un club de tir sportif et son carnet de tir était à jour.

S’il avait voulu commettre un attentat, il lui suffisait de dissimuler deux pistolets chargés sous une veste, à la ceinture ou dans les poches, deux Glock 17 par exemple, 34 coups sans recharger, ça aurait fait un carnage. Pas besoin de Kalashnikov lourde, encombrante, peu pratique pour du tir rapproché dans la foule, et dont le chargeur ne contient que 30 cartouches.

S’il avait projeté de faire exploser sa voiture, il l’aurait bourrée de bouteilles de gaz et il aurait installé un dispositif de mise à feu, il lui suffisait de déclencher le système lors de l’arrêt à un feu rouge, de sortir de la voiture et de s’éloigner rapidement.

Et si c’était un accident ?

Et si Adam Lofti Djaziri qui circulait en voiture sur les Champs Élysées, peut-être à vive allure, avait été distrait par son téléphone portable ou ébloui par le soleil et fait un écart de conduite qui aurait causé l’accident ?

Redoutait-il un contrôle de police, ce qui l’aurait rendu nerveux ? Il était autorisé à transporter des armes, à condition que ce soit pour un trajet domicile club de tir* et à condition que les armes ne soient pas chargées, soient verrouillées par un système à clé ou à combinaison (verrou de pontet) les rendant inaptes au tir et soient stockées dans une mallette indépendamment des munitions. Il n’est pas interdit de transporter des bouteilles de gaz dans sa voiture, les particuliers ne sont pas soumis à la réglementation ADR**.

(*) Où est son club de tir ? Il serait logique qu’il soit dans l’Essonne, son département de résidence. Son club de tir est-il ouvert le lundi ?

(**) L’ADR (Accord for Dangerous goods by Road) ne s’applique pas pour les particuliers lorsqu’ils transportent des bouteilles de GPL (butane / propane). Ces bouteilles, ainsi transportées, doivent être destinées à leur usage personnel ou domestique ou à des activités de loisirs ou de sports (1.1.3.1 a) de l’ADR).

Cependant un certain nombre de précautions, relevant du bon sens et de sécurité, doivent être prises pour transporter des bouteilles de GPL :

  • S’assurer que le robinet est bien fermé étanche (absence d’odeur).
  • Ne pas transporter de bouteille de GPL sans chapeau. Il protégera le robinet en cas de choc.
  • Caler efficacement la bouteille de GPL dans le véhicule, même pour un petit trajet.
  • Ne jamais fumer lors de toutes manutentions de bouteilles de GPL…

Panne d’essence

Il n’y a plus d’essence en Ile de France ! Après les queues de plusieurs centaines de mètres à l’amont de chaque station, il y a moins de queue maintenant que les pompes sont fermées et que les anxieux ont fait le plein. Pour ma part j’avais fait le plein de ma voiture et de mon scooter avant la grève et j’attends que ça passe. D’après les autorités, toutes les stations services devraient être réapprovisionnées dans la journée. La pénurie est fortement liée au comportement d’une partie des consommateurs qui en temps normal ne font pas le plein de leur réservoir quand il est vide et qui en temps de crise se précipitent pour faire le plein et parfois remplir des jerrycans. Si chaque Français faisait le plein chaque fois qu’il passe à la station, ça permettrait à la plupart de tenir le temps de la crise sans avoir à passer à la pompe. Cliquer sur la carte (capture d’écran jeudi 1er juin à 12h59) pour afficher les stations en pénurie partielle ou totale.

d’Ilan à Sarah Halimi, la France indigne

En prenant connaissance des circonstances de l’atroce assassinat de Sarah Halimi, et en particulier de l’attitude des policiers qui prévenus très tôt ont laissé faire, je n’ai pu m’empêcher de penser au sketch des inconnus : Le commissariat de police”, un sketch qui prend aujourd’hui une résonance terrible.

La tribune initialement publiée par Atlantico, le 25 mai 2017 :

Lettre ouverte à Gérard Collomb :
d’Ilan à Sarah Halimi, la France indigne.
Par Alexandra Laignel-Lavastine

“Dix ans plus tard, nous en sommes donc au même point. D’un Halimi à l’autre, d’Ilan à Sarah, nous sommes même devant un cas d’école auquel ceux qui scrutent l’inconscient collectif et ses pathologies seraient bien inspirés de s’intéresser.”

Monsieur le ministre,

Une femme juive, médecin, surprise dans son sommeil, est atrocement torturée pendant plus d’une heure. Elle a 65 ans et elle vit dans un modeste immeuble du XIème arrondissement de Paris, rue Vaucouleurs. Le meurtrier, qui s’introduit chez elle par le balcon, s’acharne avec une violence inouïe sur sa victime, provoquant une vingtaine de fractures au corps et au visage, avant de la défenestrer, agonisante, du troisième étage. Pendant ce temps, la police (aussitôt prévenue) est sur le palier. Les trois hommes armés n’interviennent pas.

Les voisins (plusieurs dizaines de personnes) entendent ses hurlements. Ils ne bronchent pas. Les médias nationaux sont alertés. Ils n’enquêtent pas et passent le meurtre sous silence. Elle s’appelait Sarah… Sarah Halimi.

Cette scène épouvantable ne s’est pas déroulée en 1942, avant ou après la Rafle du Veld’hiv, mais… dans la nuit du 3 au 4 avril 2017 aux cris de “Allah Akbar”, dans un minuscule HLM situé à quelques encablures du Bataclan. Une marche blanche à sa mémoire sera organisée le dimanche d’après à Belleville. Elle s’est heurtée à des “Mort aux Juifs !” de la part de jeunes des cités avoisinantes, certain ajoutant : “On a nos kalach !”. Dans la foulée, le procureur de Paris, François Molins, s’est empressé d’expliquer qu’il fallait attendre le résultat de l’enquête avant de se prononcer sur la nature du crime. Sait-on jamais : une femme juive âgée sauvagement massacrée par un vigoureux islamiste de 27 ans au lourd passé de délinquant (condamnations multiples pour trafic de drogue et violences) pourrait bien relever d’une simple querelle de voisinage… D’autant que le criminel, Kada Taoré, d’origine malienne, la traitait régulièrement de “sale juive”, si bien qu’elle avait confié à son entourage la crainte qu’il lui inspirait. “Nous sommes en guerre”, annonçait Manuel Valls le 13 janvier 2015, “pour que les musulmans n’aient plus honte et pour que les Juifs n’aient plus peur”. Remarquable bilan. Vous venez donc, Monsieur le ministre, de prendre vos fonctions dans un pays où il est redevenu possible d’assassiner des Juifs sans que nos compatriotes ne s’en émeuvent outre mesure. À cet égard, vos prédécesseurs, de droite comme de gauche, ont eux aussi préféré ne pas regarder plus loin que le bout du balai avec lequel ils enfouissaient la poussière sous le tapis. Aucun n’a été la hauteur. Le serez-vous ? Ce dimanche 21 mai, sur la chaîne de télévision i24News, le frère de Sarah Halimi déclarait avec une extraordinaire dignité : “J’ai attendu sept semaines avant de m’exprimer. Le silence de mort qui continue d’entourer l’assassinat de ma sœur est insupportable”. Un fait divers ? Même pas. Dans l’atmosphère déliquescente qui règne au pays de Dieudonné, pour qui “les Juifs sont des chiens” (on se tord de rire), il faut croire qu’un chien écrasé mérite effectivement plus d’attention qu’une Juive assassinée.

En votre âme et conscience, je sais, Monsieur le ministre, que vous partagez ce diagnostic. Je me souviens vous avoir accompagné en Roumanie au début des années 90, peu après la chute du communisme, pour y promouvoir la démocratie, en général assez peu compatible avec l’antisémitisme. À l’époque, nous nous inquiétions ensemble de voir certaines élites d’Europe de l’Est renouer avec leur vieille passion antijuive. Mais voilà que la judéophobie qui fait désormais couler le sang en Europe ne vient plus de l’extrême droite : elle est de facture musulmane.
Beaucoup plus embarrassant… Malgré cette mutation, je me prends à espérer que votre fermeté et vos convictions d’alors sauront arracher la France d’aujourd’hui à son somnambulisme. Car comme le remarque l’un des deux avocats de la famille Halimi, Maître William Goldnadel, “le meurtrier aurait été blond aux yeux bleus, toute la France serait descendue dans la rue. Il est islamiste, toute la France rase les murs”.

C’est ainsi que de ce crime antisémite, il ne fut pas question pendant la campagne présidentielle. Quant aux journalistes, qu’on a vu autrement plus zélés dans l’“affaire Théo”, tous se sont mis au garde-à-vous — une première ! — devant les appels à la prudence de Monsieur le procureur. Hormis la presse juive, seul un journal texan en a parlé. Or, le rapport de police vient de tomber et les avocats ont tenu une conférence de presse ce lundi 22 mai pour s’étonner de la “chape de plomb” qui pèse sur cette affaire. De fait, l’enquête confirme ce que nous savions déjà sur le calvaire de la malheureuse. En pire. Son bourreau l’a massacrée en récitant des sourates du Coran et en la traitant de “Satan” en arabe (l’attaque a été enregistrée par un voisin). Après l’avoir achevée à la barbe des trois policiers de la Bac présents dans l’immeuble dès 4 heures, mais qui attendaient… des renforts, le tueur est repassé chez les voisins par le même balcon et s’est remis à prier. Les renforts sont arrivés. L’interpellation a eu lieu à 5 heures 35. L’homme n’a pas résisté. Sarah Halimi, elle, gisait, morte, sur le trottoir.

Ces faits sont gravissimes. Mais on trouve une fois de plus, contre vents et marées, le moyen de se rassurer à bon compte. Tout comme le massacreur de Nice, le djihadiste de Belleville serait “fou”. Ouf, on respire ! À ce titre, et parce qu’il était un peu “exalté”, les policiers ne l’ont pas incarcéré, mais envoyé dans un hôpital psychiatrique où il est toujours soigné aux frais du contribuable. Dans ce domaine, on ne lui connaît toutefois aucun antécédent.
Vous vous souvenez peut-être, Monsieur le ministre, que ce déni a déjà tué sur le sol français. On comment ne tirer aucune leçon des errements policiers durant la séquestration (23 jours) du jeune Ilan Halimi, kidnappé, martyrisé et assassiné parce que Juif par le Gang des barbares en 2006. Le quai des Orfèvres s’était entêté à suivre la piste, absurde mais moins dérangeante, d’un règlement de compte entre bandes. Le patron de la PJ lui-même n’en démordait pas, y compris après la capture de Youssouf Fofana qui s’était tranquillement enfui en Côte-d’Ivoire (où des agents du Mossad l’arrêteront) : Il n’y a pas et il ne saurait y avoir d’antisémitisme en France ! Pas de chance, la justice retiendra l’antisémitisme comme circonstance aggravante.

Dix ans plus tard, nous en sommes donc au même point. D’un Halimi à l’autre, d’Ilan à Sarah, nous sommes même devant un cas d’école auquel ceux qui scrutent l’inconscient collectif et ses pathologies seraient bien inspirés de s’intéresser. Vous aussi, M. le ministre, et de très près. Deux Juifs suppliciés dont la mort aurait pu être évitée avec un brin de jugeote, cela commence à faire beaucoup. Alors oui, c’est insupportable et c’est désormais votre affaire. C’est insupportable pour les Juifs, mais cela devrait l’être plus encore pour les non-Juifs.

Du moins dans une démocratie “normale” et bien portante. Car la recrudescence de l’antisémitisme constitue toujours un baromètre infaillible s’agissant d’évaluer la santé morale d’une société. Or, qu’avons-nous sous les yeux en 2017 ? La haine autorisée et le passage à l’acte décomplexé des uns. La cécité volontaire et l’approbation, silencieuse ou joyeuse, des autres. Et, last but not least, la tragique indifférence du plus grand nombre.

Il est vrai que si le bourreau n’avait pas le bon profil, la victime non plus. À cet égard, auriez-vous remarqué, M. le ministre, l’étrange phénomène que voici ? Aussi longtemps que nos barbares de fabrication locale ne tuaient que des Juifs — Ilan Halimi en 2006, les enfants de Toulouse en 2012, un couple au Musée juif de Bruxelles en mai 2014, des gens faisant leurs courses Porte de Vincennes en janvier 2015, la réplique de Copenhague juste après et déjà oubliée, ce n’était pas bien grave. Ils devaient quand même être un peu “coupables” puisque cela fait deux mille ans qu’on le dit. Dans le lot, il y avait certes quelques soldats “arabes” et autres journalistes “islamophobes” qui l’avaient peut-être un peu cherché. On n’allait pas en faire une histoire. Mais au Bataclan, des “Français innocents”, pour reprendre le lapsus de Raymond Barre après l’attentat antisémite de la rue Copernic en 1980, c’était inacceptable ! Ce refrain, sans que ceux qui l’entonnent pensent nécessairement à mal, nous y avons eu droit sur tous les tons au lendemain du 13 novembre : “Mais pourquoi nous ? Pourquoi la France ? Pourquoi des innocents ?”.

Et pourquoi s’arrêter en si bon chemin au beau milieu du sanglant été 2016 ? Le 31 juillet, une tribune signée par une centaine de personnalités musulmanes procédait ainsi à une soustraction bizarre. Elles réclamaient une réorganisation de l’islam de France “après l’assassinat de caricaturistes, après l’assassinat de jeunes écoutant de la musique, après l’assassinat d’un couple de policiers, après l’assassinat d’enfants, de femmes assistant à la célébration de la fête nationale, aujourd’hui l’assassinat d’un prêtre célébrant la messe”. Cherchez l’erreur… Tous les attentats récents étaient énumérés, sauf ceux ayant visé des Juifs, collectivement massacrés ou individuellement poignardés et blessés. Sans doute par distraction. Des réactions outrées ? Si peu…

Que comptez-vous faire, Monsieur le ministre, pour secouer cette terrifiante apathie ? Il ne suffira pas, cette fois, de briser les avertisseurs d’incendie, forcément “néo-réactionnaires”, pour que le feu s’éteigne de lui-même. Un tour de passe-passe où nos bien-pensants de service s’illustrent depuis 2002. À moins que vous ne choisissiez d’avoir tort avec les djihadistes plutôt que d’avoir raison avec les réalistes ? On ne s’en sortira pas non plus à pratiquer la pensée magique et à communier dans ce catéchisme antédiluvien selon lequel le Mal ne saurait en aucun cas surgir du camp du Bien, celui des anciens “damnés de la terre”».  Votre mandat sonnera-t-il, dans ce domaine, la fin de la récréation ?

Car vous le savez bien : persister à ne pas appeler un chat un chat, à minimiser (“actes isolés” et “loups solitaires”), à euphémiser (“les enfants perdus du djihad”), à excuser, à banaliser et — en désespoir de cause — à psychiatriser, nous mènera droit dans le mur. Il se trouve en effet que nos ennemis de l’intérieur ne sont ni fous ni nihilistes. Ils sont islamistes. Et qu’ils haïssent au moins autant la France laïque que les Juifs dans leur ensemble, logés à la même enseigne. Nous comptons sur vous pour le rappeler haut et fort. Et oser nommer clairement l’ennemi pour cesser d’ajouter à la confusion des esprits et au malheur du monde. Il y faudra un peu de courage car vous ne vous ferez pas que des amis au sein de votre famille politique. Mais cela vaudra toujours mieux que de rester dans l’histoire comme un compagnon de route de ce que Jacques Julliard, l’icône de la Deuxième gauche, appelle “le parti collabo”. Ce parti aux yeux duquel « tout est bon pour suggérer que ces crimes [djihadistes] ne sont pas des crimes, mais des conséquences » (de l’exclusion, du chômage, du racisme). Par où le politiquement correct fait cause commune avec le politiquement abject.
On attend de vous, M. le ministre, que vous incarniez le parti de la France réveillée et non plus celui de l’angélisme face à la haine antijuive qui gangrène le cerveau de nombreux jeunes musulmans français — paumés ou radicalisés. L’historien Georges Bensoussan, l’auteur d’Une France soumise (Fayard, 2017), n’a pas dit autre chose au micro d’Alain Finkielkraut sur France-Culture. Ce pourquoi un extravagant procès lui a été intenté cet hiver pour “incitation à la haine raciale », procès dans le cadre duquel le Parquet a réussi l’exploit de requérir contre lui. Brisons le thermomètre pour croire le malade guéri ! C’est dire si vous n’aurez pas la tâche facile dans un contexte où nous avons franchi, depuis « Charlie », un pas supplémentaire dans l’art de se crever les yeux : au refus de voir ce que l’on voit s’est ajouté le refus de savoir ce que l’on sait. Car vous n’ignorez pas ce que montrent depuis trois ans toutes les enquêtes d’opinion, à savoir que les stéréotypes antijuifs sont les plus répandus en France au sein de trois catégories de la population : les sympathisants du Front national, les militants d’extrême gauche et les musulmans (auto-définis comme tels). Et vous en conviendrez, abdiquer de la plus élémentaire lucidité ne saurait faire, en l’espèce, une politique. Car sans problème, point de solutions.

Une lourde charge, Monsieur le ministre, pèse sur vos épaules. Il y va de votre honneur. Et de celui de la France.

Alexandra Laignel-Lavastine

Elle vient de publier : “Pour quoi serions-nous encore prêts à mourir ? : Pour un réarmement intellectuel et moral face au djihadisme

Docteur en philosophie, historienne des intellectuels européens au XXème siècle face aux totalitarismes, spécialiste de la Shoah, universitaire, essayiste, traductrice, longtemps critique au quotidien Le Monde, Alexandra Laignel-Lavastine a reçu le Prix de l’Essai européen en 2005 pour Esprits d’Europe (Calmann-Lévy 2005), un hommage aux dissidents de l’Est ; et le Prix de la Licra 2015 pour La Pensée égarée. Islamisme, populisme, antisémitisme : essai sur les penchants suicidaires de l’Europe (Grasset). Elle a, entre autres, enseigné à la Sorbonne, à l’EHESS, et à la NYU. Elle collabore aussi à plusieurs médias. Elle est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages, la plupart traduits à l’étranger. Elle vit entre Paris et Jérusalem.