Combien de chambres d’hôtels à St-Quay-Px ?

lecelticAvec la fermeture du Gerbot d’Avoine, il ne restera plus que trois hôtels à Saint-Quay-Portrieux :  Le Ker Moor (4*, 27 chambres), le Saint-Quay (2*, 8 chambres) et le Kreisker (0*, 6 chambres), d’une capacité totale de 41 chambres.

Dans les années 1930, Saint-Quay-Portrieux comptait pas moins de 25 hôtels et pensions de famille :
Hôtel Le Celtic, Hôtel de la Paix, Hôtel Beau Rivage, Splendid Vue Hôtel, Hôtel Ker-Yvonic, Le Gulf-Stream appartements meublés, Grand Hôtel de la Plage, Hôtel Villegia, Hôtel-Restaurant les Balsamines, Pension l’Armorique, Hôtel-Pension Les Pierrettes, Hôtel du Tourisme, Hôtel des Marronniers, Hôtel des Bains et de l’Isnain, Hôtel de la Jetée, Hôtel Beauséjour, Pension de famille Ker Robert, Hôtel Pension les Chrysanthèmes, Pension de Famille les Acacias, Central Hôtel Restaurant, Modern Hôtel, Hôtel St-Quay, Hôtel de la Grève et de la Gare, Hôtel du Mouton Blanc, Hôtel Bretania.

Combien de chambres ? S’agissant pour la plupart de petits hôtels, en prenant comme hypothèse une moyenne de 8 chambres par hôtel, on aurait une capacité de 200 chambres environ, soit 5 fois plus qu’aujourd’hui.

41 chambres d’hôtels seulement à Saint-Quay-Portrieux, c’est peu, et cela pose au moins deux problèmes :

– Faute de pouvoir loger les participants, il n’est pas envisageable d’organiser, au centre des congrès, des événements  (congrès, colloques, symposiums) réunissant des congressistes sur plusieurs journées.
– La faible capacité hôtelière risque de compromettre le renouvellement de la classification station de tourisme et de la subvention (dont j’ignore le montant) qui l’accompagne.

Le Celtic existe toujours, fièrement dressé à l’extrémité nord-ouest de la grève de l’Isnain, ce n’est plus un hôtel mais un immeuble de studios ou  de petits appartements en copropriété, comme la plupart des anciens hôtels de Saint-Quay-Portrieux.

(L’hôtel Celtic 1930 et le Roc Celtic aujourd’hui)

Les grands prêtres font sensation dans le métro

soutaneIls étaient quatre ecclésiastiques, portant des soutanes noires ajustées, jeunes, beaux et grands (le grand blond a déclaré mesurer 2,04 m) qui sont entrés en même temps que moi dans le métro, à Saint-Lazare. Un autre grand homme (1,98 m), Freddy est entré en même temps qu’eux et n’a pas tardé à engager la conversation, posant à ces apôtres catholiques tout un tas de questions, sur leurs tailles, sur leur statut, l’un d’eux était prêtre, deux diacres et le quatrième séminariste, sur la religion ensuite : Comment Dieu peut-il tolérer la violence, Dieu a-t-il besoin des hommes ou les hommes ont ils besoin de Dieu, etc. Les prêtres étaient debout près d’une porte, la tête du plus grand touchait le plafond. Place de Clichy, une jeune femme est montée et s’est retrouvée entre le plus grand prêtre et Freddy. Surprise tout d’abord puis flattée de se trouver au milieu d’une assemblée de beaux et grands hommes, elle leur a à son tour posé des questions sur leur statut, sur le célibat des prêtres, elle a dit qu’elle était musulmane et qu’elle se prénommait Natacha, puis elle a demandé au plus grand s’il acceptait qu’elle se prenne en photo avec lui (selfie), et a pris deux ou trois photos après son accord. Je voyais les yeux amusés et les sourires bienveillants des passagers qui ne perdaient pas un mot de ces échanges. Une lueur d’espoir dans ce monde de brutes.

Les terre-pleins du port d’Armor se refont une beauté

Terre-pleins Port d'ArmorLes travaux tant attendus ont démarré. Après la démolition de l’hôtel inachevé début 2011, et l’abandon du projet immobilier porté par la société Budet, les terre-pleins faisaient bien triste figure. Le syndicat mixte du port d’Armor (22410) va offrir aux Quinocéens un bel espace de stationnement meublé et arboré. Démarrer les travaux en même temps que la saison touristique ne me semble pas des plus pertinents, à moins que ce soit un moyen déguisé de chasser les camping cars et de réorienter les touristes vers les restaurants de la ville.

La carte et le territoire

epci21La carte et le territoire, c’est le titre d’un roman de Michel Houellebecq, un roman qui a obtenu le prix Goncourt en 2010, un roman que j’ai dévoré en deux jours à peine, un Michel Houellebecq qui n’avait pas hésité à encenser le journal télévisé de Jean-Pierre Pernaut dont il fait un de ses personnages.

La carte et le territoire, à Saint-Quay-Portrieux, où l’enjeu de la fusion des intercommunalités préoccupe plus les citoyens que les élections régionales.

Ce soir (mardi 9 décembre), le maire de Saint-Quay-Portrieux avait organisé une réunion publique au centre de congrès pour présenter la carte et le territoire proposés par le préfet des Côtes d’Armor. Comme il l’a souligné, c’était et ce sera la seule réunion publique organisée dans notre communauté de communes. Une réunion publique à laquelle au moins 150 personnes ont participé, des Quinocéens, mais aussi des Binicais et des Tagarins, une réunion qui aura duré deux heures et demie.

Thierry Simelière a d’abord présenté les chiffres, des chiffres rébarbatifs, la synthèse de l’étude exhaustive et objective de Ressources Consultants Finances communiquée à Binic jeudi dernier. Il a ensuite passé la parole à la salle. Ceux qui sont intervenus pour poser des questions ou apporter des témoignages étaient contre la carte, cependant les échanges ont été courtois et pertinents.

Une réunion dense, réussie, à mettre à l’actif du maire et plus largement à l’actif de la ville de Saint-Quay-Portrieux.  Je n’en dirai pas plus, parce que je serai amené à me prononcer vendredi en conseil municipal, parce que je me sens investi d’un certain droit de réserve, et parce que les médias présents sauront mieux synthétiser la teneur des échanges que moi.

Mise en œuvre de la loi NOTRe pour notre CDC.

PasLaNotreJ’avoue que je n’avais pas réussi à me faire une idée claire de ce qui était en cours et en jeu. Depuis le week-end passé, c’est devenu beaucoup plus clair. Interviews des uns et des autres, parcours des sites de blogueurs et des journaux.

Voici ce que je comprends, merci de relever les erreurs éventuelles :

Une proposition portée par le préfet des Côtes d’Armor : Je croyais que le préfet n’était que la courroie de transmission du gouvernement. Il semble que ce ne soit pas tout à fait le cas. Le préfet a certes suivi les directives mais il a proposé le texte que l’on connaît en apportant sa propre contribution. Il prévoit le rattachement des communes du littoral, Binic, Etables-sur-Mer et Saint-Quay-Portrieux à l’agglomération de Saint-Brieuc, qui compte 140 000 personnes.

Les élus des communes du Sud Goëlo se sont concertés et ont clairement proposé le rejet de ce projet pour un autre, mais Saint-Quay-Portrieux a fait dissidence dans la prise de position.

Puis il y a eu des annonces pour des “assises du Sud Goëlo” auxquelles étaient invités tous les élus des communes du Sud Goëlo, de Plouha et de Plouézec, et le personnel des communautés de communes. Apparemment la ville de Plouha était à la manœuvre. Notre maire ne semblait pas enthousiaste et l’éventualité de ce regroupement a fait long feu. A noter que les autres communes de notre communauté de communes ont boycotté.

L’autre alternative, promue par notre communauté de communes sauf Saint-Quay-Portrieux, envisage un regroupement de trois communautés de communes : Sud Goëlo, Lanvollon et Leff. Il s’agit de trois communautés de communes de tailles équivalentes, de l’ordre de 15 000 personnes, une maritime et deux terrestres.

Analyse sommaire

Dans la proposition du préfet il y a un peu plus de cohérence territoriale, l’aspect maritime est le fil conducteur mais, pour les habitants du Sud Goëlo le cœur n’y est pas. En alternative à un mariage harmonieux à trois, l’écrasement ressenti au regard de la métropole de Saint-Brieuc fait peur.

De plus, financièrement, il n’y a quasiment que des avantages pour le mariage à trois plutôt que “l’absorption” avec la communauté urbaine de Saint-Brieuc nettement plus endettée et taxée. Dans ces conditions, la ville de Saint-Quay-Portrieux serait avec Binic la perle de ce regroupement, la ville phare offrant le débouché maritime.

Une pétition circule en parallèle en faveur de ce choix et elle rencontre un certain succès. En tout cas, quasiment toutes les personnes que j’ai rencontrées à Saint-Quay-Portrieux y adhèrent. On peut le comprendre.

Peu importe de savoir qui en est à l’origine, seul le contenu a de l’importance.

Il semble que les conseillers municipaux aient une liberté de prise de position et, de fait ils n’adhèrent pas tous au projet du préfet.

Ce n’est pas trop mon genre de signer des pétitions, procédé un peu sournois dont je me défie mais, ce coup-ci j’adhère et je signe.

Elections Régionales : le vote à Saint-Quay-Portrieux

ElectionsRegionalesPeut-être le plus beau bureau de vote de France : un panorama exceptionnel sur la belle plage de Saint-Quay à travers les grandes baies vitrées du Centre de Congrès. Est-ce cela qui a attiré  à Saint-Quay-Portrieux 1541 votants sur 3017 inscrits ? Avec un taux de participation de  51%, Saint-Quay a beaucoup voté.

J’étais au bureau de vote n°1, j’ai vu des jeunes voter pour la première fois, des parents avec de jeunes enfants, sages mais intrigués par ces rideaux d’isoloirs, j’ai été un peu gêné de demander à un Monsieur âgé qui avait oublié sa carte d’identité d’aller la chercher , sa voiture était garée très loin et il est revenu un bon moment plus tard tout essoufflé, un bel exemple de civisme.

Nicole Gridel, qui était au bureau n°3, a photographié cette sémillante dame de 98 ans au moment où elle déposait son bulletin dans l’urne devant le jovial adjoint Marcel Quelen.

Les résultats sont les suivants, par ordre décroissant du nombre de votes :

Marc Le Fur (Union Droite Centre Régionalistes): 496
Jean-Yves Le Drian (Pour la Bretagne) : 446
Gilles Pennelle (Front National) : 290
René Louail (Une autre voie pour la Bretagne) : 78
Christian Troadec (Oui la Bretagne) : 68
Jean-Jacques Foucher (Debout la France) : 46
Xavier Compain (Front de Gauche) : 43
Valérie Hamon (lutte ouvrière) : 17
Jean-François Gourvenec (Union Populaire Républicaine) : 12
Bertrand Deleon (Notre Chance, l’Indépendance) : 5
Gaël Roblin (Bretagne en Luttes) : 5

Au niveau national, Jean-Chistophe Cambadélis a demandé aux listes socialistes arrivées en troisième position au premier tour de se désister chaque fois que la liste FN est arrivée en premier. Un coup de poker pour les socialistes : si grâce à ces désistements, les républicains arrivent en tête au premier tour, ils auront réussi à faire barrage au Front National mais si c’est le Front National qui gagne, ils auront à la fois perdu l’élection et trahi leurs électeurs. Cependant Pierre Masseret, dans l’Est a refusé de se plier à cette exigence.

Levallois, l’île de la Jatte et Courbevoie

Le joli trompe l’oeil qui agrémente un pignon aveugle à l’angle de la rue Paul Vaillant-Couturier et de la rue Raspail, à Levallois. On lit en bas de la fresque : création “Alexandre Banu”, réalisation “Nouvel Aspect”. Anna Kropiowska, l’artiste qui a réalisé la fresque du parc de la Duchesse Anne, aurait participé à la réalisation de ce trompe l’oeil monumental. Une occasion pour moi de retrouver la rue où j’ai habité pendant 15 ans :

TrompeOeilLevallois

La photo suivante résulte de l’assemblage de trois photos prises de face, de l’autre côté de la rue Raspail. Les proportions verticales ne sont pas respectées.
TrompeOeilLevallois2

Une oeuvre bien conservée, 12 ans après sa création :
TrompeOeilLevallois3

Un peu plus loin, Courbevoie, vue du pont de Levallois  :
LaDefensePontLevallois

A l’extrémité nord de l’île de la Jatte (Levallois), un groupe d’étudiants révisant leurs cours :
IleDeLaJatte

Pendant qu’à côté quatre Cygnes procèdent à leur toilette matinale :
CygnesIleDeLaJatte

Pas d’alternative aux assises du Goëlo

AssisesGoeloOFFace à la nouvelle carte territoriale proposée par Pierre Lambert, le Préfet des Côtes d’Armor, les élus du Goëlo, rassemblés pour la deuxième fois consécutive samedi dernier à la salle l’Hermine à Plouha, n’ont pas réussi à s’entendre sur une solution alternative. En l’absence de contre proposition qui tienne la route, la proposition du Préfet sera rapidement actée. En effet, le dispositif de ratification prévoit que ce sont l’ensemble des conseillers municipaux de la nouvelle entité qui devront se prononcer. C’est un peu comme si le gouvernement espagnol demandait à l’ensemble des Espagnols + les habitants de Gibraltar s’ils étaient d’accord pour fusionner. Ce n’est pas ma conception de la démocratie. Cependant, si l’ensemble des communes du Sud Goëlo était amené à refuser le projet de nouvelle carte territoriale, le Préfet pourrait être amené à revoir sa position. J’ai cru comprendre que c’est ce qu’il a dit ou a laissé entendre. La position de Saint-Quay-Portrieux sera donc prépondérante…

La fusion Binic-Etables bouleverse le Sud-Goëlo.

Binic-EtablesAprès les assises du Goëlo, samedi dernier, nous venons d’apprendre que Binic et Etables-sur-Mer vont fusionner, ainsi en ont décidé les élus des deux conseils municipaux, à une forte majorité. Ainsi Binic, devenue une commune à part entière après avoir été détachée de la paroisse d’Étables-sur-Mer en 1821, constituera avec Etables une nouvelle commune de près de 7000 habitants, la plus peuplée du canton. Et redeviendra à terme le nouveau chef lieu du canton à la place de Plouha. Quelle sera la position de Saint-Quay-Portrieux ? On peut lire dans Le Télégramme du 6 novembre “Des rapprochements envisagés avec Lantic et avec Saint-Quay n’ont pas abouti pour l’instant”.
© Source : Ouest France