HARLEY FOR LADIES (*)

(*) Une HARLEY pour les dames

Presse-papier01

Cela faisait quatorze ans que HARLEY DAVIDSON n’avait pas sorti de modèle original.

Coup de tonnerre dans le monde des bikers !

La petite dernière prénommée « STREET 750 » vient de sortir.

Elle est doté d’un « petit moteur » de 750 cm3 (jusqu’à présent les cylindrées s’échelonnaient entre 883 cm3 et 1800 cm3) et surtout, elle n’est plus fabriquée sur le site historique de MILWAUKEE dans le WISCONSIN (USA) mais en ….INDE ! Enfin, le « petit cube » est maintenant refroidi par liquide. Consolation, le prix de la machine devrait être d’environ 9000 €uros.

Avec ce modèle plus facile à manier, le constructeur espère conquérir le marché des femmes motards et envisage des parts de marché qui pourraient atteindre 9 %.

Pour ce faire, la filiale française a mis en place des partenariats avec « Aufeminin.com » et « Journaldesfemmes.com ». Elle va lancer un « Causette Liberty Tour », un festival de musique au féminin et organiser des soirées à thème dans les concessions. Les associations locales de motards seront également mises à contribution.

Comment se débarrasser de Nation Zoom ?

nationzoomNation Zoom est un logiciel malveillant, distribué via les sites de téléchargements gratuits, une fois installé, il remplace la page d’accueil de votre navigateur par nationzoom.com et votre moteur de recherche par défaut par search.yahoo.com .
Ce n’est pas malveillant en soi, car de nombreux programmes légitimes changent ces paramètres . Ce qui est malveillant, c’est l’ajout de l’argument http://nationzoom.com sur les raccourcis de Windows sur le bureau, dans le menu Démarrer et dans la barre des tâches.
La page d’accueil Nation Zoom affiche des publicités et des liens sponsorisés dans les résultats de recherche, et collecte des informations lorsque vous effectuez des recherches. Nation Zoom sert à augmenter les revenus de la publicité et à gonfler artificiellement le classement d’un site dans les résultats de recherche.
Nation Zoom n’est pas techniquement un virus, mais il ne présente beaucoup d’aspects malveillants, il utilise le rootkit pour pénétrer le système d’exploitation, détourner le navigateur, et interférer avec l’utilisateur. Il fait partie des “PUP” (potentially unwanted program) ou “programme potentiellement indésirable”.
Nation Zoom est un financé par la publicité : bannière supplémentaire, moteur de recherche, pop-up, pop-under, et toutes sortes d’annonces qui s’immiscent dans les pages.
Comment supprimer Nation Zoom et tous ces PUP ?
Une recherche Google vous donnera rapidement une solution, vous pouvez également consulter le site : http://www.comment-supprimer.com/
Maintenant, pour ce qui concerne les raccourcis, il est très facile de les nettoyer manuellement : cliquer sur le raccourci avec le bouton droit (il faut parfois cliquer une deuxième fois), puis cliquer sur propriétés.
Regardez maintenant le texte affiché dans le champ cible. Pour Internet Explorer, vous devriez avoir : “C:\Program Files\Internet Explorer\iexplore.exe”
Si vous voyez à la place :
“C:\Program Files\Internet Explorer\iexplore.exe” http://nationzoom.com
cela signifie que nation zoom est venu se loger dans le raccourci.
Il vous suffit de sélectionner http://nationzoom.com de le supprimer et de cliquer sur OK.

Ask Toolbar, Delta Search…

… Delta Toolbar, etc. Ces noms évoquent-ils quelque chose pour vous ? Ce sont les noms de barres d’outils et de moteurs de recherche indésirables et malveillants. De plus en plus d’internautes sont confrontés à ce problème, pourquoi ?

Vous avez récemment téléchargé un logiciel ou un utilitaire sur votre ordinateur ? Et lorsque vous lancez votre navigateur internet, votre page d’accueil a changé, ainsi que votre moteur de recherche favori? Une nouvelle barre d’outils s’est installée ?

JavaSetupIl faut savoir que lorsque vous installez Java, la barre d’outils “Ask” vous est proposée par défaut, comme le montre la fenêtre d’installation. Il en est de même lorsque vous téléchargez des logiciels sur les sites “softonic.fr” et “01.net”.

Vous devez être très vigilants et regarder attentivement les options de chaque fenêtre. Pour éviter que le logiciel malveillant s’installe automatiquement, vous devrez selon le cas décocher des cases d’options, cliquer sur le bouton refuser ou decline, et parfois cliquer sur un onglet cliquer “avancé” qui affichera les options par défaut.
Il existe heureusement des solutions pour éradiquer ces logiciel malveillants.

Cela pourra faire l’objet d’un prochain article, mais en attendant, le mieux, comme pour les maladies humaines, est la prévention.

Trafic aérien au-dessus de Saint-Quay-Portrieux

Un avion passe dans le ciel au-dessus de vous, quel est son numéro de vol, son altitude ? Cliquer sur l’avion pour afficher les informations. Vous pouvez zoomer avec la molette de la souris et déplacer la carte en maintenant le bouton gauche appuyé et en déplaçant la souris. Un membre de votre famille ou un proche prend l’avion, vous voulez le localiser ? Vous pouvez visionner le trafic aérien mondial (et local) sur le site (en anglais) flightradar24 ce site vous permet de localiser un avion immédiatement un avion en tapant son numéro de vol.

Station d’épuration : l’état des lieux

J’avais écrit cet article, lors des élections municipales de 2014, pour le site de campagne de Thierry Simelière, avec son accord, je le reprends sur stquay.com.

La remise à niveau ou le remplacement de la station d’épuration de Saint-Quay-Portrieux sera un des chantiers de la nouvelle équipe. Nous vous présentons aujourd’hui le compte-rendu de la visite de l’usine de dépollution, effectuée le vendredi 31 janvier. Dans un prochain article, nous traiterons des réseaux de collecte et de l’étude ARTELIA.

Nous avions rendez-vous vendredi 31 janvier avec Olivier Morin, le responsable de l’usine de dépollution de Saint-Quay-Portrieux, pour visiter les installations. Nous avions au préalable pris contact avec le maire, Dominique Blanc, qui a donné les instructions qui nous ont permis l’accès à ces ouvrages. Didier Thomas, le chef des services techniques de la mairie, avait pour sa part organisé ce rendez-vous avec Véolia.

Olivier Morin nous a très bien reçus, et a consacré tout le temps nécessaire à nous faire visiter les installations, à nous donner des explications et à répondre à nos questions.

Nous n’avons pas encore eu accès aux dossiers techniques et aux plans de la station, aussi les explications qui suivent ne sont que le reflet de notre visite des lieux. Un rendez-vous est programmé avec Didier Thomas pour prendre connaissance des plans des installations et de l’étude de remise à niveau réalisée par ARTELIA.

L’usine de dépollution de Saint-Quay-Portrieux fait appel au procédé biologique dit de “boues activées ”.

Nous allons suivre le trajet de l’eau depuis son arrivée à la station, chargée d’effluents, jusqu’à sa sortie, épurée. Les numéros correspondent aux repères de la photo aérienne.

step-aero2

(1) Les eaux brutes arrivent par 3 conduites en acier. Sur la photo n°1, on distingue une conduite plus grosse que les autres, c’est celle qui provient de la station de refoulement de la place d’armes. La deuxième vient de la station de refoulement du Portrieux, en face du carré de la douane, et la troisième collecte les eaux de Tréveneuc (en totalité) et de 3 quartiers de Plourhan.

(2) Sur les photos n°2 et n°3, on distingue les 3 conduites d’arrivée, qui se déversent dans un canal puis passent à travers une grille destinée à retenir les éléments les plus grossiers. La grille est nettoyée par un dégrilleur et les déchets (1m3 par mois environ) sont évacués avec les ordures ménagères. Le dégrilleur est électrique, mais le nettoyage doit être complété manuellement, comme l’atteste la présence du râteau.

(3) L’eau passe ensuite dans des bassins où la réduction de vitesse d’écoulement fait se déposer les sables et flotter les graisses. On appelle les opérations dessablage et déshuilage-dégraissage. L’injection de microbulles d’air permet d’accélérer la flottation des graisses. Les sables (1m3/mois) sont récupérés par pompage alors que les graisses sont raclées en surface.
On enlève ainsi de l’eau les éléments grossiers et les sables de dimension supérieure à 200 microns ainsi que 80 à 90 % des graisses et matières flottantes (soit 30 à 40 % des graisses totales).

(4) Au passage dans le canal de jaugeage, équipé d’un venturi, le débit entrant dans la station est mesuré et enregistré. Il était de 90m3/h au moment de la visite. Photos 4,5 et 6.

(5) Le répartiteur (photo 7) permet de répartir les effluents vers les deux bassins d’aération*. Au-delà de 170m3/h de débit nominal entrant, l’excédent est dirigé vers le bassin tampon.

(*) La station comporte en fait deux voies ou deux filières : deux couples aérateur-clarificateur.

(6a) Le bassin tampon (photos 8 et 9), d’une capacité de 500m3, stocke le surplus de débit entrant pour faire face aux pointes. C’est le seul bassin couvert de la station. Il a reçu un chapiteau en 2002 pour limiter la diffusion des mauvaises odeurs.

(6b) Bassins d’aération (photos 10 à 14) : c’est dans ces bassins que s’effectue la dépollution. Les bactéries, en suspension dans l’eau des bassins, sont en contact permanent avec les matières polluantes dont elles se nourrissent et avec l’oxygène nécessaire à leur assimilation. Un agitateur mécanique brasse le liquide à intervalles de temps réguliers pour oxygéner les bactéries aérobies.

(7) Le dégazeur (photo n°22) recueille et traite l’écume et les matières flottant en surface.

(8) Bassins de clarification (15 à 21) : l’eau en provenance des bassins d’aération se sépare de la masse des bactéries (appelées “boues”) et sort par déversement au travers de fentes disposées sur la circonférence des bassins. Pour conserver un stock constant et suffisant de bactéries dans le bassin de boues activées, une grande partie des boues extraites du clarificateur est renvoyée dans les bassins d’aération. Au total, la recirculation concerne une fois et demie à deux fois la masse des effluents.

(9a) L’eau épurée en provenance des bassins de clarification passe par un canal de jaugeage (photo n°30) qui permet de mesurer le débit sortant de la station. Les photos n°30 à 34 montrent l’aspect de l’eau rejetée.

(10a) Le bassin à marée (photos 29 à 32) permet de stocker les rejets pour les envoyer en mer au moment le plus favorable. Le rejet en mer s’effectue à marée descendante, de façon à assurer la meilleure dilution possible. Il débute une heure après la haute mer et cesse une heure avant la basse mer. L’exutoire (Ø350mm) est situé au large du Gerbot d’Avoine, il est matérialisé en surface par une bouée.

(9b) Le bassin des boues (photos 23 et 24), un ancien bassin d’aération reconverti, permet aux boues de décanter et d’épaissir avant qu’elles soient pompées vers le silo de stockage.

(10b) Le silo à boues (photos 25 et 26) assure le stockage des boues épaissies.

Une “unité mobile de déshydratation des boues de station d’épuration” (photos 27 et 28) était présente le jour de la visite. Cette unité déshydrate les boues par centrifugation. Elle vient sur site tous les 2 à 3 mois et fonctionne une quinzaine de jours, pendant la journée. C’est la source de bruit la plus importante de la station.

Un bâtiment abrite les armoires de commande de la station et enregistre les paramètres de fonctionnement (photos 35 et 36).

Des prélèvements sur les rejets (sur 24h) sont effectués tous les mois et analysés en laboratoire à Rennes, au niveau physico-chimique, et ponctuellement (en été) au niveau bactériologique.
Les analyses montrent que le rendement de la station est bon. Cependant, la station, dimensionnée pour 8800 EH (équivalent habitants), est en surcharge organique en été (saturation au niveau de l’aération) et en surcharge de débit en hiver, en raison des pluies et du fait d’eaux pluviales parasitant le réseau de collecte.

Denis Roques (photos : EBC et DR)

Une offre ADSL à 15,99 € /mois, pas pour Saint-Quay

B&You attaque avec une offre dualplay à 15,99 euros/mois, internet et téléphone illimité, sans télévision (moins utile avec l’arrivée de la TNT). J’ai aussitôt testé ma ligne pour voir si j’étais éligible. Hélas non, il va falloir attendre. Ça passe dans les grandes villes, mais pas encore à Saint-Quay-Portrieux. Et pendant ce temps on nous promet la fibre alors que tous les opérateurs ne sont pas encore dégroupés.

stquay.com : mode d’emploi

Le site stquay.com est avant tout un blog, c’est à dire une suite d’articles les uns à la suite des autres, les nouveaux articles s’affichent au-dessus des anciens et la page d’accueil ne comprend que les articles les plus récents.

stquay.com site dispose d’un outil de recherche puissant permettant de retrouver instantanément un article en tapant simplement un ou plusieurs mots dans le champ de recherche situé en haut et à droite de la page, juste en dessous du bandeau de titres. La recherche est de type ‘et’, c’est à dire que le résultat affichera tous les articles qui contiennent tous les mots saisis. Mais seulement les articles, pas les pages.

Vous pouvez également rechercher des articles par mois ou par catégorie.

Mais stquay.com n’est pas qu’un blog : en effet outre le blog, accessible par le menu accueil, d’autres menus : agenda, patrimoine, infos, liens, webcam, et sous-menus, permettent d’accéder à des pages de référence, plus statiques, pensez à les visiter.

répondeur

Ça vous énerve que votre téléphone portable bascule au bout de 20 secondes sur votre répondeur ?
Voici la recette pour porter cette durée à 30 secondes (c’est le maximum autorisé) :
Il faut d’abord que vous trouviez le numéro de téléphone de votre répondeur.

Pour ce faire, composez le *#61# puis [appel]
Notez le numéro de répondeur :
par exemple : +33695600012 (Free Mobile), +33660660050 (Bouygues)…

Pour configurer le renvoi si non réponse au bout de 30 secondes :
Activation :  **61*{numéro de votre répondeur}**30# [Appel]
Désactivation : ##61# [Appel] (Sonne sans arrêt)
Vérification : *#61# [Appel]

Un drone au moulin

P1030891RUn étrange appareil a survolé le moulin ce vendredi après-midi. C’était un drone, civil et inoffensif. Le réseau Sensation Bretagne fait réaliser une série de vidéos montrant les plus beaux paysages de notre région. C’est Saint-Thomas TV, une société bretonne spécialisée dans la réalisation de ces films qui assure les prises de vues à Saint-Quay, en partenariat avec l’office de tourisme. Ces vidéos seront bientôt disponibles sur le site internet de l’office de tourisme. Une société de production a été missionnée pour les prises de vues aériennes, réalisées grâce à un drone télécommandé depuis le sol. L’équipe est constituée d’un pilote et d’un cameraman qui dirige la caméra depuis le sol et donne au pilote les instructions de positionnement. L’amicale du moulin a pris part à l’opération en gréant le moulin qui a bien voulu tourner aidé par une légère brise. Le technicien nous a promis une photo , ce sera peut-être le bandeau du site internet, espérons qu’elle sera réussie.
P1030894R1000L’utilisation des drones est désormais encadrée par l’Arrêté du 11 avril 2012 relatif à la conception et à l’utilisation des aéronefs civils qui circulent sans aucune personne à bord. Certaines sociétés sont autorisées par la DGAC à produire des drones civils en série. Les drones Flying eye sont spécialisés dans la prise de vue aérienne photo et vidéo.
Le CineCopter est un drone développé spécifiquement pour la vidéo HD aérienne. Il possède un châssis rigide tout carbone ainsi qu’un système absorbant les vibrations, le rendement vidéo est optimisé au maximum. Le système gyrostabilisé 3 axes permet au cadreur de s’affranchir totalement du mouvement du drone. Le pilote du drone se concentre sur les trajectoires alors que le cadreur possède une liberté de mouvement totale sur les 3 axes.