Les migrants de Saint Brevin l’Océan

impacts de balles sur le Centre CCAS de Saint Brevin l'Ocean

Saint Brevin l’Océan s’apprête à accueillir 70 migrants dans le centre de vacances d’EDF, généreusement mis à disposition par la CGT, gestionnaire des activités sociales d’EDF depuis 1946. Le “Pavillon des Fleurs” est idéalement situé au cœur de l’artère principale à deux pas de la plage et du quartier des belles villas nichées dans la forêt de pins.

Les migrants de Calais vont être répartis dans différents établissements comme celui de Saint-Brevin, où ils bénéficieront d’un accueil à la hauteur de la réputation généreuse de la France.

Le centre de vacances d’EDF (CCAS) n’est ouvert que l’été, le reste de l’année il héberge les activités sociales du comité d’entreprise. D’où la bonne idée d’y loger temporairement des migrants, tout en leur dispensant une formation qui facilitera leur insertion.

Les Brevinois sont partagés sur ce projet d’accueil, selon leurs sensibilités, certains attendent pour se faire une opinion, certains sont fiers d’accueillir ces migrants, d’autres réunis au sein d’un comité de soutien s’opposent pacifiquement au projet, d’autres de façon plus belliqueuse, comme celui (ou ceux) qui a tiré des coups de feu dans les vitres de l’établissement (photo).

Grâce à Saint Brevin et grâce aux autres communes qui vont accueillir des migrants un peu partout en France, la promesse de François Hollande de démanteler complètement la jungle de Calais d’ici la fin de l’année sera peut-être tenue.

Mais 70 migrants à Saint Brevin, c’est peu comparé aux 2000 migrants qui s’embarquent tous les jours depuis les côtes libyennes. Combien faudra-t-il de Saint-Brévin pour les accueillir ?

Saint Augustin et l'enfantÇa me fait penser à Saint-Augustin et à sa rencontre avec un jeune enfant sur une plage d’Afrique du Nord, pas en Libye, mais dans l’actuelle Algérie. L’enfant était fort occupé, allant et venant sans cesse du rivage à la mer : il avait creusé dans le sable un petit bassin et allait chercher de l’eau de mer avec un coquillage pour la verser dans son trou. Le manège de cet enfant intrigua l’évêque qui lui demanda :
– Que fais-tu là ?
– Je veux mettre toute l’eau de la mer dans mon trou.
– Mais, mon petit, ce n’est pas possible ! La mer est si grande, et ton bassin est si petit !
– C’est vrai, mais j’aurai pourtant mis toute l’eau de la mer dans mon trou avant que vous ayez compris le mystère de la Sainte Trinité.
L’enfant était un ange…