Un cochon pour rassurer les voyageurs ?

Lu sur internet :

Un cochon pour rassurer les voyageurs, employé par les services de l’aéroport de San Francisco ?

Pour mieux détendre les passagers angoissés par leur vol, l’aéroport de San Francisco a engagé un nouvel employé plutôt insolite.

Elle s’appelle LiLou et vous la croiserez peut-être lors de votre prochain passage à l’aéroport de San Francisco. La particularité de cette nouvelle employée dévouée au confort des voyageurs ? C’est une truie. L’aéroport a annoncé ses débuts sur son compte Twitter, le 5 décembre dernier.

Un animal à câliner. La truie fait partie d’une équipe de 300 animaux du nom de la “Wag brigade” créée il y a trois ans pour calmer les passagers angoissés à l’idée de prendre l’avion. Dans le cadre de la thérapie assistée par animal pour laquelle elle a été entraînée, la truie a pour mission de s’asseoir près des passagers et de se laisser caresser pour qu’ils se détendent avant leur vol. Avec sa veste bleue sur laquelle on peut lire “pet me” (“câline-moi” en français), sa jupe et sa casquette de commandant de bord, elle ne passe pas inaperçue.

Un succès immédiat. “C’est merveilleux de constater la surprise et le plaisir que LiLou procure aux gens pendant les visites thérapeutiques”, a expliqué une responsable du programme à la chaîne américaine CNN. Pourtant les critères pour entrer dans l’équipe sont stricts. “Les animaux doivent être désireux d’approcher les gens et accepter d’être manipulés indépendamment de l’âge, du sexe, de la race, de la taille, de l’équipement de mobilité et de l’habillement de la personne”, explique-t-on.

Un cochon dans l’aéroport une fois par mois. LiLou serait le seul cochon à répondre à tous ces critères dans tout le pays. La truie devrait intervenir à San Francisco une fois par mois.

Commentaires :

J’ai peine à croire la véracité de cette information, et je n’ose pas imaginer la même chose en France, la levée de boucliers des associations juives, musulmanes et islamiques…

Petit mensonge de Thierry Simelière

Petit mensonge de Thierry Simelière

Vendredi dernier, à 18h30, pour le dernier conseil municipal de l’année, j’avais donné ma procuration à Thierry Simelière, le maire de Saint-Quay-Portrieux.

Le même jour à 14h37, je lui envoie un message sur sa boîte mail, l’informant de ma démission du conseil municipal, en lui demandant de communiquer l’information le soir même lors de la réunion de ce conseil et de la transmettre mon message à l’ensemble des conseillers municipaux et des membres de la liste d’attente de la majorité.

Pour l’avoir côtoyé de près, je sais que Thierry Simelière a un smartphone et qu’il reçoit et lit ses alertes mails en temps réel.

Le conseil se passe, j’appelle le lendemain les amis qui y ont participé, pas d’annonce.

J’attends 24 heures et j’informe mes amis de ma démission, puis un peu plus tard mes collègues du conseil municipal, par mail, et enfin je publie l’information sur mon blog.

Un conseiller municipal, et un membre de la liste d’attente répondent à mon mail : Georges Brézellec, dans un message chaleureux, je l’en remercie vivement…, et Gilles Dunis.

Thierry Simelière, plus de 48 heures après la réception de mon mail, le fait suivre à tous les conseillers, en prétendant qu’il vient tout juste d’en prendre connaissance, mais en l’envoyant depuis l’adresse à laquelle je lui ai envoyé mon message, l’adresse avec laquelle il communique avec nous, les conseillers municipaux, et avec tout le monde, l’adresse principale de son iphone, dont il ne se sépare jamais, tsimeliere@orange.fr le message suivant :

Mesdames et messieurs les membres du conseil municipal
Je vous prie de trouver ci joint un courrier de Denis Roques envoyé sur une de mes boîtes mail privées et donc j’ai pris connaissance samedi matin
Cordialement
Thierry Simeliere

Une de ses boîtes mail privées ! Mais c’est la seule boîte mail depuis laquelle Thierry Simelière communique avec ses conseillers municipaux depuis son élection ! Et c’est l’adresse depuis laquelle il a fait suivre ma lettre de démission à tous les conseillers municipaux.

C’est un petit mensonge, je pense que s’il n’a pas voulu annoncer ma démission tout de suite, c’est parce qu’il avait besoin de temps, pour prendre contact avec Micheline Joulot, la suivante sur la liste et s’assurer qu’elle viendrait siéger avant de communiquer l’information au conseil municipal.

On devrait connaître bientôt mon remplaçant ou ma remplaçante.