L’hôtel Saint-Quay a mis la clé sous la porte

Hotel Saint-QuayA Noël déjà, j’avais été alerté sur la fermeture de cet hôtel, mais ça n’était pas encore officiel. L’hôtel “Saint-Quay” et le restaurant “Signatures” ont officiellement fermé le 1er janvier 2017, du coup, pour les statistiques, il n’y aura eu qu’une fermeture d’hôtel à Saint-Quay-Portrieux en 2016.
J’ai déjeuné au moins deux fois au restaurant signatures depuis son ouverture. Je me souviens que c’était bon, mais un peu cher, et que le gérant se la pétait un peu. Pour l’avoir entendu évoquer avec ferveur ses actions caritatives, je me souviens d’avoir eu l’impression qu’il était plus préoccupé par sa brocante et ses orphelinats en Inde que par la pérennité de son hôtel-restaurant, ce qui est au demeurant très noble de sa part.
Un sentiment renforcé à la lecture du “Télégramme” où je vois que suite à la fermeture de l’établissement, un vide-maison sera organisé le 14 janvier au profit de l’Association de l’enfance abandonnée. C’est très bien d’aider l’enfance abandonnée et les orphelinats en Inde, mais s’agissant d’une faillite, est-ce que la priorité du gérant ne devrait pas être de rembourser les créanciers et de verser au personnel ses indemnités de licenciement ?
Mais j’imagine qu’habilement l’hôtel-restaurant “Signatures” et la brocante située en face, l’annexe, ont été déclarés en tant qu’établissements distincts…

A lire aussi :
“Le Saint-Quay” devient «Signatures» © Le Télégramme
Philippe Desclozeaux ou la fibre de la générosité © Ouest France

PS :
L’hôtel restaurant “Signatures” est détenu par la société “DOMIPHIL”, SARL unipersonnelle dont le gérant et le propriétaire est Philippe Desclozeaux. J’imagine que “DOMIPHIL” correspond à DOMinique Taburet, le chef de cuisine et PHILippe Desclozeaux, le gérant. L’information publiée dans le “Télégramme” selon laquelle les deux compagnons seraient associés serait donc fausse.