Une classe maternelle ferme aux Embruns

Article corédigé par Michel Thépault et Denis Roques

Saint-Quay-Portrieux, le déclin continue.
Ecole maternelle les Embruns © Michel Thépault
Foyer des Jeunes Travailleurs © MT

Après les récentes fermetures d’hôtels (le Gerbot d’Avoine, l’hôtel Saint-Quay), après la publication par l’INSEE des résultats du dernier recensement qui a révélé que la population de la commune venait de passer en dessous de 3000 habitants, c’est au tour de l’école. L’Inspection Académique envisage de fermer une classe à l’école maternelle des Embruns de Saint-Quay-Portrieux, ce qui provoque la colère des parents.
Moins d’enfants, la baisse de la population se confirme. Le maire a beau essayer de gonfler les statistiques en annonçant 300 nouveaux arrivants* dans la commune, personne n’est dupe.
(*) Un retraité venant de la région parisienne m’a confié qu’il avait été convié avec sa femme à une cérémonie d’accueil des nouveaux arrivants. Mais ça fait deux ans et demi que le couple s’est installé à Saint-Quay-Portrieux. Ils n’iront pas.

Non loin des Embruns, le foyer des jeunes travailleurs est quasiment vide, comme la résidence les Mimosas. Alors que les listes d’attente pour obtenir un HLM s’allongent partout en France France, Saint-Quay-Portrieux fait exception avec ses logements sociaux vacants. Et on en construit d’autres… Parallèlement le prix de l’immobilier s’effondre, les terrains à bâtir sont pléthore et ne se vendent que lorsqu’ils sont bradés.

Comment expliquer la perte de vitesse de notre commune ?

J’ai quelques pistes, ça fera l’objet d’un prochain article, merci d’avance pour vos contributions…

Combien gagne un député, frais compris ?

Dans un article précédent (Le mariage pour tous : l’argent et la politique), j’avais donné des chiffres sur les émoluments des députés. Mais j’avais oublié l’essentiel : l’IRFM, l’Indemnité Représentative de Frais de Mandat, d’un montant mensuel de 5770 €* nets et non imposable. Cette enveloppe mensuelle est destinée à faire face aux diverses dépenses liées à la permanence parlementaire (frais de transport, de réception. Or les transports (SNCF et Air France) sont déjà gratuits et les réceptions rarement payées par les députés, qui sont plutôt invités dans tout un tas d’événements et qui invitent rarement. Il faut se rendre compte que 5770 € non imposables, ça correspond à 10 000 € bruts imposables !

Je remercie Monsieur Bruhat d’avoir attiré mon attention sur l’IRFM en me faisant parvenir un “guide de mauvaise conduite” à l’usage des députés, cliquez sur le lien ci-dessous pour l’afficher :

Mini guide sur l'IRFM

Détail des émoluments d’un député ?
Indemnité mensuelle : 7 185,60 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (5 581,05 €), une indemnité de résidence (167,43 €) et une indemnité de fonction non imposable (1 437,12 €).
Indemnité représentative de frais de mandat 5 770 €* nets et non imposables par mois, pour faire face aux diverses dépenses liées à la permanence parlementaire (frais de transport, de réception…). Une reforme de février 2015 interdit toute “nouvelle acquisition de biens immobiliers” avec cette enveloppe.
(*) l’indemnité a baissé, elle était de 6412 € jusqu’en 2012.
Rémunération des collaborateurs : 9 561 € bruts par mois
+ accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF en 1re classe, Air France (avec certaines limitations), remboursement des forfaits de cinq lignes mobiles et d’un abonnement Internet.
Total : 22 516,60 €

Attaque du Louvre : terrorisme ou bavure ?

Je fais un parallèle entre deux faits divers :

– Théo, un Français de 22 ans, un grand gaillard de 1,90 m, blessé au niveau de l’anus par un policier de la brigade anti criminalité à Aulnay sous Bois, le 2 février 2017, en réponse à un coup de poing porté sur un des policiers.

– Abdallah, un Egyptien de 29 ans, un gringalet de 1,65 m, blessé de 4 balles dans le bas ventre par un soldat de l’opération sentinelle au musée du Louvre, le 3 février 2017, en réponse à un coup de machette porté sur un des militaires.

Dans les deux cas il n’y a pas eu que je sache de vidéo montrant le début de l’attaque, le coup de poing et le coup de machette. Pour Abdallah, quelqu’un, à part les militaires l’a-t-il vu proférer “Allahou akhbar” ?

Le traitement judiciaire et médiatique des deux affaires a été très différent.

Pour Théo, les quatre policiers ont été placés en garde à vue et mis en examen pour viol en réunion. Le maire d’Aulnay sous Bois et même le Président de la République ont rendu visite au jeune homme. Il n’est pas poursuivi pour les coups qu’il a donné aux policiers.

Pour Abdallah, les militaires n’ont fait l’objet d’aucune poursuite, le soldat qui avait eu une égratignure au cuir chevelu est ressorti de l’hôpital le lendemain. Abdallah, très grièvement blessé, il était entre la vie et la mort pendant 48 heures, a été interrogé sans ménagement par les services spéciaux, jusqu’à ce que son état nécessite un retour en soins intensifs. Il est placé en garde à vue et restera certainement derrière les barreaux pendant plusieurs mois.

Dans les deux cas les faits sont troublants : pour Théo, c’est… sidérant. Pour Abdallah, la présence de bombes de peinture dans son sac à dos font plutôt penser à un projet de dégradation d’œuvres d’art plutôt qu’un attentat sur des vies humaines. Autres faits troublants : “Armes Bastille” ne vend pas de machettes, une machette est loin de coûter 300 €, et même armé de deux machettes, un petit gars de 1,65 m devrait pouvoir être facilement désarmé par quatre militaires en tenue de combat sans qu’ils aient à lui tirer quatre balles dans le ventre.

Le point commun entre Théo et Abdallah : ils ont tous les deux été victimes d’une bavure, la première a été qualifiée “viol en réunion” et la “seconde légitime défense.”

Autre fait troublant : pourquoi a-t-on tenu enfermés les touristes pendant plusieurs heures dans les salles du musée ? Pourquoi avoir évacué et fermé le musée ce jour-là ? Principe de précaution ou enfumage médiatique ?

L’homéopathie est-elle une pseudoscience ?

On parle beaucoup de la Russie, avec ses implications dans les campagnes électorales américaine et française, le financement de la campagne du Front National, l’allusion à l’homosexualité supposée d’Emmanuel Macron, le site d’informations sputniknews a été largement cité. Du coup j’ai consulté le site et relevé cet article intéressant :

Pseudoscience en Russie, source de revenus en France.

En Russie, l’homéopathie a été reconnue comme une pseudoscience. L’initiative pourrait affecter les fournisseurs de produits homéopathiques, tels que Boiron, le leader français de cette industrie. Le gouvernement français reste réticent à propos de ce sujet.

Tandis que l’initiative russe de qualifier officiellement l’homéopathie de “pseudoscience” a suscité une vague de mécontentements auprès des milieux homéopathes, il ne faut pas oublier que les principaux exportateurs de produits homéopathiques sont des géants européens, tels que la société homéopathique française Boiron. En France, le gouvernement n’a pas l’intention de lutter contre l’industrie homéopathique ou de la limiter de quelque façon que ce soit.

Roland Cash, docteur en médecine, spécialiste de l’économie pharmaceutique et co-auteur de l’étude “Tempête sur l’homéopathie” a raconté à Sputnik pourquoi la France ne suivait pas l’exemple russe malgré le scepticisme de la communauté scientifique.

“En France, beaucoup de gens utilisent l’homéopathie et c’est étonnant parce qu’on a aucun effet. (…) Il n’y a pas de mécanisme, c’est de l’eau. C’est comme si on avalait un verre d’eau sucrée. La question en médecine c’est l’effet placebo en fait qu’on appelle, l’effet d’autopersuasion, d’autosuggestion”, a fait savoir M. Cash à propos de l’homéopathie.

Selon lui, le problème de l’homéopathie provient du marketing agressif et de l’ignorance médicale des gens qui ne comprennent pas que les dilutions successives “enlèvent toutes les molécules actives”.

“Ils (les consommateurs, ndlr) ont l’habitude de prendre ces produits, il y a certains médecins qui les prescrivent, les pharmaciens les mettent en évidence dans les rayons, la publicité est bien faite, c’est uniquement du marketing. (…) Ça n’a pas d’effet”, a estimé Roland Cash.

homeopathy

Il a également raconté que la technique de l’homéopathie remontait au XIXe siècle lorsque les connaissances scientifiques de l’humanité étaient assez limitées et ne pouvaient pas permettre de révéler “les mystères de la matière”.

Si c’est une technologie qui n’était qu’une mode il y a 200 ans, dont l’efficacité n’a jamais été prouvée par les scientifiques, pourquoi ces “médicaments” restent légaux en France, l’un des pays phares dans le domaine médical ?

Oscillococcinum, préparation homéopathique

Pour répondre à cette question, il faut s’adresser à l’Agence nationale de sécurité des médicaments et de produits de santé (ANSM). Cette dernière n’a requis qu’une chose des produits homéopathiques : ils ne doivent pas être dangereux. Aucune exigence d’efficacité. M. Cash, à son tour, explique que le gouvernement n’a pas l’intention d’interdire sur quelque chose qui n’est pas dangereux et qui n’est pas classifié comme un médicament. Les producteurs des solutions homéopathiques profitent de cette attitude.

“Le texte réglementaire indique que si le produit homéopathique est fabriqué selon les règles historiques, c’est pas dangereux. Ce n’est pas le même circuit administratif que pour un médicament classique, il est beaucoup plus facile. Pour Boiron, le fait que ce soit un circuit simplifié donne un avantage : disons pas beaucoup de demandes à formuler”, a déclaré l’interlocuteur de Sputnik. Dans le même temps, le médecin a estimé que la raison probable de la réticence du gouvernement pouvait être expliquée par le fait qu’il était inutile de faire des efforts dans cette lutte, car l’homéopathie “est une sorte de croyance” laquelle est difficile à contrer “par un raisonnement rationnel”.

“Il n’est pas certain que la prise de position et les mesures prises affectent le travail de Boiron parce qu’il y a beaucoup d’irrationnel dans la santé. Si les personnes pensent vraiment sincèrement que c’est quelque chose qui leur fait du bien, ils vont continuer à le prendre. Et ils vont penser que ceux qui sont contre l’homéopathie sont des scientifiques qui n’ont rien compris”, a-t-il conclu.

La Commission chargée de la lutte contre la pseudoscience auprès de l’Académie russe des sciences a déclaré le 6 février dans un mémorandum que “l’administration à doses extrêmement faibles” des médicaments homéopathiques n’avait aucun “fondement ni justification scientifique”. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) met en garde contre le traitement des maladies graves par des médicaments homéopathiques. Ainsi, en 2009 des experts britanniques ont demandé à l’OMS de “dénoncer publiquement l’utilisation de l’homéopathie”. Ils ont notamment souligné que les médicaments homéopathiques n’avaient aucune base scientifique et pouvaient constituer une menace réelle à la vie et à la santé humaine, lorsque pris en remplacement d’un traitement essentiel.