Matraque télescopique et Théo : viol ou accident ?

La matraque ou bâton télescopique, portée par les forces de l’ordre est notamment efficace contre un agresseur portant une arme blanche. Venant dans le prolongement du bras, elle permet de porter des coups à une certaine distance, en décuplant fortement la force de frappe, grâce en particulier à la boule en acier revêtue de caoutchouc à son extrémité). L’utilisation de la matraque nécessite peu d’apprentissage, contrairement aux autres armes de défense. Chacun sait naturellement manier un bâton. Elle reste efficace même si la personne qui l’utilise est paniquée et désordonnée dans ses mouvements (ce qui arrive généralement en cas d’agression). Quelle que soit la manière dont il l’agite, le porteur est pratiquement sûr de toucher sa cible à un moment ou un autre ! Ce qui n’est pas le cas avec la majorité des armes blanches qui exigent une grande maîtrise de leur utilisation, et surtout, un contact physique direct avec l’agresseur.

La matraque est une arme contondante classée en catégorie D (vente uniquement aux majeurs). Elle est réservée aux forces de l’ordre et il est interdit aux particuliers de la porter sur la voie publique. La vidéo ci-dessus montre 5 différentes frappes enseignées pour le maniement du bâton télescopique. Regardez bien la cinquième frappe (pas numérotée) : la piqûre. C’est la frappe qu’a exercée le policier et qui a conduit à l’introduction de la boule dans l’anus de la victime. Était-ce un acte délibéré ? Une piqûre portée vers les fesses sans vouloir viser l’anus ? L’analyse des vidéos image par image le dira, peut-être ?

En attendant, la frappe dite piqûre devrait être proscrite, sauf en cas d’urgence absolue.