7 fils 2,5 mm2dans un tube IRL Ø 16 mm ?

Dans un précédent post, j’ai donné les sections des fils et des gaines utilisés dans l’alimentation électrique d’un appartement. Et la contenance admissible des tubes IRL et des gaines ICTA, basée sur un taux de remplissage de 30% des conduits.

Dans certains cas, en rénovation essentiellement, il faut se contenter d’une faible section de passage : saignée superficielle dans mur dur (pierre ou béton), passage de poutre ou de poteau, etc. Si le conduit est rectiligne et aboutit aux deux extrémités dans des boîtes de dérivation, ce qui permet un bon tirage des câbles, il est possible de le garnir beaucoup plus.

J’ai testé la capacité maximale d’un tube IRL Ø 16 mm, physiquement en introduisant les fils dans le tube et géométriquement avec un schéma. Sept fils, ça fait un fil au milieu et six fils autour, et ça occupe un espace minimal, avec un diamètre de trois fois le diamètre d’un des fils. J’ai dessiné le schéma de droite en représentant à l’échelle les dimensions de sept fils électriques H07VU 2,5 mm2 et d’un conduit IRL Ø 16 mm

Un toron constitué de 7 fils de 2,5 mm2 entre donc dans un tube IRL de 16 Ø mm, à condition de bien positionner les fils, comme sur le schéma. Ce qui permet d’alimenter 3 circuits prises indépendants avec une terre commune. Petite astuce qui m’a aidé dans ma rénovation, j’espère que ça pourra aider mes compagnons bricoleurs…

Fusillade de Grasse : qui est le vrai coupable ?

Chaque fois qu’un événement marquant se produit je découvre que je connaissais un protagoniste, un participant ou une victime, ça a été le cas du crash de Sainte-Odile où un collègue de travail (un géologue que j’appréciais beaucoup) était dans l’avion, du World Trade Center, où le fils de mon collègue du bureau voisin était dans une des tours, et de la fusillade du Lycée de Grasse, où était le neveu de ma compagne.

Dans l’affaire de Grasse, les responsables sont avant tout les membres de la famille du jeune homme qui lui ont permis de se saisir de leurs armes. Un tireur sportif ou un chasseur est tenu d’entreposer ses armes dans un coffre-fort ou une armoire forte. C’est lui qui est responsable, s’il a laissé traîner la clé du coffre ou la combinaison. Les préfectures se contentent de n’importe quelle copie de facture d’acquisition d’un coffre pour délivrer une autorisation de détention d’arme à feu de catégorie B. Elles devraient exiger un niveau de qualité produit, des dimensions adaptées aux armes à stocker, une fixation solide (chevilles ou scellement) et une protection clé + code. Quant aux détenteurs d’armes, il faut les sensibiliser aux risques d’emprunt ou de vol et les poursuivre en cas de négligence.