Parents radicalisés : comment agir ?

Le Vieux Port de Marseille

Le Vieux Port de Marseille vu de Notre Dame de la Garde

Ce samedi soir j’ai assisté avec mes parents à la messe anticipée du 4e dimanche de carême dans la basilique de Notre Dame de la Garde à Marseille, l’évangile du jour était un texte de Saint-Jean relatant un épisode où Jésus rend la vue à un aveugle de naissance :

Afficher l'évangile

De très beaux chants accompagnés à l’orgue ont ponctué l’office religieux. Pendus aux plafonds des maquettes de bateaux et d’un avion offerts par les navigateurs qui ont été sauvés d’un naufrage par la bonne mère, aux murs des plaques de marbre exprimant la reconnaissance des malades guéris ou des candidats ayant été reçus à leur examen grâce à l’intersession de la vierge Marie (ces témoignages s’appellent des ex-voto). Un lieu de ferveur émouvant.

Mes parents sont des catholiques radicalisés, des “catholistes” ils vont à l’église (la mosquée des catholiques) le dimanche pour assister à la messe (la prière des catholiques) et pour prier leurs Dieux (il y en a trois en fait, Jésus, l’équivalent de Mahomet, Dieu le père, l’équivalent de Allah, et l’Esprit Saint (l’ange Gabriel dans l’Islam). Ils font le carême (l’équivalent du Ramadan, sauf qu’on peut manger le jour, mais pas de viande le vendredi), ils achètent des Navettes* de Saint-Victor (une sorte de gâteau du Ramadan), leur appartement regorge de tapis persans (mais pas de tapis de prière), de statues de la Sainte-Vierge (la mère de Jésus le fils de Dieu, mais elle n’est pas marié à Dieu), de croix, d’icônes religieuses, d’anges dorés et de timbales de baptême en argent dans des petites vitrines, et même une photo du pape François, ils ont voté pour François Fillon aux primaires, ils sont abonnés à “La Croix” et à “Valeurs Actuelles”, ils regardent tous les soirs C dans l’air à la télévision, mon père s’affiche souvent avec des symboles vestimentaires comme un blazer bleu marine et une cravate. Dois-je m’inquiéter de cette radicalisation, y a-t-il un risque de passage à l’acte ?

(*) La navette est une pâtisserie traditionnelle cylindrique, façonnée en forme de petite barque (navette) de 7 à 8 cm de long créée pour commémorer l’arrivée du Saint-Lazare et des deux “Maries” – Sainte-Marie Magdeleine et Sainte-Marthe qui mouillèrent à Saintes-Maries-de-la-Mer, en Provence, le 2 février, il y a près de 2000 ans.
Près de l’abbaye de Saint-Victor, dans le cœur de Marseille, le four des navettes n’a pas cessé de cuire cette pâtisserie depuis 1781. Mais quand vient la Chandeleur, le second jour de février, après la procession, tout le monde déguste des navettes. L’archevêque de Marseille bénit une fournée de ces biscuits et le 12 février, la Vierge noire de l’abbaye fait une apparition dans ladite chapelle.