H–C≡N et le FN

Le sujet des chambres à gaz et des fours crématoires est très lié au Front National, rappelons le jeu de mot oiseux du Menhir, “Durafour Crématoire”, la négation du génocide par certains intellectuels comme Robert Faurisson et la mise en doute de l’utilisation du Zyklon B dans les chambres à gaz par Jean-François Jalkh, ce qui lui a coûté sa nomination au poste de président du Front National.

Répondant aux questions de la chercheuse Magali Boumaza, le 14 avril 2000, Jean-François Jalkh évoquait ainsi les chambres à gaz : “Je considère que d’un point de vue technique il est impossible, je dis bien impossible de l’utiliser dans des  exterminations de masse. Pourquoi? Parce qu’il faut plusieurs jours avant de décontaminer un local où l’on a utilisé du Zyklon B.”

Jean-François Jalkh nie avoir tenu de tels propos, mais Magali Boumaza affirme détenir l’enregistrement qui le prouve.

Le Zyklon B, qu’est-ce que c’est ?

Le gaz mortel utilisé dans les chambres à gaz du IIIème Reich était du cyanure d’hydrogène, également dénommé acide cyanhydrique ou acide prussique (un nom qui résonne étrangement…), un composé très simple formé d’un atome de carbone lié à un atome d’hydrogène et à un atome d’azote de formule chimique H–C≡N.

A température ambiante, le cyanure d’hydrogène est à l’état liquide, mais il est très volatil puisqu’il bout à seulement 26°. Aussi les Allemands avaient choisi de le conditionner en le faisant absorber par un substrat, une terre de silice très fine,  commercialisée sous le nom de Zyklon B.

De 1941 à 1944, dans son usine chimique de l’Oise, l’ancien groupe français Ugine a produit des quantités massives de Zyklon B. Cette production, qui a atteint jusqu’à 37 tonnes par mois en 1944, était destinée à l’Allemagne à des fins exclusivement militaires… Le zyklon B est à l’origine un désinfectant, il a continué à être utilisé en France jusqu’en 1997 pour la désinsectisation de locaux de stockage.

Les Allemands utilisaient les néologismes judenrein (inventé par un entraîneur de foot autrichien qui se flattait d’avoir une équipe sans juif), et judenfrei, qui signifient sans juif, mais avec une connotation particulièrement odieuse car rein fait penser au mot reiniger (nettoyant, comme Monsieur Propre) et frei aux mots salzfrei (sans sel) ou bleifrei (sans plomb), comme si le juif n’était pas un humain mais un composé chimique.

Dans les chambres à gaz, le Zyklon B était chauffé, et dés qu’il atteignait une température de 27°, il commençait à libérer du cyanure d’hydrogène gazeux. Ce gaz étant très volatil, son évacuation (par système de ventilation dans les chambres à gaz souterraines ou ventilation naturelle par courants d’air) était suffisamment rapide pour permettre plusieurs opérations de gazage par jour, et l’affirmation de Jean-François Jalkh ne tient pas.

Les négationnistes insistent beaucoup sur le fait qu’on n’a pas retrouvé de plans des chambres à gaz dans les archives allemandes, et soulèvent tout un tas de questions sur les capacités de ces chambres et le nombre de morts. D’autres négationnistes soutiennent mordicus qu’aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone le 11 septembre 2001 et que l’homme n’a jamais marché sur la lune…