This is for Allah !

La belle et la bête.

Un français tué, deux disparus, huit blessés, et je viens d’entendre sur tf1 qu’un d’entre eux aurait été blessé par balle. S’agit-il d’une des 50 balles tirées par les policiers ? Cinquante balles pour neutraliser trois assaillants, c’est beaucoup d’autant plus que comme ils n’étaient armés que de couteaux, il était facile de s’en approcher suffisamment (3 à 5 mètres) pour les atteindre à coup sûr. Les britanniques ne tarissent pas d’éloges sur leurs forces de l’ordre, mais on aimerait bien savoir combien de personnes, en dehors du français, ont été blessées par les balles des policiers.

Cinq personnes sont portées disparues : James McMullan, 32 ans, britannique, Sara Zelenak, 21 ans, australienne, Ignacio Echeverría, 39 ans, espagnol, Xavier Thomas, français, et Sébastien Bélanger, 36 ans. On aurait retrouvé les papiers du premier sur le corps d’une des victimes qui n’a pas encore été identifiée, une preuve de l’importance des blessures. Les français disparus font-ils partie des victimes non encore identifiées, auraient-ils sauté ou seraient-ils tombés dans la Tamise ?

Kuram Butt, soldat d’Allah et chef du trio d’assaillants (en photo), aurait crié This is for Allah (C’est pour Allah). Je doute cependant qu’Allah apprécie beaucoup ce geste, car l’Islam n’est-il pas une religion d’amour et de paix ? Les raisons de cette acte sont bien expliquées dans l’article why we hate you and why we fight you, un extrait du magazine n°15 de Dabiq que j’avais publié le 3 août 2016. La jeune femme sur la photo est l’australienne Sara Zelenak, portée disparue.