Arame M’Baye et Philippe Ruel-Radigue

Arame M’Baye et Philippe Ruel-Radigue sont arrivés bons derniers, ex æquo, à l’élection législative de la deuxième circonscription des hauts de Seine, avec un score de 24 voix chacun, soit 0,03 % des électeurs inscrits.

Quelle est la raison d’un score aussi bas ? Enquête…

Il y avait 15 candidats au premier tour de l’élection législative à Asnières. En examinant les professions de foi et les bulletins de vote qui m’ont été adressées par la Poste, je m’aperçois qu’il n’y avait que 13 professions de foi et 11 bulletins de vote pour 15 candidats. Pas de profession de foi ni de bulletin de vote au nom d’Arame M’Baye, pas de bulletin à son nom non plus. Bulletin bien présent au bureau de vote, avant de voter j’ai pris un bulletin de chaque candidat, je les ai rapportés chez moi, et je viens de vérifier qu’il m’en restait 14 (15 moins celui que j’ai glissé dans l’urne).

J’ai trouvé la profession de foi  d’Arame M’Baye sur le site du ministère de l’intérieur. Et j’ai vu qu’Arame M’Baye faisait partie du mouvement de Rama Yade, La France qui Ose. J’aurais pu voter pour elle car je trouve le programme de Rama Yade intéressant à plus d’un titre et je regrette qu’elle ait été écartée de la vie politique par son parti.

Sans profession de foi et sans bulletin de vote remis aux électeurs, Arame M’Baye avait moins de chances d’être élue qu’un sac de pommes de terres étiqueté En Marche.

Ex æquo avec Arame M’Baye, Philippe Ruel-Radigue, du mouvement des progressistes de Robert Hue. Philippe Ruel-Radigue se dit handicapé, son suppléant l’est peut-être aussi, ce n’est pas inscrit sur la profession de foi, leurs photos ont dû dissuader les électeurs potentiels.

Au final, c’est Adrien Taquet, l’inventeur du slogan En Marche, qui est arrivé en tête, avec 47,01 % de sufrages exprimés, devant Marie-Do Aesclimann, 23,59 %. Le deuxième tour sera une formalité.