le chagrin et la colère

Il faut savoir pardonner à ses ennemis

C’est dans la peine qu’on reconnaît ses amis et ses ennemis, il en est des relations amicales, professionnelles et amoureuses. On peut se tromper sur les gens, ne pas appeler au bon moment, mal interpréter leurs sentiments, être en colère contre eux et le regretter après.

Chacun a son parcours, il ne m’appartient pas de juger, j’ai dit du mal de ceux qui m’ont blessé, je le regrette. J’ai blessé certaines personnes aussi, au-delà de la raison, ils sauront se reconnaître.

Merci à Patrick Balkany et à la ville de Lavallois

Je ne serai jamais assez reconnaissant envers Patrick Balkany, le maire de Levallois, la ville où nous avons vécu de 1996 à 2011, la ville où Thomas-Louis Roques (tout le monde l’appelait Thomas ou Tom) a vécu son adolescence, a étudié, à l’école Sainte-Marie puis au collège Saint-Justin, a reçu sa première communion et sa confirmation à l’église Saint-Justin, a joué au Tennis…

Je ne savais pas où enterrer Thomas, les cimetières de famille sont loin, dans le Tarn, dans les Côtes d’Armor, dans l’Hérault. J’ai trouvé à Levallois un accueil plus que formidable, à l’église, au cimetière et à la mairie. Merci à Isabelle et à Sylvie (Ville de Levallois) pour la sépulture, merci à Bruno, le diacre de l’église Saint-Justin pour les préparatifs de la cérémonie et son accompagnement, merci à Bruno l’organiste, merci à Colette (ville de Levallois) pour la salle de réunion après les obsèques.

Nous sommes arrivés à Levallois en 1996, la ville avait beaucoup changé depuis la première fois où je m’y étais rendu, à l’été 1968. Patrick Balkany n’était plus maire à ce moment, il a été réélu peu de temps après. 1968 – 2017, c’est incroyable de voir comment la ville a été transformée. Des habitations confortables ont remplacé les immeubles insalubres, mais aucun pauvre n’a été éjecté pour laisser la place à un plus riche. Et la ville est accueillante, même à ceux qui n’y habitent plus.

Charlotte, ma fille, a épousé Pascal en 2007. Leur mariage a été célébré à la mairie de Levallois (dans une église des Yvelines après). Charlotte avait écrit à Patrick Balkany pour lui demander de célébrer son mariage, ce qu’il a fait. Je me souviens des mots qu’il a prononcés, un mot adapté pour chacun d’entre nous Charlotte et Pascal, les mariés, Marie-Françoise et moi (Denis) les parents, et François, Adrien et Thomas, les frères. Plus que des mots, un message chaleureux pour Charlotte et Pascal et notre famille.

Merci du fond du cœur à Patrick Balkany et à la ville de Levallois.

PS : le remerciement à Patrick Balkany s’adresse à l’homme, pas à sa politique, que vous soyez de droite ou de gauche, en marche ou à l’arrêt, n’ayez aucune crainte, comprenez qu’il y ait des hommes prêts à rendre service et à consacrer leur temps à leurs concitoyens.