La pleine Lune du 6 septembre 2017

Photographiée ce soir à 23h38. Les trois cratères les plus reconnaissables, malgré la lumière zénithale, sont Tycho, au sud, qu’on reconnait aux rayons qui partant de lui s’étendent sur une grande partie de l’hémisphère sud, Copernic, à peine au-dessus de l’équateur et à l’ouest de Tycho (à gauche vu de la Terre), et Aristarque, pas le cratère le plus grand de la Lune, mais le plus lumineux, avec sa forme caractéristique : un petit point très blanc prolongé à l’ouest par un petit trait blanc. Au nord-est (arc supérieur droit), les rayons rasants mettent le relief en évidence. Comparez avec ma photo de pleine Lune du 27 octobre 2015, où c’était l’arc sud-ouest qui présentait le plus de relief.

Les marées en Méditerranée

Les marées en Méditerranée, tout au moins sur le côtes françaises, sont de très faible amplitude, cependant elles sont facilement observables lors de la pleine lune, sur les plages à faible pente de l’Occitanie. Cela faisait longtemps que je cherchais un annuaire de marées, je viens de le trouver sur le nouveau site du SHOM. Ce serait bien que le site marée info ajoute les ports de Méditerranée. Avec une amplitude de 20 cm pour les vives eaux, ça fait un peu ridicule par rapport à la baie du Mont Saint-Michel, pas question de pêche à pied à marée basse, mais ça existe, et conjugué à l’effet de la pression barométrique (1 cm par hectopascal) et de la poussée du vent, selon qu’il vient de la terre ou de la mer, cela peut conduire à des amplitudes supérieures à 50 cm. Ci-dessous l’annuaire de marée du SHOM pour le port de Sète, il est valable pour toute la côte occitane (je l’ai également mis en vignette dans le bandeau de droite :

En Méditerranée, contrairement à l’Atlantique et à la Manche, les amplitudes de deux marées successives sont inégales, c’est peut-être la raison pour laquelle le coefficient de marée ne figure pas dans l’annuaire. On observe ces jours-ci le même phénomène à Venise, où les coefficients de marée sont plus forts, et où lors de deux marées consécutives, les hauteurs de la haute mer ne changent pas alors que les hauteurs de la basse mer diffèrent notablement.

La mer des Humeurs et le cratère de Gassendi

Je dédie cette photo de la Lune à Christophe… Maurolycus et les autres cratères que j’avais repérés sur la photo du 28 août ne sont plus visibles car la lumière du soleil les frappe trop à la verticale, en revanche, Gassendi, éclairé par des rayons obliques est bien visible. Ce cratère a été nommé en hommage au mathématicien, philosophe, théologien et astronome Pierre Gassend, dit Gassendi, né à Champtercier (près de Digne-les-Bains) le 22 janvier 1592 et mort à Paris le 24 octobre 1655. Gassendi est un cratère de 110 km de diamètre en bordure nord de la mer des Humeurs. Il se caractérise par la présence d’un cratère plus petit (Gassendi A) à cheval sur son rempart nord. Cliquez (successivement deux fois) sur la photo pour l’agrandir.

Photo prise de Vichy, dans la nuit du 1er au 2 septembre Nikon Coolpix P610, focale 1440 mm (éq. 35 mm). Bizarrement la photo est moins nette, alors que le ciel était clair, que celle que j’avais prise le 28 août en banlieue parisienne.