Les barrières Delpierre auront bientôt 100 ans

Alfred Delpierre, maire de Saint-Quay-Portrieux de 1919 à 1941, a été l’un des principaux artisans de l’essor de la station dans l’entre deux guerres. Il a laissé son nom à des barrières en béton, les “barrières Delpierre” qui sécurisent le GR 34, aussi appelé “chemin de ronde” ou “sentier des douaniers”, mais aussi les différentes plages, la plage du Casino, la plage de la Comtesse et le port d’échouage. Le nouveau port, le “port d’Armor” a hélas rompu avec la tradition et opté pour des barrières avec poteaux et câbles en inox. Ces barrières en béton étaient amenées à disparaître et à être remplacées au fur et à mesure de leur érosion, des affaissements de terrain et des tempêtes par des barrières à obsolescence programmées conçues par des designers 2.0.

Mais les barrières Delpierre n’avaient pas dit leur dernier mot et elles viennent de réapparaître autrement qu’en réfection de barrières endommagées, pour la première fois dans un équipement neuf, dans le cadre des travaux d’aménagement du port d’échouage du Portrieux. Amoureux de ce patrimoine semi-ancien, je salue cette initiative et je publie quelques photos que j’ai prises au Portrieux mercredi 4 avril.

Le quai de la République avec ses barrières Delpierre des années 1920 :

(Les palmiers sont des Trachycarpus fortunei)

Les barrières Delpierre modèle 2018 :

Les échelles horizontales :

Les poteaux :

Contrairement au PVC, à l’aluminium anodisé et même à l’inox, on est reparti pour cent ans.

Saint-Brieuc : un centre ville abandonné

C’était un centre ville plein de charme…

Dans le journal de 13h de TF1 du vendredi 6 avril 2018, il y avait un sujet sur le centre-ville abandonné de Saint-Brieuc.
J’ai extrait le reportage au format mp4, vous pouvez le voir sur cette page :

Ou en cliquant sur ce lien
– clic gauche : ouvre un nouvel onglet avec la vidéo
– clic droit : enregistre la vidéo sur votre ordinateur

La rue Saint-Guillaume

La rue Saint-Guillaume est la rue commerçante principale de Saint-Brieuc, je l’ai connue au début des années 70, du temps de sa splendeur, c’était avant l’arrivée des centres commerciaux en périphérie et des punks à chiens en centre ville.

Les raisons du déclin de Saint-Brieuc sont multiples, la ville souffre des conséquences de la grève du Joint Français en 1972, soutenue par la municipalité socialiste, qui a fait fuir les investisseurs et les industriels, elle souffre de l’implantation des zones commerciales dans les communes voisines et la difficulté de stationner au centre ville. La ville est grise et triste, et la présence depuis quelques années de pauvres hères, parfois agressifs, dans les rues commerçantes fait peur aux bourgeois et fait fuir les consommateurs. C’est un sujet à traiter en priorité, avant de gaspiller inutilement des fonds publics.

Plus généralement, le modèle économique des commerces en centre ville n’est valable que pour les grandes villes riches ou les petites villes touristiques. Ce sont la plupart du temps des commerces de luxe ou des commerces qui vendent les mêmes produits que dans les grandes surfaces ou sur internet, mais plus cher, et on aura beau injecter des millions d’euros de fonds publics dans le centre ville de Saint-Brieuc, créer des transports gratuits, la population de Saint-Brieuc, dont le pouvoir d’achat est faible, continuera à effectuer ses achats dans les grandes surfaces de la périphérie ou chez Lidl et la population aisée des communes avoisinantes, pour qui le centre ville de Saint-Brieuc agit comme un repoussoir, fera de plus en plus ses courses sur internet, ou dans les magasins de Rennes ou de Paris.

A lire aussi : Saint-Brieuc : un supermarché de la drogue démantelé dans une résidence

Changement de décor à Vannes, la préfecture du Morbihan, une ville de taille équivalente qui a su garder un centre ville attractif. Vannes, une ville bourgeoise, traditionnellement ancrée à droite, la ville a eu pour maire de 1965 à 1977 Raymond Marcellin, ministre de l’intérieur lors des grèves de 1968 et acteur du retour à l’ordre après le retour triomphal du Général.

La démographie comparée de Saint-Brieuc et de Vannes révèle à elle seule l’évolution de ces deux préfectures bretonnes :

Démographie de la ville de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) :

Démographie de la ville de Vannes (Morbihan) :