Combien les salariés d’EDF paient-ils leur électricité ?

François de Rugy a imputé en partie à la “ristourne de 90 %” dont bénéficient les salariés la hausse de 5,9 % des tarifs de l’électricité au 1er juin. Ce chiffre est faux, je vais vous expliquer pourquoi :

EDF a été créée le 8 avril 1946 par la loi de nationalisation de l’électricité et du gaz. En 1948 un tarif agent est institué, ce tarif correspondait alors au coût de production moyen de l’électricité. Au départ les agents EDF pouvaient disposer d’un nombre limité de kilowattheures à ce tarif, en fonction de la composition de leur famille et d’autres critères sociaux. Mais rapidement le tarif a été étendu à la totalité de la consommation des agents, et plus tard aux résidences secondaires.

Le tarif agent en 1948 était de 3 Francs / KWh. Ce tarif a été réévalué pendant quelques années pour atteindre 4 Francs / KWh.

Pour une raison que j’ignore, une fois le prix de 4 F / KWh atteint, le tarif n’a jamais été réévalué. Qui plus est, au fur et à mesure que l’Etat inventait de nouvelles taxes, le tarif agent hors taxes baissait de façon à ce que le prix toutes taxes comprises reste toujours à 4 F / KWh.

Lors du passage au nouveau Franc en 1959, le tarif agent est passé à 0,04 NF, puis lors du passage à l’Euro, il a été fixé à 0,0061 €, c’est ce que paient actuellement les salariés et les retraités d’EDF.

Maintenant, quel est le tarif public (réglementé) ?

Pour une puissance souscrite de 9 KVA, le prix de l’abonnement est de 130,32 € / an et le prix de l’électricité de 0.1470 € par kWh (sans option heures creuses). La consommation moyenne des français étant de 5000 kWh par an et par ménage, cela correspond à un coût annuel de :

130,32 € + 5000 * 0.1470 = 865,32 €

En réalité ça ferait peut-être moins avec le tarif heures creuses.

Avec la même consommation, un salarié EDF aurait payé 5000 * 0,0061 = 30,50 €

Ces 30,50 € représentent environ 3,5 % des 865,32 €.

Autrement dit, la remise n’est pas de 90 % mais de 96,5 % !

Vous trouvez scandaleux que le salarié EDF ne paie que 30,50 € alors que vous en payez 865,32 € !

Mais considérez simplement ceci :

1) Cet avantage en nature représente 865,32 – 30,50 = 834,82 € par an, soit 69,57 € par mois

2) L’avantage en nature est déclaré au fisc par EDF et les agents paient en contre partie un impôt supplémentaire.

3) Pendant des années, la direction d’EDF a modéré les augmentations de salaire des agents en invoquant l’avantage en nature dont ils bénéficient.

Pour en revenir à l’augmentation des tarifs d’électricité, il est clair que

– si EDF n’avait pas l’obligation de céder 100 TWh / an, soit 25 % de sa production à ses concurrents à un prix en dessous des prix du marché (0,042 € le kWh),

– si EDF n’était pas obligé d’acheter l’électricité éolienne produite par ses concurrents,

– si EDF n’était pas obligé de vendre l’électricité au tarif métropolitain dans toutes les îles de France et d’Outremer,

… ses clients pourraient bénéficier d’un tarif plus bas !

Mais à l’exception de ceux qui se chauffent avec des radiateurs ou des convecteurs électriques, ce qui est un aberration technique écologique et économique, pour beaucoup de ménages, la facture d’électricité représente moins que les impôts locaux (taxe foncière + taxe d’habitation), ces impôts ont beaucoup augmenté ces dernières années, sans que ça provoque une levée de boucliers comme pour l’augmentation des tarifs de l’électricité.

N’oublions pas aussi que l’éclairage qui était aux débuts de l’électricité une de ses principales applications, grâce à l’arrivée des ampoules LED, coûte beaucoup moins cher qu’autrefois avec les ampoules à incandescence. De même les écrans à LED (TV, ordinateur) consomment beaucoup moins que les tubes cathodiques.

L’électricité est un produit noble, irremplaçable pour faire fonctionner les appareils électriques et électroniques, la gaspiller par effet Joule dans une résistance électrique, que ce soit un radiateur, un convecteur ou un ballon d’eau chaude devrait être prohibé par l’Europe, comme l’ont été les ampoules à incandescence il y a quelques années. Cela boosterait le développement des pompes à chaleur qui permettent de diviser la facture d’électricité par 3 ou par 4.