Vol AT656 pour Orly

Fin du voyage au Maroc, après 3 semaines passées à Ouarzazate et dans le sud marocain, le groupe de 14 personnes, emmené par le colonel H2, a regagné les côtes d’Armor, par un vol Marrakech-Nantes. Tous sauf moi, car j’ai préféré un vol direct Ouarzazate-Paris, où je vais passer quelques jours. Un voyage intéressant et dépaysant, beaucoup de souvenirs, des paysages, des villes et villages, des hotels et riads, mais surtout le souvenir des marocains, berbères pour la plupart, des gens attachants et gentils.
Aéroport de Ouarzazate, hélicoptère militaire devant l’Atlas enneigé :
P1030780R
Le trajet de l’avion tracé par mon téléphone, les ronds rouges siginfient que l’appareil recevait le signal GPS, c’était lorsqu’il était près du hublot ou sur ma tablette :
Ouarzazate-Paris
Nous survolons la ville de Kénitra, on distingue bien l’aérodrome :
P1030807R
Le détroit de Gibraltar :
P1030817R
Les applications du téléphone permettent de connaître la vitesse de l’avion :
P1030810R
Et sa position :
P1030811R
Le petit salon où j’écrivais mes chroniques :
2015-02-21 12.35.40R
Avec mon ami Aziz, dans la boutique “Trezor Chegaga”, place Al-Mouahidine :
2015-02-21 15.26.54R

Une femme à sa fenêtre

La plupart des fenêtres des immeubles marocains (à l’exception des lieux recevant du public) sont protégées par des grilles serrées en fer forgé, à tous les étages. La culture marocaine considère en effet la maison comme un lieu d’intimité absolue, dans lequel la famille vit centrée sur elle-même, à l’abri des regards extérieurs. On dit que, dans son existence, une femme ne sort que deux fois : la première pour aller chez son mari et la deuxième pour être enterrée. Et de fait, il y a peu de femmes dans les espace publics, ce sont les hommes qui font les courses, qui vendent et qui achètent dans les magasins et dans le souk. Il est presque impossible de photographier une femme, elles se cachent systématiquement le visage lorsqu’elles aperçoivent un objectif d’appareil photo. J’ai cependant pu saisir le regard de cette vieille femme qui m’épiait depuis sa fenêtre :
P1030681R

Le Ksar de Aït Ben Haddou

Un ksar (arabe : قصر [qaṣr]) est un village fortifié (architecture berbère).
Aït (ayt), en berbère, signifie “enfants (de)”
Ben (ou Ibn), en arabe (ibnou, ابنُ) signifie “fils [de]”, ou plus généralement “descendant [de]”
Autrement dit, le Ksar de Aït Ben Haddou est le village fortifié des descendants du sieur Haddou. Ce village m’a fait penser à la Cadière d’Azur et à Cordes sur ciel.

Fleuron de l’architecture du sud marocain traditionnel, il est bâti sur le flanc d’une colline au sommet de laquelle se trouvait un grenier collectif (un agadir). Le village est constitué de bâtiments de terre entourés de murailles, le ksar, un habitat défensif présaharien. Les habitations sont protégées par un mur d’enceinte renforcé par des tours d’angle. Certaines maisons ressemblent à des châteaux de sable avec leurs hautes tours décorées de motifs en terre crue. Les plus anciennes constructions remontent au XVIIème siècle. Le site aurait abrité un caravansérail sur la route reliant Marrakech au Sahara. L’ancienne ville a partiellement fondu sous les violentes pluies du 20 au 24 novembre 2014. Cependant, la nouvelle ville, en rive droite, se développe rapidement en attirant des berbères anciennement nomades qui se sédentarisent. La rivière, le nouveu pont, le cinéma et les touristes y sont pour beaucoup. De très nombreuses échoppes tout au long des rues montant à l’agadir. Beaucoup de touristes de tous les pays du monde. Le Ksar a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et a été le théâtre de tournage de nombreux films, à commencer par Lawrence d’Arabie (1962), Jésus de Nazareth (1977), La Momie (1999), Gladiator (2000) entre autres.
P1030701R

La mercerie

Où j’ai trouvé un grand découseur à 8 dirhams (0,75€), pour remplacer celui que j’avais perdu. Des fils de toutes sortes, mais aussi des boutons, des galons, des fermetures éclair…
2015-02-19 14.21.26R

Pluie providentielle

Dans le sud du Maroc, chaque épisode pluvieux est un cadeau du ciel. La pluie ote la poussière sur les feuilles des arbres, fixe la poussière au sol et donne quelque chance aux semailles. Ciel gris et refroidissement des températures :
2015-02-18 15.08.17R
Les pluies peuvent être torrentielles, commes celles qui se sont abattues sur le sud du Maroc entre le 20 et le 24 novembre 2014.

escapade en haute Egypte

Profitant d’une offre de dernière minute de Royal Air Atlas à 200 dirhams (20€), nous nous envolons pour Fès, à bord de ce petit avion à réaction :
P1030564R
Cependant, en raison de fortes précipitations sur l’aéroport de Fès-Saïss, nous sommes déroutés vers l’est et nous nous posons à Abou Simbel, tout juste le temps de visiter le temple :
P1030624R
Avant de repartir pour Louxor, où pendant que le pilote fait le plein, nous en profitons pour visiter le temple :
P1030622R
La salle hypostyle :
P1030588R
Détail d’une colonne, avec Shou soutenant la déesse Nout :
P1030590R
Le palais de Cléopâtre :
P1030616R
Vous reconnaitrez certainement ces divinités :
P1030638R
De retour à Ouarzazate, nous retrouvons notre voiture recouverte de poussière en raison de la tempête de sable :
P1030644R
Ce n’étaient que les décors de cinéma d’un des studios de Ouarzazate où ont été tournés Ben Hur, Mission Cléopâtre, indigènes, etc. :
P1030645R

Le djebel Siroua

Labourage à la force animale :
P1030476R
(photos prises de très loin)
P1030484R
Nos trois chauffeurs sur une plaque de la neige tombée en janvier :
P1030486S
Cultures de safran en terrasses :
P1030514R
Lieu de tournage du film “Bagdad Café” :
P1030551R

Une journée bien tranquille à Ouarzazate

Après plusieurs centaines de kilomètres sur des routes et sur des pistes caillouteuses et poussiéreuses, cette journée au calme à Ouarzazate est la bienvenue. Un marchand berbère de la grand place m’a dit que l’étymologie de Ouarzazate, du tamazight warzazat, est formée des mots war, qui veut dire sans et de zazate, qui veut dire le bruit, autrement dit, Ouarzazate serait la ville sans bruit, la ville calme, et ça me semble vrai.
Pas de photos aujourd’hui, si ce n’est le bandeau du site, avec les restaurants et les boutiques de la place principale, et ce Docker bâché, j’aimerais bien en rapporter un en Bretagne, mais ça semble assez compliqué :
2015-02-15 12.28.36R

de Taroudant à Ouarzazate

Comme nous devons rentrer un jour plus tôt que prévu à Ouarzazate, l’étape d’aujourd’hui a été particulièrement longue d’autant plus que nous n’avons pas pris la N10, mais une route de montagne sinueuse et accidentée longeant le parc national du mont Toubkal.
Notre trajet du jour :
gmaps14
Départ à 9h du riad el Aissi, nous passons sans nous arrêter à Taroudant, dont nous ne ferons qu’apercevoir les remparts. Après deux heures de route, bref arrêt près du barrage Mokhtar Soussi :
P1030289R
Mis en service en février 2002, ce barrage est destiné à l’irrigation des orangeraies de Sebt El Guerdane et Oulad Teima. C’est un ouvrage en remblai avec masque amont en béton. D’une hauteur de 61m et d’une longueur en crête de 420m, il crée une retenue d’un volume de 50Mm3 et d’une surface de 250ha. La prise d’eau alimente un conduit métallique de 300mm d’un débit maximal de 2m3/s. Pas de production d’électricité, soutien d’étiage uniquement. Le barrage, qui n’était rempi qu’à 40%, a fait le plein au cours des pluies du 20 au 25 novembre 2014. Aujourd’hui il déversait encore légèrement, preuve de son remplissage à 100%, accompagné d’un fort envasement :
P1030291R
Nous traversons la commune de Toubkal où trône un beau Berliet dans son jus :
P1030298R
Plusieurs centaines de personnes dans les rues venant des villages alentour pour se rendre à la consultation du médecin itinérant :
P1030301R
Le restaurant où nous devions déjeuner était en travaux. Fort heureusement, Jaffar avait acheté du pain et des boîtes de maquereaux, et nous avons pique niqué dans la future salle à manger :
P1030306R
Et on remonte en 4×4… Quand c’est complet à l’intérieur, il reste de la place sur le toit :
P1030337R
Dans l’après-midi, nous prenons le thé au village de Tidili :
P1030346R
Tidili est un ensemble de villages situés à 110 km à l’ouest de Ouarzazate et à 50 km du sommet Tizi N’Tichka, à plus de 2000m d’altitude. Situé au confluent des oueds Asif N’ouzguer, Tamellouante Asf N’Toughoute et Asif N’Sour, Tidili regroupe plus de 70 douars, de petits paradis verdoyants et enneigés en hiver : Tamast, Tougout, Ighrourd, Imaghouden, Ghrasen, Zaouite, Sidi Ali, Hmad, Anffid , Tagadirte, Sour, Tazolte, Aoudid, Tizi… On y cultive des légumes, des arbres fruitiers, pommiers, amandiers… et des plantes aromatiques, le chih, le thym, la lavande… La faune est constituée de sangliers (haram pour les musulmans), renards, perdrix, lièvres, hérissons, écureuils…
La place principale :
P1030371R
Au bout de la rue, la montagne :
P1030375R
L’atelier du menuisier :
P1030378R
La montagne toute proche :
P1030351R
Le piémont de Tidili :
P1030358R
Une petite marche avant de reprendre la route vers Ouarzazate :
P1030386R