Adrien Taquet n’aura pas besoin de parachute

Aux élections législatives, un candidat peut se présenter dans la circonscription de son choix, même s’il n’y habite pas et même s’il n’y a aucune attache fiscale.

Tous les électeurs en pleine possession de leurs droits civiques ayant 18 ans révolus peuvent être candidats. Aucune obligation de domicile n’est requise, car les députés ne sont pas des élus locaux, mais des élus nationaux.

On a souvent tendance à confondre les mandats locaux (maire, conseiller municipal, départemental, régional) et les mandats nationaux. Le député est élu pour voter des lois et pas pour résoudre les problèmes du quotidien (emploi, logement, conflits…)  de ses électeurs. Il ne dispose d’aucun pouvoir à cet effet. C’est du ressort des élus locaux, du médiateur de la ville, des assistants sociaux, etc.  Le rôle du député et de contribuer à l’élaboration des lois en assistant aux réunions de l’Assemblée Nationale, en participant aux commissions, aux groupes d’études, etc. Son rôle n’est pas de siéger dans sa permanence pour écouter les doléances de ses électeurs, mais de siéger à la chambre des députés à Paris. Il est évidemment important qu’il rencontre régulièrement ses électeurs et les élus locaux, qu’il soit à leur écoute sur certains sujets spécifiques à la circonscription et susceptibles d’être réglés par une loi ou un amendement, qu’il leur rende compte de son travail parlementaire…

Mais un député n’a pas besoin d’être né dans sa circonscription, d’y habiter, d’y travailler, de la connaître à fond pour s’y présenter, pour y être élu et pour être un bon député. C’est ce que n’ont pas compris les élus locaux confrontés à un adversaire parachuté, je pense à Patrick Mennucci à Marseille qui a axé toute sa campagne sur le fait que Jean-Luc Mélenchon était parachuté, qu’il n’avait pas l’accent Marseillais, qu’il pensait qu’à Marseille on mangeait de la bouillabaisse à tous les repas, etc. Mennucci s’est trompé, il a été balayé au premier tour. Marie-Do Aeschlimann, à Asnières sur Seine, a commis la même erreur, son dernier tract, celui que j’ai trouvé coincé dans l’embrasure de ma porte est essentiellement axé sur son ancrage local et sur le parachutage d’Adrien Taquet. Elle écrit : “Le Député doit vivre là où il est élu” et “En Marche a parachuté un candidat qui habite et vote à Paris.”. Pour ceux qui ne connaissent pas, Asnières n’est pas bien loin de Paris, du 37 Quai du Dr Dervauxà Asnières au 32 Avenue de la Porte d’Asnières, à Paris, il n’y a que 1,7 km, et seulement une station de métro entre Asnières Gabriel Péri et Paris Porte de Clichy. Trois stations de train (Asnières, Bécon les Bruyères et Bois Colombes), trois stations de métro (Gabriel Péri, les Agnettes et les Courtilles), trois ponts sur la Seine (pont d’Asnières, pont de Clichy et pont de Gennevilliers), Adrien Taquet n’aura pas besoin de son parachute pour venir dans sa nouvelle circonscription !

Un commentaire sur “Adrien Taquet n’aura pas besoin de parachute

  1. Félicitations aux candidats LREM largement élus : Taquet à Asnières et Bothorel à Saint-Quay.
    Majorité absolue LREM mais pas écrasante malgré les sondages C’est ce que souhaitait Emmanuel Macron. Nous restons une démocratie malgré tout, et malgré une abstention très contestable de la part de citoyens .

    Regrets pour les 8 fascistes du Fhaine élus dont Collard et MLP. Ca fait tâche.

    A l’extrême gauche, Mélenchon pourra jouer les moulins à vent !

    Et maintenant, on se met en marche. Ca urge !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *