The Pirate Bay condamné par le TGI de Paris

ThePirateBayL’acharnement de la SCPP (Société Civile des Producteurs Phonographiques) contre la liberté de l’internet n’a pas de limites et la Justice et l’Etat français sont à ses ordres. Non content, de concert avec la SACEM (Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique), autre société de droit privé, de taxer tous ceux qui écoutent ou jouent de la musique en public, y compris les cafés, salons de coiffure, chambres d’hôtes, petites formations musicales d’amateurs, entreprises diffusant des messages d’attente téléphonique, d’avoir imposé une taxe sur les cassettes audio, les clés USB, les disques durs, les abonnements internet, les smartphones, elle veut maintenant faire fermer le site “The Pirate Bay” et a obtenu la complicité du TGI de Paris dans cette nouvelle atteinte à la liberté de l’internet. La justice n’a-t-elle rien de mieux à faire que de donner raison à ces lobbies richissimes qui rémunèrent grassement leurs administrateurs et redistribuent toujours aux mêmes le fruit de leur racket ? Sans les ingénieurs qui ont inventé le phonographe et le microphone (Thomas Edison), la lampe triode (Lee de Forest), le haut-parleur (Siemens), la TSF (Marconi), le transistor (Bardeen, Shockley et Brattain), le circuit intégré (Jack Kilby), le microsillon, le CD, le DVD et l’informatique moderne (Gates, Jobs), beaucoup de chanteurs et de groupes ne pourraient même pas se produire en public car la plupart n’ont même pas assez de voix pour chanter en public sans micro. Ce sont ces ingénieurs, techniciens et entreprises qui devraient toucher les droits de diffusion.

scppSur la page d’accueil de son site internet, la SCPP affiche clairement ses objectifs : “Défendre les droits des producteurs membres, notamment par des actions de lobbying auprès des pouvoirs publics français” . Le tribunal de grande instance de Paris “ordonne aux opérateurs Orange, Bouygues Telecom, Free, et SFR, de mettre en œuvre toutes mesures propres à empêcher l’accès, à partir du territoire français” au site thepiratebay.se et à tous ses sites de redirection et sites miroirs répertoriés. Ces fournisseurs d’accès internet vont donc devoir bloquer les 18 URL du site (en .net, .org, etc.), les 3 URL des sites miroirs connus et les 49 proxies permettant d’accéder au site. Et ce “sans délai et au plus tard dans les quinze jours à compter de la signification de la présente décision” .

Espérons qu’ils n’y parviendront pas et que thepiratebay et tous les partisans d’un internet libre gratuit et ouvert à tous trouveront une parade pour continuer à exister. The Pirate Bay est censuré au Royaume-Uni, en Irlande, en Finlande, en Iran, en Corée du Nord, aux Pays-Bas, en Belgique, au Danemark, en Italie et en Argentine.

La SNCF prend soin des voyageurs

Depuis le 24 septembre 2014, la SNCF, en partenariat avec Yamaha, organise un grand jeu concours piano, jusqu’au 24 décembre 2014 dans 100 gares en France. Au cours de mes récentes pérégrinations, j’ai pu voir que ces pianos remportaient un certain succès, pour le plaisir des interprètes et des voyageurs. Ici à la gare de Marseille-Saint-Charles, même chose à l’arrivée à Rennes, et il y en a un aussi à Saint-Brieuc.
2014-12-02 14.28.15R
L’accueil en gare s’est beaucoup amélioré ces derniers temps, beaucoup de gares ont fait peau neuve, comme la gare Saint-Lazare à Paris, la gare Saint-Charles à Marseille, la gare d’Evreux, la gare de Rennes, et bien d’autres.
A Rennes, la salle d’attente est équipée de sièges confortables avec des prises électriques 230 volts destinées à alimenter les laptops et les smartphones :
2014-12-02 21.15.25R
A Saint-Lazare, il y a même une station de recharge écolo où on pédale pour produire l’électricité nécessaire à la recharge :
2014-11-25 12.24.02R
carte-e-billetEnfin, au niveau des réservations de billets, signalons que depuis deux ans, avec la carte voyageur, gratuite, lors de l’achat d’un billet par internet, il n’est plus nécessaire de se le faire expédier chez soi, de le télécharger et de l’imprimer, ou de le retirer en gare à un automate ou au guichet. Le billet est simplement associé à la carte voyageur qu’il suffit de présenter au contrôleur qui scannera le QR code. En plus on peut gagner des réductions sur les prochains voyages. Et pour les seniors (>60ans), je rappelle que la carte senior, ne coûte que 50€ au lieu de 60€ si elle est renouvelée moins de 3 mois après la date d’expiration de la précédente.

exprimer les couleurs du gris

Le gris recèle toutes les couleurs, mais toujours avec une dominante. Pour l’exprimer, il suffit d’augmenter la saturation des couleurs. Les images qui défilent ci-dessus, ont été créées à partir d’une image à dominante grise, en augmentant la saturation par pas de 10%, de +0 à +100%, puis en la ramenant de +100% à +0.

le nouveau billet de 10€

10€DNP05MedAprès le billet de 5 €, c’est au tour du billet de 10 € de subir un relifting, et les nouveaux billets sont en circulation depuis la fin septembre. Même arche romane, mais plus imposante, mêmes couleurs, mais un peu plus flashy, le nombre 10 du haut est désormais en relief et au milieu, et le 10, en bas à gauche, vert émeraude, change de couleur quand on incline le billet. La signature de Mario Draghi figure maintenant sous le drapeau de l’union européenne. Et les références de l’imprimeur sont dans un petit rectangle en haut à droite. Il est très facile de vérifier les signes de sécurité des billets de la série “Europe” grâce à la méthode “toucher, regarder et incliner”. Aucun équipement spécial n’est nécessaire. Il n’est plus possible aujourd’hui de scanner un billet de banque, les éditeurs de logiciels de traitement d’image ayant introduit un dispositif destiné à empêcher le faux monnayage, basé sur la “constellation EURion”, un agencement de symboles que l’on trouve sur de nombreux billets de banque depuis 1996. Mais pour stquay.com, rien n’est impossible et nous avons le plaisir de vous offrir cette image inédite du recto du nouveau billet de 10€, afin de vous permettre de l’identifier. Cliquez sur le billet pour l’afficher en plein écran (soyez patient, car l’image pèse 75 MégaPixels). Une fois l’image affichée, vous pourrez cliquer sur la zone qui vous intéresse afin d’afficher les détails. Plus d’informations sur le site de la BCE.

Bing

Bing, ça vous dit quelque chose ? (Bing, pas Bling)
Une onomatopée, reprise par Proust dans “à la reherche du temps perdu” :
On entendait alors le bruit plus régulier de torrent de Marie Gineste qui, furieuse, faisait des réprimandes à sa soeur : « Allons, Céleste, veux-tu te taire ? Es-tu pas folle de parler à Monsieur comme cela ? » Céleste n’en faisait que sourire ; et comme je détestais qu’on m’attachât une serviette : « Mais non, Marie, regarde-le, bing, voilà qu’il s’est dressé tout droit comme un serpent. Un vrai serpent, je te dis. »
220px-Bing_Crosby_1942Le prénom d’un chanteur et acteur américain : Bing Crosby (1904-1977).
Mais Bing, c’est aussi le moteur de recherche de Microsoft, qui a succédé à Live Search et à MSN Search, et a été rendu public le 1er juin 2009. Bing, c’est aussi un ensemble de services, analogues à ceux que propose Google, en particulier un traducteur en ligne et une cartographie, avec des photos aériennes parfois plus colorées et plus détaillées que celles proposées par Google. Il est aussi facile d’intégrer une carte ou photo Bing que Gmaps dans un site web. Ainsi la petite photo, centrée sur le port d’Armor, qui figure en haut et à droite du site stquay.com, est issue de Bing. Vous ne vous en étiez peut-être pas aperçu, mais vous pouvez vous déplacer en cliquant sur l’image tout en déplaçant la souris ou le pointeur, et zoomer en arrière ou en avant avec la molette de la souris.
Alors, si vous êtes allergique aux hégémonies, optez pour Bing.

3D au Légué

Les ateliers de Saint-Brieuc Factory sont ouverts depuis le 6 octobre 2014 et déjà les démonstrations gratuites de 3D font le plein. Saint-Brieuc Factory, sous l’égide de la ville de Saint-Brieuc, met la 3D à la portée du grand public, avec un scanner 3D (MakerBot Digitizer) et une imprimante 3D (MakerBot Replicator 2).

Imprimer un objet en 3D, ça coûte 4€ la demi-heure, et il faut compter entre 1/2 heure et 2 heures pour imprimer des objets de quelques centimètres de côté.

La technologie n’est pas adaptée à une production en série, mais elle est parfaite pour la création de prototypes. Les fils thermofusibles utilisés sont en PLA (acide polyactique), obtenu à partir d’amidon de maïs, et parfaitement recyclable.

Une imprimante sur métal sera bientôt disponible…

Les images 3D sont créées grâce au logiciel gratuit Google Sketchup ou à partir du scan 3D d’un objet existant.

Scanner :2014-10-16 17.39.45 Objet à scanner :2014-10-16 17.39.17 Résultat du scan :2014-10-16 17.39.30
Imprimante :2014-10-16 17.38.36 Objet imprimé :2014-10-16 17.41.06

Cartographie en ligne

La plupart des internautes connaissent Google Maps, le service gratuit de cartographie en ligne, lancé en France le 27 avril 2006, avec une couverture par photos aériennes, intégrée depuis le 12 septembre 2007.
Mais ce que moins de gens savent, c’est qu’il existe d’autres cartographies en ligne au moins aussi performantes, je n’en citerai que deux :
Géoportail, qui outre des photographies aériennes à grande échelle et de bonne qualité, offre également les cartes IGN, les parcelles cadastrales, les cours d’eau, etc.
Here, qui offre des photos aériennes de meilleure qualité que Google Maps ou Géoportail, et qui est doté, comme le premier, d’une fonction itinéraires. Les photos ont identiques à celle de Bing, le moteur de recherche par défaut de Microsoft.
Signalons également l’application cartes, installée par défaut sur les ordinateurs tournant sur Windows 8.1, qui utilise également les données fournies par Bing.
A titre d’exemple, voici des copies d’écrans de l’aire de carénage de Saint-Quay-Portrieux, avec ces trois applications :

Google Maps (cliquer sur le lien pour accéder directement à la vue satellite):
gmaps2

Géoportail :
geoportail2

Here (cliquer sur le lien, choisir “satellite” dans le menu “cartes”) :
here2

Force est de constater que la photo aérienne de Google Maps date d’avant la construction de l’aire de carénage.

AKINCILAR

AKINCILARL’ancien site web de la ville de Saint-Quay-Portrieux a été défacé par le groupe ottoman AKINCILAR. Mais à quoi ressemble un site défacé par AKINCILAR ? Vous pouvez en voir un exemple ici. Le logo et la musique d’AKINCILAR vont s’afficher pendant 20 secondes, puis vous serez redirigé automatiquement vers stquay.com.

Visiteurs Ukrainiens

carteRBizarrement, d’après mon outil de statistiques, les visiteurs du site stquay.com se partagent essentiellement entre les USA (30%), la France (29,79%) et l’Ukraine (27,29%), d’après les statistiques d’aujourd’hui 16 août 2014. Pour les Etats-Unis, cela n’est pas étonnant, car beaucoup de serveurs, moteurs de recherche et proxys y sont hébergés, mais pour l’Ukraine, mystère. A moins que cela vienne de l’article sur le contournement de la zone du crash du vol MH17 ?
Bienvenue aux internautes Ukrainiens, de tous bords, en cette période douloureuse.