Stop aux micro-giratoires !

Les giratoires ou carrefours giratoires, ou rond-points avec priorité à gauche, on connaît, la France est championne d’Europe en la matière. Gilles Picolet dans un précédent article a expliqué comment se comporter dans ces carrefours.

Ce qui me chagrine, ce sont ces micro-giratoires, avec un îlot central de la taille d’une grosse pizza qu’il est impossible de contourner pour revenir d’où on vient. Ces giratoires de poupées sont protégés par des panneaux de priorité et j’ai le sentiment que le véhicule prioritaire est celui qui craint le moins pour la peinture de sa carrosserie. Pour ma part, ne sachant pas qui doit passer en premier, je cède le passage systématiquement.

Voici ce qu’écrit Wikipédia à leur sujet : Il est également possible de rencontrer des “micro-giratoire” dont le diamètre extérieur peut être inférieur à 8 et même 6 mètres. La zone entourant l’îlot central ne peut plus être considérée comme une chaussée, puisqu’un véhicule léger classique ne peut y circuler normalement. Un tel carrefour étant dépourvu d’une chaussée circulaire digne de ce nom, il ne peut plus être considéré comme un carrefour giratoire. Un tel dispositif amène à prôner une notion de priorité à gauche et la mise en place d’une notion de priorité pour couper la route d’un véhicule venant en face afin de tourner à gauche, toutes notions absolument contraires au code de la route et créant une situation de risques et dangers extrêmes même pour les conducteurs les plus prudents.

Opération voisins vigilants à Saint-Quay-Portrieux

L’opération “Voisins Vigilants”, lancée il y a quelques mois par la municipalité porte enfin ses fruits. Un premier résultat notable grâce à la dénonciation d’un citoyen de la ville, un ressortissant français, que nous appellerons “Monsieur B.”, qui aurait stationné sa voiture devant chez lui pour décharger ses courses, l’été dernier. Une situation inacceptable révélée par une “autorité en pointe” de la ville. L’individu est en fuite, il aurait quitté Saint-Quay-Portrieux, mais il est activement recherché par les équipes du réseau “Voisins Vigilants”, et il devrait être rapidement retrouvé et interpellé. Le dispositif “Voisins Vigilants” avec son réseau d’informateurs et de référents (pour la plupart d’anciens fonctionnaires de police et de gendarmerie), couplé à un réseau de caméras de surveillance réparties sur tout le territoire de la commune et qui observent 24 h sur 24 les mouvements des citoyens, a permis de faire baisser considérablement la criminalité ces derniers mois, et il est désormais possible de circuler dans les rues de Saint-Quay-Portrieux à la nuit tombée sans risque de se faire attaquer par un sauvageon ou de se faire voler son porte-monnaie par un dealer. Un coup de chapeau à l’équipe municipale qui peut être fière du dispositif mis en place.

Matraque télescopique et Théo : viol ou accident ?

La matraque ou bâton télescopique, portée par les forces de l’ordre est notamment efficace contre un agresseur portant une arme blanche. Venant dans le prolongement du bras, elle permet de porter des coups à une certaine distance, en décuplant fortement la force de frappe, grâce en particulier à la boule en acier revêtue de caoutchouc à son extrémité). L’utilisation de la matraque nécessite peu d’apprentissage, contrairement aux autres armes de défense. Chacun sait naturellement manier un bâton. Elle reste efficace même si la personne qui l’utilise est paniquée et désordonnée dans ses mouvements (ce qui arrive généralement en cas d’agression). Quelle que soit la manière dont il l’agite, le porteur est pratiquement sûr de toucher sa cible à un moment ou un autre ! Ce qui n’est pas le cas avec la majorité des armes blanches qui exigent une grande maîtrise de leur utilisation, et surtout, un contact physique direct avec l’agresseur.

La matraque est une arme contondante classée en catégorie D (vente uniquement aux majeurs). Elle est réservée aux forces de l’ordre et il est interdit aux particuliers de la porter sur la voie publique. La vidéo ci-dessus montre 5 différentes frappes enseignées pour le maniement du bâton télescopique. Regardez bien la cinquième frappe (pas numérotée) : la piqûre. C’est la frappe qu’a exercée le policier et qui a conduit à l’introduction de la boule dans l’anus de la victime. Était-ce un acte délibéré ? Une piqûre portée vers les fesses sans vouloir viser l’anus ? L’analyse des vidéos image par image le dira, peut-être ?

En attendant, la frappe dite piqûre devrait être proscrite, sauf en cas d’urgence absolue.

Une classe maternelle ferme aux Embruns

Article corédigé par Michel Thépault et Denis Roques

Saint-Quay-Portrieux, le déclin continue.

Ecole maternelle les Embruns © Michel Thépault

Foyer des Jeunes Travailleurs © MT

Après les récentes fermetures d’hôtels (le Gerbot d’Avoine, l’hôtel Saint-Quay), après la publication par l’INSEE des résultats du dernier recensement qui a révélé que la population de la commune venait de passer en dessous de 3000 habitants, c’est au tour de l’école. L’Inspection Académique envisage de fermer une classe à l’école maternelle des Embruns de Saint-Quay-Portrieux, ce qui provoque la colère des parents.
Moins d’enfants, la baisse de la population se confirme. Le maire a beau essayer de gonfler les statistiques en annonçant 300 nouveaux arrivants* dans la commune, personne n’est dupe.
(*) Un retraité venant de la région parisienne m’a confié qu’il avait été convié avec sa femme à une cérémonie d’accueil des nouveaux arrivants. Mais ça fait deux ans et demi que le couple s’est installé à Saint-Quay-Portrieux. Ils n’iront pas.

Non loin des Embruns, le foyer des jeunes travailleurs est quasiment vide, comme la résidence les Mimosas. Alors que les listes d’attente pour obtenir un HLM s’allongent partout en France France, Saint-Quay-Portrieux fait exception avec ses logements sociaux vacants. Et on en construit d’autres… Parallèlement le prix de l’immobilier s’effondre, les terrains à bâtir sont pléthore et ne se vendent que lorsqu’ils sont bradés.

Comment expliquer la perte de vitesse de notre commune ?

J’ai quelques pistes, ça fera l’objet d’un prochain article, merci d’avance pour vos contributions…

Le sens interdit rue de Dol les jours de marché

A Saint-Quay-Portrieux, les travaux d’aménagement de la rue de Dol semblent toucher à leur fin, et il ne reste plus qu’à planter des arbres adaptés à la ville et au climat. Avant les travaux, la rue était balisée et mise à double sens les jours de marché, de façon à permettre la continuité de la liaison automobile Saint-Quay ► Portrieux. Ça ne sera désormais plus possible car elle n’offre désormais plus qu’une voie de circulation unique et la file réservée au stationnement, parsemée d’îlots végétalisés, ne sera plus utilisable.
Je lis sur le site de la ville : “Un dispositif particulier sera instauré le vendredi matin en raison du marché pour la circulation des véhicules légers, des poids lourds, et des bus.” (on aurait pu écrire “des véhicules automobiles” tout court).
Ce dispositif particulier ne doit pas être évident, comme en atteste la présence de cette voiture remontant la rue en sens interdit (photo prise ce matin, vendredi 13 janvier à 12h54).
Mais peut-être n’a-t-il tout simplement pas encore été mis en oeuvre.

© photo Michel Thépault

Gare du Musée d’Orsay ou Musée de la Gare d’Orsay

GARE à l’inversion

Il y eut autrefois une gare d’Orsay, reconvertie en un musée inauguré en 1980.
Désormais, il y a une gare (RER) du musée d’Orsay.
Le nid porte le nom du coucou, le parasite s’est approprié l’identité du coquillage.
C’est une amusante inversion de sens, une forme de métonymie, disent les linguistes, un troc des éponymes, le symbole de la Musée-société dans laquelle nous évoluerons.

[Article publié Dimanche 8 janvier 2017 par Serge Federbusch, sur son site DELANOPOLIS, dans la rubrique Clins d’oeil, des images subreptices de Paris, reflets de notre époque…]

Ces communes qui ont vu leur population doubler

Mairie d'AulanLe recensement de la population française effectué en 2014 a été publié le 2 janvier 2017. Deux communes ont vu leur population plus que doubler entre les recensements de 2009 et de 2014 : Aulan (26018) voit sa population augmenter de 150 % (en photo, la Mairie) et Baren (31046) de 120%.
Mais ces deux communes sont peu peuplées : Aulan voit sa population passer de 4 à 10 habitants et Baren de 5 à 11 habitants. Statu-quo à Rochefourchat (26274) qui reste la commune la moins peuplée de France avec 1 habitant, mais un habitant de plus à Majastres (04107), qui passe de 2 à 3 habitants.

Pour les plus grandes communes, celles qui m’intéressent, Asnières sur Seine où j’habite voit sa population augmenter de 81 603 à 86 799 habitants, La Grande-Motte de 8 391 à 8 623, Marseille de 855 393 à 858 120, Paris voit sa population baisser de 2 234 105 à 2 220 445, Saint-Brieuc de 46 013 à 45 207 et Saint-Quay-Portrieux de 3060 à 2937.

La source est ici : Statistiques INSEE

Les cinq plus grandes villes françaises sont toujours dans l’ordre Paris, Marseille, Lyon, Toulouse et Nice, mais l’écart se resserre à la troisième place entre Lyon (506 615) et Toulouse (466 297). A la septième place, Montpellier (275 318) talonne Strasbourg (276 170), qu’elle devrait dépasser au prochain recensement.

Saint-Quay ne fait plus rêver

Saint-Quay-PortrieuxAprès la fermeture de l’hôtel le “Gerbot d’Avoine” voilà celle de l’hôtel “Saint-Quay”, qui cesse son activité pour des raisons économiques. Cela devient inquiétant pour l’avenir de la commune qui n’est plus attractive. Notre maire a fait beaucoup de promesses électorales, comme exemple la création d’un pôle entreprise réunissant commerçants et artisans mais hélas après presque trois années de mandat, on ne voit toujours rien venir.
Il est vrai que le maire est aujourd’hui plus préoccupé par sa course aux mandats : conseiller départemental, député…
Une question se pose : que faudrait-il faire pour rendre la ville plus attractive et plus dynamique ? Briser les verrous qu’imposent ceux qui ne veulent rien changer, saisir les opportunités, comme par exemple la construction d’un hôtel de balnéothérapie, boulevard du littoral, une occasion ratée, il y a quelques années. Saint-Quay-Portrieux aurait besoin d’un maire visionnaire qui sache écouter et qui sache s’entourer de personnes compétentes dans le développement économique.
Michel Thépault

L’hôtel Saint-Quay a mis la clé sous la porte

Hotel Saint-QuayA Noël déjà, j’avais été alerté sur la fermeture de cet hôtel, mais ça n’était pas encore officiel. L’hôtel “Saint-Quay” et le restaurant “Signatures” ont officiellement fermé le 1er janvier 2017, du coup, pour les statistiques, il n’y aura eu qu’une fermeture d’hôtel à Saint-Quay-Portrieux en 2016.
J’ai déjeuné au moins deux fois au restaurant signatures depuis son ouverture. Je me souviens que c’était bon, mais un peu cher, et que le gérant se la pétait un peu. Pour l’avoir entendu évoquer avec ferveur ses actions caritatives, je me souviens d’avoir eu l’impression qu’il était plus préoccupé par sa brocante et ses orphelinats en Inde que par la pérennité de son hôtel-restaurant, ce qui est au demeurant très noble de sa part.
Un sentiment renforcé à la lecture du “Télégramme” où je vois que suite à la fermeture de l’établissement, un vide-maison sera organisé le 14 janvier au profit de l’Association de l’enfance abandonnée. C’est très bien d’aider l’enfance abandonnée et les orphelinats en Inde, mais s’agissant d’une faillite, est-ce que la priorité du gérant ne devrait pas être de rembourser les créanciers et de verser au personnel ses indemnités de licenciement ?
Mais j’imagine qu’habilement l’hôtel-restaurant “Signatures” et la brocante située en face, l’annexe, ont été déclarés en tant qu’établissements distincts…

A lire aussi :
“Le Saint-Quay” devient «Signatures» © Le Télégramme
Philippe Desclozeaux ou la fibre de la générosité © Ouest France

PS :
L’hôtel restaurant “Signatures” est détenu par la société “DOMIPHIL”, SARL unipersonnelle dont le gérant et le propriétaire est Philippe Desclozeaux. J’imagine que “DOMIPHIL” correspond à DOMinique Taburet, le chef de cuisine et PHILippe Desclozeaux, le gérant. L’information publiée dans le “Télégramme” selon laquelle les deux compagnons seraient associés serait donc fausse.