L’hôtel Saint-Quay a mis la clé sous la porte

Hotel Saint-QuayA Noël déjà, j’avais été alerté sur la fermeture de cet hôtel, mais ça n’était pas encore officiel. L’hôtel “Saint-Quay” et le restaurant “Signatures” ont officiellement fermé le 1er janvier 2017, du coup, pour les statistiques, il n’y aura eu qu’une fermeture d’hôtel à Saint-Quay-Portrieux en 2016.
J’ai déjeuné au moins deux fois au restaurant signatures depuis son ouverture. Je me souviens que c’était bon, mais un peu cher, et que le gérant se la pétait un peu. Pour l’avoir entendu évoquer avec ferveur ses actions caritatives, je me souviens d’avoir eu l’impression qu’il était plus préoccupé par sa brocante et ses orphelinats en Inde que par la pérennité de son hôtel-restaurant, ce qui est au demeurant très noble de sa part.
Un sentiment renforcé à la lecture du “Télégramme” où je vois que suite à la fermeture de l’établissement, un vide-maison sera organisé le 14 janvier au profit de l’Association de l’enfance abandonnée. C’est très bien d’aider l’enfance abandonnée et les orphelinats en Inde, mais s’agissant d’une faillite, est-ce que la priorité du gérant ne devrait pas être de rembourser les créanciers et de verser au personnel ses indemnités de licenciement ?
Mais j’imagine qu’habilement l’hôtel-restaurant “Signatures” et la brocante située en face, l’annexe, ont été déclarés en tant qu’établissements distincts…

A lire aussi :
“Le Saint-Quay” devient «Signatures» © Le Télégramme
Philippe Desclozeaux ou la fibre de la générosité © Ouest France

PS :
L’hôtel restaurant “Signatures” est détenu par la société “DOMIPHIL”, SARL unipersonnelle dont le gérant et le propriétaire est Philippe Desclozeaux. J’imagine que “DOMIPHIL” correspond à DOMinique Taburet, le chef de cuisine et PHILippe Desclozeaux, le gérant. L’information publiée dans le “Télégramme” selon laquelle les deux compagnons seraient associés serait donc fausse.

6 commentaires sur “L’hôtel Saint-Quay a mis la clé sous la porte

  1. Je retiens surtout le dernier paragraphe de la diatribe, qui me plait mieux que les invectives adressées à des “fanatiques du socialisme”.
    Toutefois, recevoir des leçons de ce qu’est le socialisme par un homme de droite extrême, autoritaire et polémiste, vaut son pesant de cacahuètes ! C’est comme si je conseillais un homme riche de ce qu’il doit faire de sa fortune par échapper à l’impôt par tous les moyens !
    Mais on est loin de la fermeture de Signatures, qui visiblement ne lui convenait pas (ça peut arriver !) et qui a déclenché la nervosité de notre collègue. Avec des critiques acerbes de tels observateurs, on comprend que les établissements de la ville ferment les uns après les autres.
    Je ne fais effectivement pas grand chose (mis à part apporter ma contribution fiscale, utiliser les entreprises de la région et dépenser mes revenus lors de mes séjours) , mais lorsque je suis à Saint-Quay, je tente d’aider les commerces à vivre, à les soutenir au lieu de les enfoncer. C’est, à mon humble avis de “fanatique socialiste”, une façon plus positive de traiter les problèmes.

  2. M. Bruhat,
    Vous voudrez bien vous abstenir de tout commentaire à mon encontre.
    Prétendre, sur un blog, que je suis contre la justice et malhonnête, tient de la diffamation publique et répréhensible (s’il le faut, je poursuivrai).
    De plus, comme toujours, vos propos sont incompréhensibles et mensongers.
    Qui est ce M. Deschard que je ne connais pas ?
    La défaite cinglante de mon “ami” ? Vous seriez certainement surpris de mes opinions.
    C’est vous qui osez parler de sectarisme !
    Quant au “débat”, comment pouvez-vous utilisez ce mot que vous ignorez totalement en refusant tout avis divergent du votre ?
    Comparer le combat d’une municipalité pour faire venir une entreprise de taille avec la fermeture d’un restaurant élitiste me confirme votre ignorance dans le domaine de la gestion d’une commune (ce n’est pas mon cas après 23 ans de mandat).
    Il suffit “de se remuer un peu” dites-vous. Qu’avez-vous fait dans ce sens au lieu de vitupérer contre tout et tous ?
    Je confirme mon propos précédent et préfère que l’on s’attaque aux vrais problèmes de la Cité, dont, l’emploi, le logement, le développement économique, le petit commerce, etc., au profit des ménages modestes, que de passer son temps à soutenir un restaurant réservé à une élite.
    Pour moi c’est cela le vrai socialisme, et non le socialisme “Bo-Bo” !

  3. Monsieur Picolet est toujours aussi aimable et arrogant, comme son ami Deschard.
    Pour son information, je ne suis pas un fanatique du socialisme, mais un grand amateur de justice et d’honnêteté. Ce qui nous différencie.

    Il y a de très bons restaurants étoilés en Bretagne et on peut faire des centaines de km pour venir y trouver des instants de plaisir. Le plaisir n’ést ni de gauche ni de droite, ni réservé à la seule “Méditerranée”, ni à la seule élite de droite fillioniste ou estrosiste, Il est vraiment futile de faire du sectarisme sur ce genre de sujet et de personnaliser inutilement sur un sujet économique où tout le monde devrait se retrouver au lieu de tomber dans l’agressivité déplacée. A droite, rien n’a changé malgré la défaite cinglante de l’ami de Mr Picolet. On est prévenu…..

    Les socialistes, et plus généralement les gens de gauche, peuvent eux aussi suggérer des idées qui permettraient d’attirer des clients ( sans distinction d’origine, de confession, de profession, d’opinion,etc..) chez des restaurateurs quinocéens de qualité. Mr Picolet a peut-être des idées sur le sujet. J’en doute, Mais on peut toujours espérer. Ca vaudra mieux que les invectives pour faire avancer de débat.
    Pour terminer sur le dynamisme des municipalités, il me vient le souvenir de Jean-Louis Borloo, maire de Valenciennes, pour faire venir Toyota sur sa ville. Il y en a d’autre à gauche, mais je ne voudrais pas polémiquer. Il suffit de se remuer un peu..

  4. Il ne faut pas tout mettre sur le dos d’une municipalité, quelle qu’elle soit.
    Une Commune n’a aucun pouvoir sur l’ouverture d’un restaurant et sur son niveau de menu, tout comme n’importe quel commerce d’ailleurs.
    Si, dans certains cas, elle peut intervenir pour ouvrir des locaux communaux à des commerces, cela reste très limité et concerne souvent des zones particulièrement désertes.
    Concernant le restaurant “Signatures” l’analyse de Denis était bien éclairée.
    Un établissement hors de prix pour ce qu’il proposait et plus préoccupé par ses autres activités que la bonne marche du restaurant.
    Ses menus étaient loin d’être à la portée de toutes les bourses et je m’étonne que des fanatiques du socialisme réclament à grands cris des établissements de grande classe à St Quay…
    Ce qui peut-être valable sur la côte méditerranéenne ne l’est pas forcément sur les côtes d’Armor.

  5. Vraiment dommage, car ce restaurant était, selon moi, pratiquement le seul valable dans le coin.
    Je n’ai jamais été déçu par ce qui était proposé.
    Il devient quasiment impossible de monter des établissements hôteliers ou dégustatifs à Saint-Quay. Ou alors, il faudrait un 2 ou 3 étoiles pour attirer les gens qui viennent de loin.
    Ça manque aussi d’un peu de dynamisme et d’imagination du coté municipalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.