Il faut sauver le soldat Valls

Les primaires de la Belle Alliance Populaire ont placé Manuel Valls en deuxième position au premier tour.
L’ex premier ministre doit faire face à la fois :
1) aux frondeurs socialistes et à l’extrême gauche, mécontents de la politique social démocrate du gouvernement et en particulier très remontés contre la loi El Khomri,
2) à la droite et à l’extrême droite, mécontents de la politique de François Hollande, entre autres du Mariage pour Tous et de l’augmentation des impôts que paient les classes moyennes.
3) A la rancœur de François Hollande vis-à-vis de son ancien premier ministre et à son mépris affiché pour ces primaires auxquelles il se mord les doigts de n’avoir pas pu participer.
Qui plus est, le vote a été biaisé, car les primaires étant ouvertes à tous, sont venus voter, non seulement les sympathisants du Parti Socialiste (seulement 37%), mais aussi l’extrême gauche, le Centre, la Droite et le Front National. Et on s’aperçoit que parmi les électeurs de Manuel Valls, 56% sont sympathisants socialistes, alors qu’ils ne sont que 37% chez Benoît Hamon et 34% chez Arnaud Montebourg.
Le même phénomène s’était produit aux primaires de droite où des sympathisants de gauche étaient allés voter Alain Juppé pour barrer la route à Nicolas Sarkozy.
Les chiffres du sondage Harris Interactive réalisé hier dimanche à la sortie des urnes :

Electorat Gauche hors PS Parti Socialiste Droite Centre FN Sans préférence Autres
Benoît Hamon  32 37 10 12  9
Manuel Valls 14 56 14 11 5
Arnaud Montebourg  22 34 25 13  6
Ensemble 22 37 18 15 8

D’après ce sondage, il n’y avait que 37% de sympathisants socialistes parmi les électeurs. Sur la base d’une participation de 1,5 millions, cela ne représente que 550 000 personnes.
Seule une forte mobilisation au second tour des sympathisants du parti socialiste pourrait faire gagner Manuel Valls.

5 réponses sur “Il faut sauver le soldat Valls”

  1. Monsieur Thépault
    Le mot d’austérité ne s’est pas appliqué à la France sortant à peine d’une grave crise provoquée par les américains. Sarkozy a laissé (à tort ou à raison) les déficit et la dette (5,7% du PIB et + 600 milliards de dettes). Pensez-vous que, si vous étiez créancier, vous ne souhaiteriez pas être rassuré sur vos capacités de rembourser ? Les pays que vous citez ont eu une politique d’austérité. Que dire de la malheureuse Grèce ? Je le répète, il l’a mal expliqué aux Français. Ce fut une grave erreur. Il le sait. mais “austérité” veut dire : baisse des salaires, baisse des pensions, augmentation des impôts et taxes, inflation.
    Grâce à notre système social, nous n’avons pas eu de baisse des salaires, ni des pensions, ni d’inflation. En revanche, pour tenter de réduire le déficit et la dette il fallait faire un effort sur les impôts et les taxes. Cet effort, tout le monde l’a fait. La France a réduit son déficit qui devrait être inférieur à 3% en 2017 et ainsi respecter nos engagements internationaux. Il en va de notre crédibilité, ce qui nous permet d’emprunter à des taux très bas pour payer le déficit de la Sécurité Sociale (en nette baisse lui aussi), les fonctionnaires et leurs retraites (inchangé). En revanche, la dette a augmentée mais à des taux très bas, voisins de l’Allemagne. Elle n’est pas prête de diminuer quelle que soit la future gouvernance.
    Je suis d’accord avec vous pour que nous changions de politique économique mais aussi faire des réformes structurelles importantes pour donner espoir aux jeunes. Hollande en a fait mais ce sont des demi-mesures. La France est en retard dans bien des domaines. Il faut rattraper ce retard et elle en a les moyens. Ce n’est qu’à ce prix que nous retrouverons le plein emploi et le chemin de la croissance.
    Vous revenez sur le discours de Hollande et la finance. C’était une formule de campagne comme en ont eu tous ses prédécesseurs. Ça lui a permis de conquérir le pouvoir. Il s’est vite rendu compte qu’il ne fallait pas trop chatouiller ce monde là si on voulait recourir à son argent pour nous financer. C’est du pragmatisme.
    En attendant, les impôts sur le revenu ont baissé comme promis, y compris pour les riches. On ne peut pas honnêtement le passer sous silence.

  2. Monsieur Bruhat, je vous remercie pour votre réponse mais néanmoins je pense que les cures d’austérité voulues par L’EUROPE ont mis à genoux plusieurs pays comme L’ITALIE, L’ESPAGNE et le PORTUGAL qui a changé de direction politique avec un gouvernement socialiste dirigé par ANTONIO COSTA et qui a lâché du lest sur sa dette et semble aller mieux.
    Les citoyens ont besoin d’espoir et pas que du sang et des larmes en particulier les jeunes qui n’auront connu que des crises à répétition.
    Les banques n’ont pas joué leur rôle pour prêter aux entreprises en difficultés, nos gouvernants n’ont pas posé des gardes fous, souvenons-nous que F HOLLANDE avait déclaré “mon ennemi c’est la finance”, mais que reste-t’il de ces beaux discours ?
    Je veux qu’on donne de l’avenir aux jeunes générations, en finir avec les politiques qui passent leur temps à nous mentir, mais c’est peut être je le reconnais une utopie.

  3. Pour répondre à Mr Thépaut et pour faire court : F. Hollande avait le choix au début de son quinquennat : soit laisser filer le déficit et la dette abyssale laissés par son prédécesseur, soit de montrer à nos créanciers étrangers que nous cherchions à redresser la barre de la dette et revenir aux 3% de déficit du PIB . Le but était de bénéficier de la confiance des marchés et d’avoir des taux d’emprunt voisins de l’Allemagne. Ce qui a été le cas.
    Hollande a fait le choix d’augmenter les impôts pour presque tout le monde, 75% pour les + riches, hausse de la TVA, etc. Le problème est qu’il ne l’a pas expliqué aux Français car il pensait que le pacte de responsabilité et le CICE allaient faire baisser le chômage. On se rappelle du badge de Gattaz sur la création de 1 million d’emplois. Résultat des courses : Hollande a été berné par le MEDEF, et les grosses sociétés ont pu enrichir leurs actionnaires et augmenter les salaires de leurs employés de 3% … avec l’argent du contribuable. On comprend le mécontentement.

    Sur le vote MLP, j’espère que les candidats concurrents seront assez pédagogues et persuasifs pour démontrer le programme catastrophique du FN pour la France. Sans l’Europe et sans l’Euro, nous sommes foutus. Comment allons-nous faire avec un peuple de 66 millions d’habitants, face aux 300 millions d’Américains, aux 250 millions de Russes et aux 1,3 milliard de Chinois ?
    Comme vous le soulignez, il faut d’urgence créer un gouvernement économique européen et une défense commune européenne pour compenser le retrait des Américains de l’OTAN et aider la France à maintenir une armée capable de nous défendre avec des moyens adaptés face aux ambitions hégémoniques européennes de Poutine.
    Tout le monde sait que MLP aime (tous) les dictateurs et qu’elle est prête à faire allégeance à ces tristes personnages. C’est une vendeuse de vent. Il faudra bien que les gens intelligents s’en aperçoivent avant de voter pour un suicide collectif.

  4. Il ne faut s’étonner quand les jeunes en particulier choisissent les extrêmes car les partis au pouvoir font le contraire de ce pourquoi il ont été élus.
    F HOLLANDE : ses conseillers économiques pendant la campagne lui avaient suggéré de ne pas faire une politique d’austérité comme avait fait son prédécesseur NS ; cela a conduit a conduit à une augmentation du chômage et de la pauvreté. On attend toujours les économies à faire au niveau de l’état, par exemple la suppression du sénat, de la moitié des agences de l’état, etc.
    De même, nous n’avons plus les moyens de régler les conflits militaire dans le monde.
    Enfin, pour conclure je pense qu’il peut y avoir une énorme surprise car je discute avec beaucoup
    de personnes de mon entourage et elles m’affirment qu’elle vont voter MLP en mai après avoir tout essayé.

  5. Décidément, les sortants ont bien du mal partout ! Le populisme lamine tous les partis.
    On marche sur la tête et on va droit vers une période de tension internationale très risquée.

    Quant à la France, avec les religions qui veulent reprendre le pouvoir face à la laïcité (manif anti-IVG dimanche dernier 40 ans après le vote de la loi !), et Fillon qui affiche maintenant sa pratique avec Pénélope ! C’est du grand n’importe quoi ! Voltaire, Rousseau, réveillez-vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.