Le burkini fait fureur sur les plages !

burkini

Seuls l’Euro de football et les jeux olympiques nous ont distrait d’une actualité oppressante. Après les attentats des sympathisants de l’Etat Islamique, l’interdiction du port du burkini sur les plages occupe le devant de l’actualité. Au nom de la sécurité, de la laïcité et de l’hygiène, plusieurs maires ont interdit le port d’un maillot de bain couvrant. Le slip ou short de bains pour les hommes et le bikini (inventé en 1946) pour les femmes n’ont pas toujours été de rigueur, il suffit pour s’en convaincre de regarder ces photos de plage datant du début du siècle dernier :

Bains 1900

A l’époque on venait à la plage tout habillé et les maillots de bains étaient très couvrants, non seulement pour les femmes :

Costume-Bains-1900

Mais pour les hommes aussi :

Costume-Bains-Homme-1900

Dans les années 1960, les gendarmes de Saint-Tropez faisaient la chasse aux nudistes, aujourd’hui ils verbalisent les burkinistes :

nudiste-burkini

Pourtant il y avait des plages où la cohabitation se passait plutôt bien, comme ici à Marseille :

burkini-marseille

Mais sur fond de guerre (contre qui ?) les maires entendent ainsi interdire l’affichage de signes religieux sur les plages, afin d’éviter les affrontements entre communautés. Pourquoi interdire le burkini sur les plages et ne pas interdire le Hidjab, le Tchador, la Djellaba, la Gandoura, le turban, etc. en ville ? Parce que la plage est un lieu où pauvres, riches, habitants de la ville et des campagnes se cotoient, alors qu’en dehors des vacances, chacun vit dans sa bulle.

Cependant cette interdiction, prise d’abord par des maires républicains, rejoints par des maires socialistes et validée par le premier ministre Manuel Valls, marque un tournant dans l’attitude des pouvoirs publics vis-à-vis des musulmans (en l’occurence il ne s’agit ni de djihadistes ni d’islamistes). Un tournant amorcé par l’incarcération d’une jeune fille de 16 ans qui n’avait rien fait, mais qui se vantait sur les réseaux sociaux d’être prête à commettre un attentat.

Après l’annulation des festivités en raison de l’attentat de Nice, une disproportion de la réaction envers la communauté musulmane serait à mon avis néfaste, car elle risque de donner encore plus de poids à l’Etat Islamique et à ses sympathisants implantés sur notre territoire. Il faut en revanche faire respecter les interdictions du port du Nikab et de la Burqa dans l’espace public et du voile partout où c’est interdit et ne pas céder sur les revendications communautaristes (menus dans les écoles, refus de la mixité, etc.).

Pour terminer, je reproduis un article publié par le site algerie-focus.com sous la plume d’Aziz Benyahia, à propos de la journée Burkini prévue dans un parc aquatique des Bouches du Rhône le samedi 10 septembre 2016 :

[+ afficher la suite]

Un week-end à Deauville

Un week-end à Deauville les 6 et 7 août 2016 :

Le Casino
Le casino

Les planches
Les planches

Les parasols
Les parasols

La plageLa plage publique

L'entrée du port de Deauville
L’entrée du port et la vue sur Trouville

les bateaux rentrent au port
La porte est ouverte (2h environ), les bateaux rentrent

Le portLe port (Trouville à gauche, Deauville à droite)

Le Café de Paris
Le Café de Paris

Une halle du marché
Une halle du marché

La maison d'Eugène Boudin
La maison d’Eugène Boudin

SAMSUNG CAMERA PICTURES
L’hôtel Normandy

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Le hall de l’hôtel

les feux d’artifices du 14 juillet

A la Grande Motte, dans le cadre du Festival Pyromélodique  ‘les nuits d’or, 7 feux d’artifices musicaux animeront les nuit chaudes du 6 juillet au 28 août 2016, avec chaque fois un artificier et un thème différents. Ce soir 14 juillet, le thème est l’Italie et l’artificier la ‘Scarpato Pyrotecnica’. Le feu d’artifice sera tiré depuis l’esplanade Maurice Justin, au sud du port.

Sillons de plage, baïnes ou bâches, attention !

AlbiziaJuin est peut-être le meilleur mois (avec septembre) pour profiter des stations balnéaires : des jours longs, des arbres et arbustes en fleurs (Albizia et Laurier Rose à La Grande Motte), une végétation luxuriante, une météo au beau fixe, tous les services et commerçants ouverts, des événements (fête de la musique, festivals, expositions…) et du monde juste comme il faut, ni trop ni pas assez, ce qui permet de profiter de la plage en toute tranquillité.

LaurierRoseFin juin, à la Grande Motte, l’eau était assez tiède, 20° au large et beaucoup plus au bord de la plage là où on a encore pied, pour rester nager ou barboter pendant des heures. La particularité des plages languedociennes est leur faible pente et la présence d’un petit banc de sable immergé à environ une cinquantaine de mètres du bord, qui crée une dépression parallèle au rivage. Quand on entre dans l’eau, on s’enfonce progressivement presque jusqu’à la ceinture, pour remonter avec le fond jusqu’à une profondeur de 10 à 60 centimètres suivant les mouvements des sables et le niveau de la pression atmosphérique (marée barométrique), ce qui donne parfois l’impression que les baigneurs marchent sur l’eau. Entre ce banc de sable et la plage, l’eau emprisonnée est beaucoup plus chaude et en revenant de nager au large ça donne une nette sensation de chaleur juste avant de sortir. Ces sillons existent sur beaucoup de plages dans le monde et ils peuvent être dangereux sur celles qui sont soumises à la marée, comme dans la Nouvelle Aquitaine où on les appelle des baïnes et dans les Hauts de France où on les appelle des bâches. Je n’en ai jamais observé sur les côtes bretonnes, même sur les grandes plages à faible pente de Binic et d’Etables sur Mer (la plage du Moulin). Sans doute parce que ces plages sont trop étroites. J’irai voir aux Rosaires… Profitons de la chaleur et du beau temps avant l’arrivée des juillettistes et bon été à tous.