Conseil municipal express à Saint-Quay-Portrieux

J’ai assisté au conseil municipal du 27/01/2017. Il a duré environ 30 minutes, il est vrai qu’il n’y avait que 6 points à l’ordre du jour, ce qui est inhabituel à Saint-Quay-Portrieux.

Thierry Simelière, le maire, a apporté des précisions sur le déroulement des travaux en cours au Portrieux, il a indiqué qu’il avait rencontré tous les commerçants, afin d’évoquer les nuisances occasionnées par le chantier.

J’ai été étonné par l’apathie des conseillers car il n’ont posé aucune question sur ce dossier important. L’adjoint aux travaux, Marcel Quélen, a communiqué les noms des entreprises retenues pour effectuer ces travaux. Il a annoncé les montants en s’emmêlant dans les chiffres, confondant les milliers d’euros et les millions d’euros dans l’attribution du gros-oeuvre à l’ entreprise EUROVIA  et ça a fait rire la faible assistance du public .

Qualité de l'eau à Saint-Quay-PortrieuxLa réunion s’est terminée avec une question diverse abordée par Thierry Simelière, sur la qualité de l’eau. La revue  QUE CHOISR a signalé dans ses colonnes que l’eau était de mauvaise qualité dans notre commune ainsi qu’a Binic Etables. Le maire a affirmé que le prélèvement incriminé avait été effectué sur un branchement plomb privé. Il n’y a donc aucune inquiétude à avoir car les branchements plomb sont remplacés progressivement par du polyéthylène (renseignement pris auprès de Veolia).

Je me suis demandé pourquoi le maire avait réuni son conseil pour aborder si peu de sujets, sans doute a-t-il de moins de temps à consacrer à notre commune, car très occupé par sa candidature aux législatives et par sa communication avec la presse locale, notamment pour essayer de faire croire qu’il va faire venir de nouveaux habitants à Saint-Quay-Portrieux .

Tout va très bien à Saint-Quay-Portrieux

Tout va très bien Madame la MarquiseLa cérémonie des vœux 2017, au Centre de Congrès de Saint-Quay-Portrieux, a commencé par un cirage de pompes lyrique du premier adjoint, François Héry, à l’endroit de notre Maire, Thierry Simelière, tous deux ont dressé un bilan flatteur de l’action de la municipalité. Le maire est revenu sur la démographie en baisse (4%) de la population municipale, en donnant un faux pourcentage (0,82%) et en expliquant qu’elle devrait être palliée par la construction de logements sociaux rue des Embruns et rue des Ecoles.
Quant à la fermeture des deux hôtels il a indiqué qu’il avait rencontré les propriétaires, pour les inciter à vendre, pour une mise aux normes pour les futurs acquéreurs.
Il a déclaré qu’il se préoccupait du désert médical à venir de la commune, mais il a signalé que faire venir des médecins ne se décrétait pas, qu’il y avait beaucoup de villes confrontées à ce problème et qu’il allait suivre ce dossier de près.
Il a minimisé l’impact de la fusion avec l’agglo, en mettant en avant le gel de nos impôts et en affirmant que nous conserverons nos barèmes actuels, comme cela a été voté en conseil d’agglomération (jusqu’au prochain vote…).
Nous conserverons aussi les compétences de notre Office de Tourisme sein de l’agglo.
Il a dit en substance que les fermetures d’hôtels n’auront pas d’incidence sur le classement de la station, car le classement été décrété en 2015 pour une durée de 12 ans, mais il a dit qu’il n’attendrait pas 11 ans pour remédier aux problèmes de la commune (j’espère qu’il ne sera plus là dans 11 ans).
Je persiste à penser que la municipalité a perdu beaucoup de temps pour se décider enfin à agir
pour enrayer le déclin de notre ville, qui a beaucoup d’atouts.
Enfin pour conclure je signale qu’il manquait beaucoup de conseillers de la majorité à la présentation de ces vœux et que je n’ai vu personne de moins de 40 ans dans cette assemblée.

Paroles, paroles, paroles, paroles, paroles et encore des paroles que tu sèmes au vent…

Coup de gueule contre nos politiques

PlourhanEn parcourant la presse ce matin, un commentaire a attiré mon attention, cela concernait l’élection du conseil de l’agglo de Saint-Brieuc. Il s’agissait de l’élection de 15 vices présidents dont un élu d’une commune voisine qui avait orienté son conseil municipal vers la fusion avec la communauté Lanvollon-Plouha-Leff, puis avait fait volte face et avait fait voter  le rattachement avec l’agglo. Je comprends maintenant pourquoi, car l’élu, qui avait  perdu deux de ses mandats, a privilégié son intérêt personnel à celui de ses administrés.
Je constate que nos élus locaux font la même cuisine que nos ténors nationaux et sont prêts à tout pour conserver leurs rémunérations et leurs avantages. Je crois que notre pays s’honorerait à faire comme nos voisins à en terminer avec le cumul des mandats et ne plus faire de la politique  à vie.
Il devrait y avoir des commissions de contrôle citoyennes pour vérifier leurs travaux et faire le bilan de leurs actions comme pour une entreprise avec ses salariés.

Saint-Quay ne fait plus rêver

Saint-Quay-PortrieuxAprès la fermeture de l’hôtel le “Gerbot d’Avoine” voilà celle de l’hôtel “Saint-Quay”, qui cesse son activité pour des raisons économiques. Cela devient inquiétant pour l’avenir de la commune qui n’est plus attractive. Notre maire a fait beaucoup de promesses électorales, comme exemple la création d’un pôle entreprise réunissant commerçants et artisans mais hélas après presque trois années de mandat, on ne voit toujours rien venir.
Il est vrai que le maire est aujourd’hui plus préoccupé par sa course aux mandats : conseiller départemental, député…
Une question se pose : que faudrait-il faire pour rendre la ville plus attractive et plus dynamique ? Briser les verrous qu’imposent ceux qui ne veulent rien changer, saisir les opportunités, comme par exemple la construction d’un hôtel de balnéothérapie, boulevard du littoral, une occasion ratée, il y a quelques années. Saint-Quay-Portrieux aurait besoin d’un maire visionnaire qui sache écouter et qui sache s’entourer de personnes compétentes dans le développement économique.
Michel Thépault