les migrants respectent la tradition de la terre brûlée

Après la nuit d’incendie dans la Jungle de Calais, la préfète du Pas-de-Calais évoque la tradition, chez la population migrante de détruire leur habitat avant de partir. Des propos étonnants ! Faut-il s’attendre à ce que les migrants mettent le feu aux nouveaux centres d’accueil où ils vont être hébergés comme à Düsseldorf au mois de juin ?

[+ afficher la suite]

Viande halal, lait fermenté, Lidl s’adapte à ses clients

Pour faire face à la demande de la clientèle musulmane, de plus en plus nombreuse et de plus en plus respectueuse des préceptes religieux islamiques, la chaîne d’alimentation Lidl adapte son offre. Ainsi, dans les magasins situés dans les quartiers “populaires”, selon l’euphémisme politiquement correct, le blanc de poulet remplace progressivement le jambon en tranches (jambon de Paris), les paupiettes de poulet ont remplacé les paupiettes de porc, et enfin, le lait frais demi écrémé, lancé il y a un an environ, a été retiré de la vente au profit de lait fermenté “Laban”. Un lait qui ne devrait pas déplaire aux bretons puisqu’il est très proche du lait “Ribot”.

Lait fermenté Laban

Islam, Islamisme, Islamophobie, explications…

Islam

allahou akbarL’Islam est la croyance religieuse des musulmans, enseignée par l’archange Gabriel* au prophète Mohammed (ou Mahomet), à partir du mardi 11 septembre 610, soit environ 12 ans avant l’an 1 de l’Hégire, mardi 16 juillet 622, jour du lancement officiel de l’islam auprès du public, le mardi étant de tous temps le jour important de la semaine, après les vendredis, samedis et dimanches consacrés aux religions monothéistes et les lundis, repos des commerçants, pensez aussi au mardi gras. Le 11 septembre 2001 était aussi un mardi…

(*) Gabriel était l’envoyé du Dieu des Juifs, Chrétiens et Musulmans, chargé de l’instruction des responsables religieux de la planète Terre : Judaïsme (Daniel), Christianisme  (Zacharie, Marie) et Islam (Mohammed). On reste sans nouvelles de lui depuis  le VIIème siècle.

Chez les catholiques, la communication est assurée par la vierge Marie au fil de ses apparitions, la première datant de l’an 850, la dernière du le 2 février 1995 (enquête toujours en cours), ainsi que par les saints, auteurs de miracles (Jean-Paul II, mère Thérésa). 

Islamisme

islamisme-nazismeL’Islamisme est un néologisme créé à partir du radical ‘islam‘ et du suffixe ‘isme‘, à l’image des mots ‘christianisme‘, ‘judaïsme‘, ‘catholicisme‘, ‘protestantisme‘, ‘bouddhisme‘, ‘communisme‘, ‘nazisme‘, etc.

Mais le doublet islamislamisme est d’une autre nature, car ici le nom de l’adepte est musulman et le nom de la religion est islam.

Aussi islamisme ne désigne pas la croyance des musulmans (islam), mais un mouvement politique issu de l’islam.

C’est ce que le gouvernement français, par la voix de son premier ministre, Manuel Valls, martèle depuis des mois.

Avec pour leitmotiv “renforcer l’islam affaiblit l’islamisme”.

Une théorie controversée, notamment par Eric Zemmour, qui affirme dans son dernier livre qu’islam et islamisme, c’est la même chose.

A vous de juger…

Islamophobie

islamophobieNéologisme créé à partir du radical islam et du suffixe phobie, issu du grec, qui signifie la peur. Étymologiquement le terme devrait désigner la peur de l’Islam, à l’image du terme claustrophobie (peur des espaces fermés), mais il a évolué vers une connotation négative à l’image  du mot homophobie.Car le mot signifiant la haine en grec n’est pas phobos (la peur), mais misos (la haine), comme dans misogyne ou misanthrope.

Contre les juifs on a préféré antisémite et contre les fachistes antifa. Mais la phonie a fait que ni miso ni anti ne formaient un beau mot avec musulman ou islam.

Alors on a choisi islamophobe, un terme qui désigne indifféremment ceux qui ont peur de l’Islam et des Musulmans et ceux qui les détestent ou qui les discriminent.

Autant il est légitime d’avoir peur de l’Islam, autant il est illégitime selon la loi française de discriminer les musulmans, car l’islamophobie est un délit.

Il n’y a plus de mot aujourd’hui pour désigner une personne qui aurait peur de l’islam, des islamistes ou des musulmans.

Bannir les mots efface-t-il le problème ?

L’explosion du tourisme halal à envoyé spécial

explosion tourisme halalUn reportage édifiant de Rim Khalifa et Julien Nativel, consacré à l’explosion du tourisme halal, diffusé jeudi 1er septembre dans la dernière édition d’envoyé spécial sur France 2.

“Tourisme Halal” ou “muslims-friendly” : un terme inventé par les professionnels du touristisme pour qualifier un marché en pleine expansion, qui pèse plus de 150 milliards de dollars à travers le monde. Parti de Malaisie, Turquie et des Emirats-Arabes-Unis, il s’attaque désormais à l’Occident.

Des hôtels halals voient le jour un peu partout en Europe, avec tapis de prière dans les chambres, et repas garantis 100% halal. Des chambres d’hôtes “muslim friendly” dans les châteaux d’Anjou, pour accueillir au mieux ces touristes soucieux de partir en vacances sans se couper de leur religion et de leur communauté.

Il y a encore quelques années, pour les Français musulmans, partir en vacances était synonyme de séjour dans le pays d’origine: Algérie, Maroc, Tunisie… Un retour aux racines pour des millions d’entre eux. Mais de plus en plus, les enfants d’immigrés comme les nouveaux convertis, font le choix de vacances à l’étranger, ou de partir à la découverte de la France. A condition que leur séjour soit organisé selon leurs préceptes religieux et à condition d’être seuls entre musulmans.

Le marché est énorme et les hôteliers et hébergeurs qui se lancent dans la formule voient leur chiffre d’affaires exploser. Piscines et ascenseurs réservés aux femmes (musulmanes), où les portables sont prohibés, pour éviter les photos en bikini ! Pour éviter d’être hors la loi, ces hébergements et centres de loisirs sont censés être ouverts à tous, quelque soit la religion, mais personne n’est dupe…

Ainsi après le communautarisme, une nouvelle forme d’arpatheid ou de ségrégation est en train de voir le jour. Un apartheid basé non pas sur la couleur de la peau comme aux Etats-Unis ou en Afrique du Sud, mais sur la religion.

La religion avait déjà sa place :
– dans les lieux de cultes (évidemment, c’est la base),
– dans les cimetières : carré juif, carré musulman, cimetière protestant…,
– dans les écoles : écoles catholiques (ouvertes à tous), écoles juives, écolas musulmanes ou coraniques (en principe interdites),
– dans les cantines : menus halal, casher.

Elle s’imisce désormais dans tous les pans de la vie en société, dans les loisirs, dans les hôpitaux, dans l’hôtellerie, sur les plages, dans les centres aquatiques.

Quelle sera la prochaine étape ?

Des wagons halal dans les trains et les métros , des HLM halal, des prisons halal, des bureaux halal dans les entreprises …?

Comment réagira la ligue des droits de l’homme, si prompte à saisir la justice lorsque la communauté musulmane est menacée ?

Si on accepte le communautarisme et qu’on reconnaît le droit des musulmans à être entre eux, il faut reconnaître aussi aux non musulmans, catholiques, juifs, protestants, boudhistes, athées.. le droit d’être entre eux aussi.

Ce n’est pas le cas : Samedi 27 août, un restaurateur de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) a refusé de servir deux clientes musulmanes voilées. Un fait jugé suffisamment grave par le parquet de Bobigny qui a décidé d’ouvrir une enquête pour “discrimination à caractère racial”.

[+ afficher la suite]

Le burkini interdit au Maroc pour raisons d’hygiène

Accés-piscinesOasiria est un des plus beaux parcs aquatiques marocains, installé à Marrakech, au Maroc, il ne compte pas moins de 8 piscines, 20 attractions, 17 pistes de glisse, et 9 millions de m3 d’eau.

Sur le site internet oasiria.com, il est précisé que pour des raisons d’hygiène, le burkini est interdit dans les piscines, comme en atteste ce panneau.

Cependant, aucune plainte émanant d’un quelconque Comité contre l’islamophobie n’a été déposée à l’encontre du parc aquatique.

Qu’est-ce qu’on fait là, chef ?

burkini

[+ afficher la suite]

Google et la Jungle de Calais

Je serai demain samedi dans le Pas de Calais et je voulais savoir où se trouvaient exactement la “Jungle de Calais” et l’entrée du tunnel sous la Manche. Une recherche sur Google Maps m’a dirigé vers les adresses suivantes :

La Jungle de Calais : The Jungle, Calais
L’entrée du tunnel : ننفق المانش، Peuplingues

Itinéraire en voiture entre la jungle et l’entrée du tunnel :

The Jungle - Eurotunnel

A noter sur la carte le nom en anglais de la Jungle de Calais, “The Jungle” et le nom en arabe du tunnel, “نفق المانش” signifiant “Tunnel sous la Manche”.

Des photos accompagnent la page consacrée à “The Jungle” :

Ainsi que des avis sur l’hébergement, comme s’il s’agissait d’une destination touristique, je cite les deux derniers publiés (j’ai corrigé les fautes d’anglais) :

Callum, il y a 3 semaines

I really enjoyed my stay here, would recommend to anyone looking for nice cheap reliable campsite with amazing onsite facilities and the people are really nice and friendly. I really enjoyed the 6 months I stayed in this amazing camp site! Now I’am in my lovely six bedroom house with my whole family and robbing the tax payers money.

Chris Cox, il y a un mois

A place people aspire to reach, where dreams are shattered, where hope is lost. And yet, a place where support is offered by people from all walks of life to those in desperate need. A place where those of us with the right kind of passport/visa can freely travel to and from … and yet where those in the most need of peace, freedom of expression and the right to education and work of their choosing are trapped. Shame on Europe.

Le burkini fait fureur sur les plages !

burkini

Seuls l’Euro de football et les jeux olympiques nous ont distrait d’une actualité oppressante. Après les attentats des sympathisants de l’Etat Islamique, l’interdiction du port du burkini sur les plages occupe le devant de l’actualité. Au nom de la sécurité, de la laïcité et de l’hygiène, plusieurs maires ont interdit le port d’un maillot de bain couvrant. Le slip ou short de bains pour les hommes et le bikini (inventé en 1946) pour les femmes n’ont pas toujours été de rigueur, il suffit pour s’en convaincre de regarder ces photos de plage datant du début du siècle dernier :

Bains 1900

A l’époque on venait à la plage tout habillé et les maillots de bains étaient très couvrants, non seulement pour les femmes :

Costume-Bains-1900

Mais pour les hommes aussi :

Costume-Bains-Homme-1900

Dans les années 1960, les gendarmes de Saint-Tropez faisaient la chasse aux nudistes, aujourd’hui ils verbalisent les burkinistes :

nudiste-burkini

Pourtant il y avait des plages où la cohabitation se passait plutôt bien, comme ici à Marseille :

burkini-marseille

Mais sur fond de guerre (contre qui ?) les maires entendent ainsi interdire l’affichage de signes religieux sur les plages, afin d’éviter les affrontements entre communautés. Pourquoi interdire le burkini sur les plages et ne pas interdire le Hidjab, le Tchador, la Djellaba, la Gandoura, le turban, etc. en ville ? Parce que la plage est un lieu où pauvres, riches, habitants de la ville et des campagnes se cotoient, alors qu’en dehors des vacances, chacun vit dans sa bulle.

Cependant cette interdiction, prise d’abord par des maires républicains, rejoints par des maires socialistes et validée par le premier ministre Manuel Valls, marque un tournant dans l’attitude des pouvoirs publics vis-à-vis des musulmans (en l’occurence il ne s’agit ni de djihadistes ni d’islamistes). Un tournant amorcé par l’incarcération d’une jeune fille de 16 ans qui n’avait rien fait, mais qui se vantait sur les réseaux sociaux d’être prête à commettre un attentat.

Après l’annulation des festivités en raison de l’attentat de Nice, une disproportion de la réaction envers la communauté musulmane serait à mon avis néfaste, car elle risque de donner encore plus de poids à l’Etat Islamique et à ses sympathisants implantés sur notre territoire. Il faut en revanche faire respecter les interdictions du port du Nikab et de la Burqa dans l’espace public et du voile partout où c’est interdit et ne pas céder sur les revendications communautaristes (menus dans les écoles, refus de la mixité, etc.).

Pour terminer, je reproduis un article publié par le site algerie-focus.com sous la plume d’Aziz Benyahia, à propos de la journée Burkini prévue dans un parc aquatique des Bouches du Rhône le samedi 10 septembre 2016 :

[+ afficher la suite]

On ne gagne pas une guerre en baissant les bras

Braderie de Lille

L’annulation de la braderie de Lille, qui devait avoir lieu dans un mois, les 3 et 4 septembre prochain m’a laissé pantois. En supprimant cette fête, en renonçant à nos traditions, à nos coutumes, à nos fêtes, à notre façon de vivre, nous reculons face à l’Etat Islamique, et nous décuplons les effets et les conséquences des attentats précédents.

Pour Martine Aubry, la maire de Lille, qui a pris cette décision, de concert avec Michel Lalande, le préfet du Nord, c’est un acte de courage. C’est bien sûr du courage de se mettre à dos la population et les acteurs économiques et sociaux.

Mais dans le cadre de la guerre que la France a engagée contre l’Etat Islamique, ce n’est pas du courage, c’est de la lâcheté. Le courage, c’était maintenir l’événement coûte que coûte, en prenant toutes les dispositions visant à prévenir un attentat, en mobilisant les forces vives, les commerçants, les exposants, les visiteurs, en faisant venir l’armée si nécessaire, pour crier à l’Etat Islamique : “même pas peur”.

Un revirement de la municipalité, car au lendemain de l’attentat de Nice il n’était pas du tout question d’annulation, cf. Nord Eclair du vendredi 15 juillet 2016 :
“La Braderie se prépare main dans la main avec les services de l’État, explique ce vendredi la ville. S’agissant d’un événement national, le préfet décide de son organisation. Mais aujourd’hui, il n’y a absolument rien laissant entendre qu’on irait vers une annulation.”

Il paraît qu’on ne peut pas sécuriser 2 millions de personnes dans un coeur de ville avec des rues étroites. On devrait quand même pouvoir empêcher un camion fou d’y rouler à toute allure !

L’enjeu est aujourd’hui beaucoup plus important, car ce sont 66 millions de personnes qu’il va falloir sécuriser, car la terreur peut frapper partout, on l’a vu dans la diversité de lieux et de méthodes des récents attentats.

Un des buts visés est de nous empêcher de mener la vie que nous aimons, nous empêcher de faire la fête, d’aimer qui nous voulons, de nous habiller comme nous voulons, de jouer de la musique, de boire de l’alcool, de regarder un feu d’artifice, d’aller à la messe, de ne pas croire en Dieu, etc.

Chaque renoncement est une nouvelle victoire de l’adversaire.

Non seulement nous renonçons sous la pression à nos valeurs, mais en même temps nous acceptons avec complaisance de nous plier aux exigences des autres : abattage rituel, menus casher, hallal, végétariens, végétaliens, port du voile, polygamie, ségrégation homme femme, mutilations sexuelles des bébés, et j’en passe.

Abu-Bakr-al-BaghdadiS’il y en a un à qui l’annulation de la braderie a fait plaisir, c’est bien Abou Bakr al-Baghdadi al-Husseini al-Qurashi, le calife de l’Etat Islamique.  Ce soir, après la prière du vendredi, il a fait un grande fête avec ses potes et il s’est gavé de Baklavas et de thé à la menthe.

Nous sommes en guerre contre un proto-état constitué de quelques villes au beau milieu d’un désert. En comparaison avec son maigre armement, constitué essentiellement d’armes légères, nos moyens sont énormes et nos pilotes ne prennent pas beaucoup de risques en larguant des bombes de leurs avions volant à haute altitude. Tuant ou blessant outre les djihadistes, des milliers de civils innocents, hommes, femmes et enfants. Des gens qui n’auraient jamais pensé à agresser la France et qui savent tout juste où c’est, la France. Des gens dont les vies ont été bouleversées par les guerres déclenchées par les occidentaux en Irak, en Afghanistan, en Lybie et (indirectement) en Syrie.

Le feu et la terreur des bombes rendent la population solidaire des groupes armés qui les protègent. Et mus par la haine de nos valeurs et par leur soif de vengeance, djihadistes et citoyens du Califat appellent par tous les canaux à leur disposition (publications, réseaux sociaux, agents de recrutement) leurs frères musulmans vivant en France à frapper ceux qui sont la cause de leur malheur.

Des frères qui recrutent d’autres frères en soif d’idéal, de plus en plus nombreux, prêts à mourir en martyrs pour leurs frères et pour leur foi. Des frères qui recrutent dans les écoles, dans les mosquées, dans les prisons où chaque séjour les renforce dans leur foi et leur prosélytisme.

Ils sont des centaines, ils seront bientôt des milliers à l’affût d’un coup d’éclat qui fera un grand nombre de victimes (Nice) ou qui frappera au cœur de nos valeurs (tuer un prêtre).

Break the cross : “Brisons les croix”, c’est l’appel lancé dans le magazine Dabiq n°15. La revue est parue juste après le meurtre du prêtre normand. Le titre a-t-il été changé pour coller à l’événement ? J’en doute. La guerre de religion est un élément incontournable du conflit.

Les djihadistes ont toujours un ou deux coups d’avance sur nous, ils frappent là où nous ne les attendons pas, ils ne referont peut-être plus jamais le coup du camion, mais pendant que nous serons occupés à poser des plots en béton au bord de tous les trottoirs, il prépareront d’autres attentats faisant appel à des stratégies que nous n’avons pas encore imaginées.

Difficile de savoir d’où surgira le prochain assaillant, quels seront ses moyens, ses cibles. Le prochain attentat peut arriver n’importe où et n’importe quand. Comme une bombe larguée sur le Califat.

Dans une guerre il y a des morts et des blessés de chaque côté, il fallait y penser avant de déclencher les hostilités. Pendant ce temps, des milliers de migrants continuent de franchir la méditerranée, certains périssent, mais heureusement pour eux la plupart sont secourus par les bons samaritains Européens. Où vont-ils ? C’est curieux, on n’en parle plus.

Allez, place aux JO, une actualité remplace l’autre et le 3 septembre les Lillois essaieront de s’amuser quand même.

Dabiq 15 : Brisons les croix

Dabiq 15 : Brisons Les CroixBrisons les Croix ! Tel est le titre de couverture du numéro 15 de DABIQ, le magazine de l’Etat Islamique, déjà abondamment commenté dans les médias. Et dont j’ai extrait un passage dans mon article précédent. Vous pouvez télécharger Dabiq 15 dans son intégralité, au format pdf, j’ai réduit le fichier original (51,3Mo) en un fichier compressé (7,06Mo) mais cependant parfaitement lisible.
En page 74, un long article est consacré à l’Eglise catholique et à ses papes, en commençant par Urbain II (l’initiateur de la première croisade) qui a appelé à la destruction de tous les musulmans qui répandent la règle d’Allah, en disant: “Au nom du Seigneur, nous supplions les hérauts du Christ de convaincre les personnes de tout rang, fantassins et chevaliers, pauvres et riches, de venir en aide rapidement aux chrétiens et de détruire cette race ignoble des terres de nos amis”, pour finir par François à qui il est reproché de ne pas stigmatiser les “sodomites” comme ceux qui étaient visés dans l’attentat d’Orlando.
Page 78 “par l’épée” avec une photo d’exécution au sabre. Nous ne sommes pas habitués à des exécutions aussi violentes, mais c’est monnaie courante dans les pays arabes comme en Arabie Saoudite, et on a coupé les têtes en France, sous la royauté avec une hache et un billot, et depuis la révolution jusqu’en 1977 avec une guillotine. La peine de mort a été abolie en 1981.