Un mois déjà…

Au départ ce blog était consacré à Saint-Quay-Portrieux où j’ai passé mes vacances d’été depuis 1977 et où j’ai résidé à plein temps de 2011 à 2016. Puis j’ai écrit sur mes voyages, sur ce qui m’interpellait dans l’actualité, sur des sujets divers et variés qui parfois n’intéressaient que moi. Et puis, il y a un mois pile aujourd’hui, Thomas quittait ce monde. Depuis, je lui ai consacré ce blog, pour préparer ses obsèques d’abord, puis pour recueillir des témoignages. Pour informer ses proches, ses amis, tous ceux qui l’ont côtoyé. Je continuerai à publier des témoignages, des textes et des photos sur Thomas…

Après les obsèques, la famille s’est retrouvée auprès des grand-parents paternels de Thomas, à Marseille, chez qui Thomas devait venir passer une semaine de vacances cet été. Pour le weekend du 15 août, nous nous retrouverons dans  sa famille maternelle, à Saint-Quay-Portrieux.

Pour ma part, je suis dans le midi depuis un peu plus de deux semaines, à Marseille et à La Grande Motte. Les températures ont été caniculaires, mais ça rend la piscine et la mer d’autant plus attrayantes.

Arrivés vendredi soir à La Grande Motte, nous sommes allés nous baigner en mer à 21h30, l’eau était à 26° et l’air à 36°, avec un peu de vent, même pas besoin de serviette pour se sécher.

Aujourd’hui dimanche, en milieu de matinée, j’ai loué pour une heure un « standup pedalboard » (vidéo ci-dessus), pour ceux qui ne connaissent pas, ça a la forme d’une planche de paddle, et c’est équipé de deux pédales, comme des pédales de step, et d’un guidon de vélo avec deux leviers de freins qui permettent de se diriger. J’ai fait plusieurs aller-retour du bord à la bouée des 300m en me laissant porter par les vagues au retour. A côté de ça, les paddle classiques avancent à l’allure d’un escargot. J’imagine que ce concept aura du succès. La planche est commercialisée par Hobie, sous le nom de « Mirage Eclipse ». Ça existe depuis le printemps 2016. Sur la vidéo ci-dessous, les planchistes placent leur pieds tout à l’arrière des pédales, pour ma part, je les met plus en avant, ça fait moins de débattement et ça suffit à avancer, peut-être moins vite, mais une heure, c’est long. Le tarif de location (La Grande Motte) : 20€ de l’heure, pas de caution ni de carte d’identité demandée, juste un papier à remplir.

L’après-midi, nous sommes allés nous balader en vélo au Grau du Roi, un grand catamaran était sur le point de partir, nous avons embarqué pour une croisière d’une heure à la voile qui nous a amené jusqu’à La Grande Motte, retour au Grau du Roi en passant devant Port Camargue. Sortie très agréable, le bateau est très stable, aucun roulis, seul un léger tangage face à la houle. Le tarif : 8€ pour une sortie d’une heure.

Bain de mer au retour, l’eau est tellement chaude qu’on y resterait durant des heures.

Menaces sur La Grande Motte

J’ai assisté ce soir à l’assemblée générale de l’association la vigie citoyenne grand-mottoise.
Après la présentation par le président, Claude Delhoume des actions de l’année écoulée et des enjeux des projets d’urbanisme de la municipalité, j’ai pris conscience du risque de voir notre station bétonnée à outrance, de voir nos espaces verts, notre domaine maritime et les rares espaces non bâtis livrés à la cupidité des promoteurs.
La municipalité a la volonté de développer la station, d’agrandir le port, de faire venir des entreprises et des commerces, de construire des logements. La fonction de Maire est ainsi faite que certains considèrent plus leur ville comme une entité qu’il faut développer et faire prospérer que comme un héritage qu’il faut préserver.
La Grande Motte n’est pas une ville comme une autre, c’est une des rares réussites architecturales des trente glorieuses. Vingt ans entre les premières pyramides, livrées en 1968 et les dernières constructions marquantes, la mairie, la thalasso et le collège. Jean Balladur, l’architecte de ce projet, aura vécu assez longtemps pour en voir la fin.
Ce projet architectural est cohérent, harmonieux et équilibré, hôtels, studios cabines, appartements, villas, campings, port, plages, étang, espaces verts, golf, il y a des hébergements et des activités pour toutes les bourses et pour tous les goûts. Ce projet est aujourd’hui achevé, évitons de le saboter en densifiant les constructions, en rognant sur les plages, sur les espaces verts, sur les parkings, ne laissons pas de nouveaux immeubles cacher la vue des anciens. L’appétit des promoteurs est sans limites, répondre favorablement à leurs demandes, c’est ouvrir la boîte de Pandore.
A la fin de la réunion, quelqu’un a posé la question : quel intérêt présentent les projets de la Mairie pour les citoyens de La Grande Motte ? Je vous laisse deviner la réponse de l’assemblée.
Heureusement que des associations, comme la vigie citoyenne grand-mottoise sont là pour modérer les ambitions du maire et des promoteurs.

Les migrants de Saint Brevin l’Océan

impacts de balles sur le Centre CCAS de Saint Brevin l'Ocean

Saint Brevin l’Océan s’apprête à accueillir 70 migrants dans le centre de vacances d’EDF, généreusement mis à disposition par la CGT, gestionnaire des activités sociales d’EDF depuis 1946. Le “Pavillon des Fleurs” est idéalement situé au cœur de l’artère principale à deux pas de la plage et du quartier des belles villas nichées dans la forêt de pins.

Les migrants de Calais vont être répartis dans différents établissements comme celui de Saint-Brevin, où ils bénéficieront d’un accueil à la hauteur de la réputation généreuse de la France.

Le centre de vacances d’EDF (CCAS) n’est ouvert que l’été, le reste de l’année il héberge les activités sociales du comité d’entreprise. D’où la bonne idée d’y loger temporairement des migrants, tout en leur dispensant une formation qui facilitera leur insertion.

Les Brevinois sont partagés sur ce projet d’accueil, selon leurs sensibilités, certains attendent pour se faire une opinion, certains sont fiers d’accueillir ces migrants, d’autres réunis au sein d’un comité de soutien s’opposent pacifiquement au projet, d’autres de façon plus belliqueuse, comme celui (ou ceux) qui a tiré des coups de feu dans les vitres de l’établissement (photo).

Grâce à Saint Brevin et grâce aux autres communes qui vont accueillir des migrants un peu partout en France, la promesse de François Hollande de démanteler complètement la jungle de Calais d’ici la fin de l’année sera peut-être tenue.

Mais 70 migrants à Saint Brevin, c’est peu comparé aux 2000 migrants qui s’embarquent tous les jours depuis les côtes libyennes. Combien faudra-t-il de Saint-Brévin pour les accueillir ?

Saint Augustin et l'enfantÇa me fait penser à Saint-Augustin et à sa rencontre avec un jeune enfant sur une plage d’Afrique du Nord, pas en Libye, mais dans l’actuelle Algérie. L’enfant était fort occupé, allant et venant sans cesse du rivage à la mer : il avait creusé dans le sable un petit bassin et allait chercher de l’eau de mer avec un coquillage pour la verser dans son trou. Le manège de cet enfant intrigua l’évêque qui lui demanda :
– Que fais-tu là ?
– Je veux mettre toute l’eau de la mer dans mon trou.
– Mais, mon petit, ce n’est pas possible ! La mer est si grande, et ton bassin est si petit !
– C’est vrai, mais j’aurai pourtant mis toute l’eau de la mer dans mon trou avant que vous ayez compris le mystère de la Sainte Trinité.
L’enfant était un ange…

La flore des dunes de La Grande Motte

Les dunes de La Grande Motte, désormais protégées par des ganivelles, abritent une flore variée :

La Grande Pyramide à La Grande Motte

L’été est loin d’être fini, à La Grande Motte, le ciel, le soleil et la mer sont à la même température qu’en juillet et le sable brûle les pieds.

La Grande Pyramide, samedi 10 septembre 2016.

Yongshu ou Fiery Cross Reef

Tensions en mer de Chine après la construction d’îles artificielles par la Chine.

Yongshu ou Fiery Cross Reef, est une base aéronavale chinoise bâtie sur un récif corallien des îles Spratleys en mer de Chine méridionale. L’île est contrôlée par la République populaire de Chine depuis 1988, date de la construction d’un observatoire de la vie marine, mais est revendiquée par les Philippines, le Viet-Nam et Taïwan.

La première photo du fondu enchaîné (2006) est extraite du site CSIS/AMTI, la seconde est un assemblage de photos Gmaps (2016). On mesure l’importance des travaux de terrassement (remblaiement par pompage de sable) réalisés pour transformer ce récif.

[+ afficher la suite]

Qu’est-ce qu’on fait là, chef ?

burkini

[+ afficher la suite]

Les plages de la côte d’Opale à 2 heures de Paris

La plage de Merlimont, dans le Pas de Calais, est à seulement deux heures en voiture du Nord de Paris par les autoroutes A15 et A16, l’idéal est de rejoindre l’A15 par l’A115 depuis Asnières ou par l’A86, l’accès depuis l’A1 prend un peu plus de temps. Quant au trajet en train, Paris-Nord Etaples prend environ  2h30. Si vous prenez lA16, je vous recommande de vous arrêter sur l’aire de la baie de Somme, peut-être la plus belle de toutes les autoroutes françaises.

Merlimont est une station familiale, avec de petites maisons coquettes, elle n’a pas été défigurée par des immeubles laids (Berck) ou imposants (Le Touquet). La plage est immense, profonde et large, presque 20 km de longueur, entre la baie d’Authie au sud (Berck) et la baie de Canche au Nord (Le Touquet) :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Vue rapprochée :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une eau tiède, 20° ce samedi 27 août :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Attention si vous ne savez pas bien nager (ou nager longtemps), la plage de très faible pente est légèrement ondulée de bancs de sable et de creux, les bâches, qui peuvent se révéler dangereuses pour les baigneurs imprudents :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

De fait, selon le niveau de la marée, il faut parfois marcher beaucoup pour perdre pied, et souvent le fond remonte au pont qu’à 100 mètre du rivage on n’a de l’eau que jusque aux chevilles.

Ambiance plus “classe” au Touquet, la station huppée avec ses belles maisons nichées au coeur de la forêt, son golf, son hôtel “Westminster”, mais avec un front de mer défiguré par des immeubles sans cachet au milieu desquels des villas d’époque font de la résistance :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Plus de chars à voile que de dériveurs ou catamarans :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Et la même plage qu’à Merlimont :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Balade dans les rues du Touquet avant de rentrer, il y avait un attroupement, c’était Nicolas Sarkozy qui dédicaçait son livre, nous n’avons pas fait le détour et sommes rentrés tranquillement à Asnières (sans aucun aucun ralentissement) où la chaleur était encore torride.

La Côte d’Opale bénéficie d’une belle orientation plein Ouest, avec coucher de soleil dans la mer à la clé, d’un bon ensoleillement et de températures de l’eau élevées eu égard à la latitude, une eau plus froide qu’en Méditerranée mais plus chaude qu’en Bretagne, sans doute en raison de la faible profondeur de la Manche. Nous sommes pourtant dans le Nord, maintenant les Hauts de France, une région attachante. Voici la carte des températures de la mer relevées dimanche 28 août 2016 :

sst

La semaine prochaine, cap au sud (dans le rouge) pour 3 semaines à La Grande Motte  je vous raconterai.

Le burkini fait fureur sur les plages !

burkini

Seuls l’Euro de football et les jeux olympiques nous ont distrait d’une actualité oppressante. Après les attentats des sympathisants de l’Etat Islamique, l’interdiction du port du burkini sur les plages occupe le devant de l’actualité. Au nom de la sécurité, de la laïcité et de l’hygiène, plusieurs maires ont interdit le port d’un maillot de bain couvrant. Le slip ou short de bains pour les hommes et le bikini (inventé en 1946) pour les femmes n’ont pas toujours été de rigueur, il suffit pour s’en convaincre de regarder ces photos de plage datant du début du siècle dernier :

Bains 1900

A l’époque on venait à la plage tout habillé et les maillots de bains étaient très couvrants, non seulement pour les femmes :

Costume-Bains-1900

Mais pour les hommes aussi :

Costume-Bains-Homme-1900

Dans les années 1960, les gendarmes de Saint-Tropez faisaient la chasse aux nudistes, aujourd’hui ils verbalisent les burkinistes :

nudiste-burkini

Pourtant il y avait des plages où la cohabitation se passait plutôt bien, comme ici à Marseille :

burkini-marseille

Mais sur fond de guerre (contre qui ?) les maires entendent ainsi interdire l’affichage de signes religieux sur les plages, afin d’éviter les affrontements entre communautés. Pourquoi interdire le burkini sur les plages et ne pas interdire le Hidjab, le Tchador, la Djellaba, la Gandoura, le turban, etc. en ville ? Parce que la plage est un lieu où pauvres, riches, habitants de la ville et des campagnes se cotoient, alors qu’en dehors des vacances, chacun vit dans sa bulle.

Cependant cette interdiction, prise d’abord par des maires républicains, rejoints par des maires socialistes et validée par le premier ministre Manuel Valls, marque un tournant dans l’attitude des pouvoirs publics vis-à-vis des musulmans (en l’occurence il ne s’agit ni de djihadistes ni d’islamistes). Un tournant amorcé par l’incarcération d’une jeune fille de 16 ans qui n’avait rien fait, mais qui se vantait sur les réseaux sociaux d’être prête à commettre un attentat.

Après l’annulation des festivités en raison de l’attentat de Nice, une disproportion de la réaction envers la communauté musulmane serait à mon avis néfaste, car elle risque de donner encore plus de poids à l’Etat Islamique et à ses sympathisants implantés sur notre territoire. Il faut en revanche faire respecter les interdictions du port du Nikab et de la Burqa dans l’espace public et du voile partout où c’est interdit et ne pas céder sur les revendications communautaristes (menus dans les écoles, refus de la mixité, etc.).

Pour terminer, je reproduis un article publié par le site algerie-focus.com sous la plume d’Aziz Benyahia, à propos de la journée Burkini prévue dans un parc aquatique des Bouches du Rhône le samedi 10 septembre 2016 :

[+ afficher la suite]