Le nid d’aigle de Gourdon

En arrivant à Gourdon, je me suis rappelé que j’y étais déjà passé il y a bien longtemps, dans les années 1980. Depuis ma dernière visite, le village a suivi l’évolution des villages touristiques avec de nombreuses échoppes et restaurants. Des produits locaux, ou étiquetés comme tels, verrerie, savons, eaux de toilette, parfums, nougats, miels, etc.

Le nom originel du village, il y a 1000 ans environ, était “Gordone” ce mot pourrait venir du gaélique Gor qui signifie grand et de Dún qui désigne un fort et qui se prononce Donne en gaélique irlandais, comme la ville d’Irlande Dún Laoghaire (prononciation Donne Liri).


Même avec un ciel gris, la vue est époustouflante.


Photo partielle du panoramique en céramique.


Le marronnier a poussé vite !


Comme dans beaucoup de vilages, beaucoup de pots de fleurs devant les maisons.


Le petit flûtiste


Les confiseries


Les parfums

La faune et la flore de Mouans-Sartoux

Mouans-Sartoux, une commune d’une dizaine de milliers d’habitants située à une dizaine de kilomètres au nord de Cannes, c’est là que je vais passer la semaine du 1er mai. Arrivé dimanche soir en TGV, heure, après un trajet sans encombre depuis Paris. 5h21 de voyage c’est beaucoup, heureusement le train n’était qu’à moitié rempli et les sièges en première sont très confortables. Une première classe accessible pour quelques euros de plus. Pluie sur Paris et foule vêtue de noir, soleil sur Cannes, bermudas et T shirts.

Cannes

L'Hôtel du Nord de Cannes
La façade face à la gare SNCF de Cannes avec le célèbre hôtel du nord et son sex shop au rez de chaussée. Cet hôtel miteux est le pire de toute la ville de Cannes : il est classé bon dernier par tripadvisor, 7 personnes sur 12 l’ayant jugé horrible, il est classé 121/126, mais les hôtels qui le suivent dans le classement n’ont reçu aucun avis à ce jour.

Mouans-Sartoux

La Fête du Miel à Mouans-Sartoux
A Mouans-Sartoux, la fête du miel bat son plein.

Eclaté d’une ruche.

La Fête du Au Miel à Mouans-Sartoux
Au milieu de la foule, ce monsieur était fier de montrer son iguane, l’animal a pris la couleur de sa peau et de son T shirt. C’est une femelle, âge de deux ans, elle n’est pas agressive et se laisse caresser sans rechigner.

La Fête du Miel à Mouans-Sartoux
Un stand était plus achalandé (+ de chalands) que les autres, j’en ai déduit que le miel du producteur devait être un des meilleurs, l’étiquette faisait artisanale contrairement à d’autres plus élaborées, j’ai demandé à Marc ce qui différenciait le miel bio des autres, il m’a dit  que c’étaient les matériaux utilisés pour les ruches qui devaient être qualifiés bio, c’est vrai que le miel est bio par essence, à moins que les abeilles aient butiné des fleurs de maïs ou de colza transgéniques. Son miel de garrigue est surtout à base de fleurs de thym, mais comme il y a d’autres fleurs que le thym dans la garrigue, il a préféré ce dernier terme. En tout cas, Mimi, la jeune chatte a flairé que le miel sentait bon.

Une terrasse au soleil

Une Terrasse au Soleil
Lundi matin, la terrasse ensoleillée.

Fleur de Courgette
Gros plan sur une fleur de courgette.

Fleur de Citronnier
Et sur une fleur de citronnier.

Voitures radar privées et C02

A picture taken on February 24, 2017 in Evreux, northwestern France shows the radar apparatus during the presentation of the radar control car. / AFP PHOTO / CHARLY TRIBALLEAU

Plus on roule vite, plus on a d’accidents

Pour les pouvoirs publics, la sécurité routière est avant tout liée à la vitesse : plus on roule vite, plus on a d’accidents. Oubliés les accidents liés à l’état des routes, aux poids lourds en surcharge, aux non respect des priorités, aux changements de direction sans clignotants, aux piétons qui traversent téléphone à l’oreille (et parfois avec une poussette ou des enfants) alors que le feu vient de passer au vert, aux cyclistes qui grillent les feux rouges, etc. L’excès de lenteur peut être dangereux, rappelez-vous la conductrice du bus scolaire à Millas, qui s’est engagée sur le passage à niveau à la vitesse de 12 km/h pour s’immobiliser ensuite au milieu de la voie ; si elle avait abordé l’intersection à 50 km/h, elle aurait eu assez d’élan pour casser aussi la barrière située de l’autre côté de la voie et dégager ainsi son bus. Rouler à une vitesse anormalement réduite (60 sur route, 80 sur autoroute) est d’ailleurs prohibé par le code de la route, et sanctionné.

Grâce aux GPS, il est relativement facile d’éviter d’être flashé par les radars fixes, et dans une moindre mesure par les radars mobiles, aussi les pouvoirs publics, dans leur grande sagesse, ont décidé de lancer une flotte de 323 voitures radar pilotées par des conducteurs privés, qui vont sillonner les routes de France 8 heures par jour et 365 jours par an pour traquer les délinquants du champignon. Pour ma part, je roule beaucoup (5000 km les deux derniers mois), et lorsque la circulation est fluide, je cale mon régulateur de vitesse 2 ou 3 km/h en dessous de la vitesse limite. Je suis parfois dépassé par d’autres véhicules, surtout des véhicules commerciaux, camionnettes et fourgons, mais avec un écart de vitesse de quelques km/h, peu dangereux quand la voie est libre. En revanche, sur le boulevard périphérique parisien et sur les autoroutes d’île de France, je vois de temps en temps des fous du volant zigzaguer à grande vitesse entre les files de voitures, ceux-là sont vraiment dangereux et ils devraient être arrêtés sur le champ, mais je doute de l’efficacité du nouveau dispositif sur des voitures volées ou portant de fausses plaques.

323 voitures radar, 365 jours par an, 8 heures par jour, à une vitesse moyenne de 80 km/h, des Peugeot 308 essence émettant 112 g de CO2 par km, ça produira 8 450 tonnes de CO2, soit 4 millions de m3, ou 5 millions de litres d’essence, aux frais du contribuable… et de la planète !

Mais l’écologie ne fait pas le poids en regard des vies sauvées et des centaines de millions d’euros d’amendes au crédit du trésor public.

Espérons seulement que la présence de ces dispositifs sur les voitures radars ne perturbera pas la visibilité des conducteurs privés au point de créer des accidents en plus.

Sécurité routière ou gros sous ?

95% des amendes concernent des excès de vitesse de moins de 20 km/h au-dessus de la vitesse autorisée, et 50% des amendes concernent de très petits excès de vitesse, de 1 à 5 km/h au-dessus de la vitesse autorisée, déduction faite de la marge d’erreur. Pour les gros rouleurs, ceux qui parcourent la France du nord au sud, d’est en ouest, sur route et sur autoroute, et passent quotidiennement devant des dizaines voire des centaines de radars fixes, ceux qui ont perdu presque tous leurs points, un par un, pour des excès de vitesse minimes, ceux qui sont confrontés plusieurs fois par jour à des refus de priorité et à des conduites dangereuses, le discours sécuritaire centré sur la vitesse passe mal, comme les stages de récupération de points auxquels ils doivent participer avec un grand sentiment d’injustice.

D’autres solutions existent

Le LAVIA, dont j’ai parlé dans l’article un régulateur de vitesse intelligent, permettrait de mettre fin aux excès de vitesse involontaires, ces dépassements de la vitesse autorisée du conducteur prudent qui regarde la route au lieu de garder les yeux rivés sur son compteur.
Il permettrait également, à condition qu’il ne puisse pas être désactivé, prévenir les grands excès de vitesse, les excès de vitesse volontaires des chauffards.
Et pour les véhicules non équipés de LAVIA, les programmes GPS (Waze, Here we go, Google Maps, Coyote, etc.) pourraient enregistrer en temps réel la vitesse et la position des automobiles et communiquer les excès de vitesse au centre national de traitement des infractions routières. Autrement dit, vous utilisez une application GPS = vous autorisez le service à communiquer votre vitesse.
Le rôle des autorités se bornerait à vérifier la conformité des véhicules et en particulier l’absence de détecteurs électroniques de radars illicites (fréquences radio).

J’ai suivi le fil bleu de Poitiers

En revenant d’Arcachon, dimanche 4 mars, comme nous étions en avance et que je voulais éviter les bouchons sur la N118 en rentrant à Paris, nous nous sommes arrêtés à Poitiers pour une visite rapide de la ville. Ne la connaissant pas, j’ai demandé à mon GPS de me conduire à la Cathédrale, pensant qu’elle était en centre ville. La voici, avec ses reflets en trompe l’œil dans le tarmac :

Nous nous éloignons de la cathédrale en suivant une ligne bleue (le fil bleu) tracée au sol :

Il y a même une boutique Free à Poitiers :

Le fil bleu nous conduit à l’église Notre Dame la Grande :

Autrefois les églises étaient peintes, à l’extérieur comme à l’intérieur, mais peu ont conservé leur peinture comme celle-ci :

Un centre ville réservé aux piétons qui a conservé ses maisons à colombages :

Ça vaut le coup de casser un long trajet autoroutier en s’arrêtant dans des villes moyennes. Poitiers valait le détour. Le fil bleu nous a permis de revenir à la voiture sans avoir à utiliser de GPS.

Les pièces de monnaie américaines

Aux Etats-Unis, encore plus qu’en France, les règlements dans les commerces s’effectuent par carte. Et dans la plupart des cas il n’est pas nécessaire de retirer de l’argent dans un distributeur de billets ou de changer des euros dans une banque. D’autant plus qu’à chaque retrait de billets dans un distributeur, outre la commission que prend votre banque, une commission fixe de 3$ est prélevée par la banque à qui appartient le distributeur. L’autre jour j’ai retiré 200 $ à un distributeur, et sur mon relevé de compte Boursorama, il était indiqué 203 $.

Il est cependant utile de posséder quelques dollars, ne serait-ce que pour se payer un sandwich, un fruit ou une friandise chez un marchand ambulant.

Les différences entre la monnaie américaine et la monnaie européenne :

Les billets sont tous verts et leurs dimensions sont très proches. Et il y a énormément de billets de 1 $ du fait que les pièces de 1 $, introduites au début des années 1970, ne sont plus produites depuis 2011 en raison du manque d’intérêt de la population pour ces pièces, dû essentiellement au maintien en parallèle du billet de 1 $. Quant aux pièces d’un demi-dollar, elles sont assez rares.

Les 4 pièces en circulation :​

Le penny, ou cent, d’une valeur de 0,01 $, a un diamètre de 19,02 mm et une épaisseur de 1,5 mm, et pèse 2,5 g, sa tranche est lisse. Elle est depuis 1982 en zinc recouvert de cuivre, au total elle contient 97,5 % de zinc et 2,5 % de cuivre. Depuis 1909, l’avers est à l’effigie d’Abraham Lincoln (né en 1809), et depuis 2010, le revers est orné du bouclier de l’Union, avec la mention E PLURIBUS UNUM.
Le Nickel, d’une valeur de 0,05 $, a un diamètre de 21,21 mm, une épaisseur de 1,95 mm et une masse de 5 g, sa tranche est cannelée. Il est en cupro-nickel, avec 67 % de cuivre et 25 % de nickel. Depuis 2006, l’avers est à l’effigie de Thomas Jefferson, 3ème président des Etats-Unis. Depuis 2006, l’avers est à l’effigie de Thomas Jefferson, 3ème président des Etats-Unis, et l’envers représente Monticello, sa résidence.
La dime, d’une valeur de 0,10 $, a un diamètre de 17,91 mm, une épaisseur de 1,35 mm et pèse 2,268 g, elle est en cuivre pur recouvert de cupro-nickel sur ses deux faces, laissant apparaître le cuivre sur la tranche cannelée, au total la pièce contient 91,67 % de cuivre et 8,33 % de nickel. Depuis 1946, l’avers est à l’effigie du président Franklin D. Roosevelt et l’envers représente une torche et des rameaux.
Le quart, d’une valeur de 0,25 $, a un diamètre de 24,26 mm, une épaisseur de 1,75 mm et une masse de 5,67 g, il est en cuivre pur recouvert de cupro-nickel sur ses deux faces, laissant apparaître le cuivre sur la tranche cannelée, au total la pièce contient 91,67 % de cuivre et 8,33 % de nickel. Depuis 1932, l’avers est à l’effigie du président George Washington et depuis 1999, l’envers est variable avec 5 gravures par an, j’ai choisi ici les Everglades en Floride.

Comme vous avez pu le constater, la Dime est plus petite que le Nickel, la raison en est qu’autrefois la Dime et la demi-dime (5 cents) étaient toutes les deux en argent, la 1/2 Dime mesurant 15,5 mm de diamètre. Mais quand la 1/2 Dime fut remplacée par le Nickel (en alliage de Nickel, comme son nom l’indique) son diamètre fut porté de 15,5 mm à 21,21 mm. Ça peut créer des confusions chez les Européens habitués à l’euro. Mais se tromper entre une pièce de 5 et 10 centimes, ça n’est pas bien grave.

Les pièces de monnaie valant si peu, peu de gens s’embarrassent de les transporter avec eux, on n’imaginerait pas ici de donner un pourboire ou de donner à l’église des pièces !

Alors quand on a reçu un rendu de monnaie en pièces, on les garde dans ses poches et on les vide au premier endroit venu : dans les vides-poche de la voiture, dans le coffre, à côté de la machine à laver, etc. C’est un peu comme les pièces jaunes de Bernadette et David.

Pile ou Face ?

Noter qu’en langage courant on parle de pile ou de face pour désigner respectivement le revers et l’avers d’une pièce de monnaie, en couture on parle d’endroit et d’envers, en imprimerie de recto et de verso (ou de dos), il y en a peut-être d’autres…

Coucher de soleil sur les Everglades

J’ai assisté au coucher de soleil sur les Everglades, hier soir vers 18h15 mais le ciel ne se prêtait pas à un rougeoiement intense. Le contraste est saisissant entre à l’ouest l’étendue sauvage et immense des Everglades, et à l’est les zones résidentielles sans interruption de Coral Springs jusqu’à la côte. L’autoroute 869, Sawgrass Expressway marque la limite entre ces deux mondes, l’un peuplé de poissons d’oiseaux et d’alligators et l’autre de voitures à quatre roues.

Quand j’ai quitté Paris, la météo annonçait de la pluie pour les 10 prochains jours, mais pas la moindre pluie si ce n’est une courte averse un matin, et depuis quelques jours, pas un nuage à l’horizon. La carte météo sur le journal du matin :

Peut-on se passer de crème fraîche ?

Hier je voulais faire une quiche, je rappelle les ingrédients de base : œufs, farine, crème fraîche et lardons. Pas de problème pour les œufs et la farine.

Ça se corse pour la crème fraîche, on en trouve, mais pas partout, et elle est chère : 6  à 7 $ pour un pot de 7 à 8 onces, à comparer avec un pot de même contenance chez Monoprix à 0,69 € ou à un pot d’AOP Isigny de contenance double (40 cl) à 2,95 € :

Pourquoi la crème fraîche est-elle si chère aux Etats-Unis ? Tout simplement parce que ce n’est pas un produit traditionnel en Amérique du Nord. Les américains utilisent à la place de la sour cream. Appelée crème aigre en France, crème sure au Canada francophone, crème acidulée en Suisse francophone, c’est un produit laitier riche en graisses, obtenu par la fermentation de la crème avec certaines bactéries produisant de l’acide lactique. La population microbiologique  aigrit et épaissit la crème.

Au goût je trouve qu’il n’y a pas beaucoup de différence avec la crème fraîche, un peu plus acidulée sans doute, mais la consistance est identique.

Alors pour ma quiche, j’ai utilisé de la sour cream, et pour les lardons, j’ai trouvé des tranches de lard (chair et gras) que j’ai découpées en lardons. J’ai rajouté un demi oignon et  poivrons. Et comme c’est une quiche sans pâte, j’ai ajouté deux cuillerées de farine dans la garniture, 30 minutes au four à 400° et c’est cuit.

Comme quoi on peut faire de la cuisine française en Amérique avec les ingrédients du crû.

Interstate 75 to Naples

L’interstate 75 est une autoroute qui relie Miami en Floride à Sault Ste Marie au Michigan, à la frontière Canadienne, sur un parcours de 3000 km. Elle traverse en particulier la Floride d’Est en Ouest, de Sunrise à Naples, notre destination d’aujourd’hui. Aux zones humides à l’est succèdent vers l’ouest les zones boisées, de feuillus et de conifères.

Arrivée à Naples :

Nous garons la voiture à Naples Pier :

Les “planches de Naples” :

La plage où je me suis baigné longuement, non loin de deux dauphins dont les nageoires dorsales et parfois le dos dépassaient de l’eau, mais ils étaient partis lorsque je suis revenu sur le sable, trop tard pour la photo :

Ces eaux sont très poissonneuses, voici les gros poissons les plus répandus, notez que le poisson bleu-vert au centre de la photo, nommé Dolphin, est également appelé Mahi-Mahi, à ne pas confondre avec le Dauphin qui est un cétacé :

Après le bain, direction Naples City Dock où nous trouvons un restaurant au bord de l’eau. Je trouve les huîtres de Floride (golfe du Mexique) un peu fades, pas iodées, aussi insipides que les Marennes Oléron que j’ai mangées à Noël, je préfère les huîtres des eaux froides, celles du Maine aux Etats-Unis, celles du New Brunswick au Canada, et surtout celles des Côtes d’Armor. Pour pallier le manque de goût, on les assaisonne ici avec du citron, de la sauce au vin au vinaigre et à l’ail (à gauche) de la sauce ketchup au raifort (au centre), ou du raifort adouci par des navets (à droite), ou encore avec du tabasco :

Le plat de résistance : crevettes, noix de Saint-Jacques et Mérou panés avec frites et coleslaw :

Non loin de là un pélican qui aurait certainement apprécié le déjeuner (sans les sauces) :

Notre voiture se contente de sans plomb à 2,659 le gallon, soit 0,58 € le litre, c’est bien la seule chose qui soit moins cher aux USA qu’en France. Le plein fait nous reprenons la 75 en direction de Coral Springs.

A suivre…

Miami : The Little Havana and Winwood

Quand je leur ai dit que j’allais passer 3 semaines à Coral Springs, mes amis de Chicago ont décidé de venir à ma rencontre et ils m’ont emmené aujourd’hui visiter the little Havana et Winwood à Miami.

The little Havana, c’est le quartier cubain, avec ses magasins de cigares, de ces cigares qu’on roule pour vous à la demande (si vous êtes fumeur de cigare), et ces cafés vestiges du passé :

Le coq doit être le symbole de la Havane, il y en a partout :

Une vieille américaine, comme à Cuba :

Même si ça consomme beaucoup, l’essence n’est pas chère :

3 $ le gallon de 3,785 litres, ça fait 0,65 € le litre

Après Little Havana, direction Winwood et la surprise de découvrir sur le mur d’un parking cette réinterprétation du Guernica de Picasso à la sauce Mickey :

L’environnement est au cœur des préoccupations des artistes :

Dommage qu’il y ait toujours une voiture devant, mais en même temps ça donne l’échelle :

En plus des voitures il y a quelques motos, pour la plupart des Harley Davidson, et des scooters de petite cylindrée.

Le port du casque est peu répandu et la sécurité n’est pas au cœur des priorités, il n’y a qu’à voir ce rétroviseur aux formes acérées :

Dans la cour d’une galerie de peinture :

Dans la galerie, un Valenz (Sergio Valenzuela), un tableau que j’aime particulièrement :

Et celui-ci dont j’ai oublié l’auteur :

Détail de la toile :

Une oeuvre de Phillip Michaels, acrylique sur toile, Phillip était présent à l’exposition et nous avons discuté avec lui un bon moment, originaire de Chicago, comme mes amis, il a installé son atelier à Miami. Son style est facilement identifiable, un lien vers sa galerie.

Février en Floride jour 1

Fuyant la pluie, les inondations, la neige et le froid, j’ai mis aujourd’hui le cap plein Ouest, direction Fort Lauderdale en Floride :

Vol très confortable à bord d’un Boeing 787 Dreamliner de Norwegian, l’avion n’était pas plein et assis dans l’allée centrale côté couloir, il n’y avait personne à côté de moi. J’ai trouvé le siège très confortable, de la place pour les jambes, un écran avec une belle image et des films récents. L’aller-retour m’avait coûté 278 € et j’avoue que je ne m’attendais pas à voyager aussi confortablement. Ce prix n’incluait ni la réservation de la place à l’avance, ni le bagage de soute ni le repas à bord. Mais ça ne m’a pas gêné car j’ai l’habitude de voyager léger et tout tenait dans ma valise, avec un poids de 8,5 kg. L’inconvénient est que je n’ai pu emporter ni liquides ni chocolats. J’avais quand même pris des provisions de bouche et des écouteurs de téléphone pour brancher sur l’écran. Avec 3 films, 2 sandwiches et un petit somme, les 10 heures de vol ne m’ont pas semblé longues. A l’arrivée, peu d’attente pour les formalités, comme d’habitude j’ai dû scanner mon passeport et mes empreintes digitales à une borne, ne pas sourire pour la photo, répondre pour la quatrième fois aux mêmes questions niaises, après quoi le passage devant l’officier de police a consisté à montrer le passeport et remettre le papier imprimé par la borne. En 20 minutes j’étais dehors, surpris par la douceur de la température. Direction Coral Springs.