Présitrack 2017 : les courbes se croisent

Je continue à publier tous les jours les résultats du sondage quotidien Présitrack 2017, pour y accéder, il vous suffit de cliquer sur le menu “Présitrack 2017” en haut et à droite de la page. Deux faits marquants aujourd’hui : le croisement des courbes de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon, Mélenchon parvient enfin à son but : passer devant le Parti Socialiste. Mais Benoît Hamon est-il le parti socialiste ? Pas sûr, si l’on voit le nombre de membres éminents de ce parti qui rejoignent Emmanuel Macron.

Un Emmanuel Macron qui fait désormais jeu égal avec Marine Le Pen, à eux deux ils rassemblent 50% des sondés.Les courbes vont-elles se croiser, comme l’indiquent un autre sondage, ou diverger à nouveau comme le 10 mars ?

Mes prévisions : je pense que l’écart entre Hamon et Mélenchon va s’accentuer, en même temps que les défections de socialistes soutiens de Hamon. Ça devrait renforcer Macron, mais en même temps le positionner plus à gauche qu’à droite et de fait, certains des républicains qui vont quitter Fillon devraient se reporter sur Nicolas Dupont-Aignan et en moindre mesure sur Marine Le Pen.

Au final, le vote utile, c’est Macron ou Le Pen, c’est une évidence pour les électeurs de gauche, mais pas pour ceux de droite qui sont privés d’un candidat qui honore leurs valeurs (dont l’honnêteté).

15 commentaires sur “Présitrack 2017 : les courbes se croisent

  1. Tout à fait, durant un an, ministère qu’il n’appréciait pas vraiment et qu’il a mal su diriger au temps de Mai 68.
    Il sera remplacé par Edgar Faure qui fera à peine un an à ce poste.

  2. Je reviens sur Alain Peyrefitte qui m’a rappelé un vieux souvenir. Je ne l’ai pas côtoyé. Mais lui m’a côtoyé ! Je m’explique : lors de la cérémonie du 11 novembre 1968 à Provins ( 77) , je lui ai présenté les armes. J’effectuais mon service militaire dans cette ville dont il était le maire. J’avais été désigné avec une douzaine de collègues conscrits pour lui présenter les armes. Il faisait très froid et nous sommes restés au garde à vous de très longues minutes. J’ai ainsi eu l’honneur d’approcher de près l’un des principaux ministres de De Gaulle. Je crois que Peyrefitte devait être à l’Education Nationale à cette période.

  3. Comment parler pour ne rien dire ?
    Et bien, voilà c’est fait avec le commentaire de St Bernard qui arrive, quand même, à égratigner une partie de la classe politique, en omettant, bien sur ceux qui sont de ses amis (bourrage de crâne).
    Calomniez, calomniiez, il en restera toujours quelque chose !… (citation attribuée à Francis Bacon)

  4. Effectivement, autres temps, autres moeurs chez les héritiers de Mongénéral qui ont souvent été impliqués dans de sales affaires.
    Il n’en demeure pas moins que la censure existait bien à l’époque ( “messieurs les censeurs, bonsoir !).
    Il a fallu attendre Mai 68 pour que ça progresse.

  5. Pour avoir côtoyé de trés près et assez longtemps Alain Peyrefitte, je peux vous révéler qu’il a toujours exécré ce poste de Ministre de l’Information.
    De même il a regretté que les ministres changent trop souvent de ministère, sans avoir le temps d’aller au bout de leur tâche.
    Le poste qu’il a préféré et dans lequel il a pu s’épanouir avec des lois, certes modifiées par un pouvoir dogmatique, mais toujours d’actualité, est celui de Ministre de la Justice.
    Mais il s’agissait d’un véritable homme d’état, qui “a usé ses culottes courtes d’homme politique” sur les bancs au côté de Charles De Gaulle.
    Autres temps, autres mœurs, il n’est pas certain que ces hommes et leurs politiques seraient le bon remède pour le monde actuel.
    Ce que l’on peut regretter, c’est leur dévouement, leur désintéressement personnel, leur patriotisme et une volonté de porter la France au plus haut.

  6. Le mot torche-cul employé quand il s’agit de journaux, quels qu’ils soient, démontre un déni de liberté d’expression. Est torche cul un média qui “contrarie” la personne qui le lit, ou qui dit la vérité, ou qui dit ce qu’il pense.
    Beaucoup de journaux et de médias sont victimes d’une censure permanente comme la Russie de Monsieur Poutine chère à deux candidats à notre présidentielle. Sans oublier, pour ceux de la génération 68, la censure du pouvoir gaulliste à l’époque de Mongénéral et de Alain Peyrefitte, son “ministre de l’Information”.
    Nostalgie et approbation de certaines méthodes de gouverner.

  7. Macron n’a pas réussi à doubler Le Pen, en revanche Hamon décroche au profit de Mélenchon qui se rapproche petit à petit de Fillon. Difficile à ce stade de donner le quarté dans l’ordre.
    Au niveau gauche droite on est à 51% pour la gauche et 49% pour la droite (j’ai compté Le Pen, Fillon, Dupont et Lassalle à droite, les autres à gauche).

  8. Quand même curieux ce Saint Bernard, qui, même si l’on est d’accord avec lui (voir mon commentaire concernant Fillon) cherche toujours à empoisonner l’atmosphère.
    Le peu de cerveau restant doit être bien atteint….

  9. M. Bruhat, vous commencez à outrepasser les limites de la décence et de l’honnêteté intellectuelle !
    La langue française appartient à tous ses concitoyens.
    Je ne vais donc pas me priver d’utiliser tel ou tel terme, simplement parce qu’il a déjà été employé par des fachos !
    Ce dernier terme pourrait d’ailleurs s’appliquer à vous compte tenu de vos insistances à maquiller la vérité et de votre mépris de vos concitoyens.
    Vous aurez, ainsi, rejoint la clique du “Grand Satan” par qui le FN a progressé.

  10. “Torche-culs”. C’est un qualificatif que j’ai entendu cette semaine dans un reportage sur France 2 (la chaîne gouvernementale diront certains) de la part d’habitants pro Fhaine de Hénin-Beaumont envers le quotidien “La Voix du Nord”, dont l’éditorialiste avait osé prendre parti contre la mairie de cette charmante ville.
    La liberté de la presse et d’expression existe donc encore et toujours dans ce pays !
    Le terme de “torche-cul” est donc un terme couramment utilisé par les partisans de ce parti démocratique qu’est le Fhaine… Bon à savoir pour les fidèles lecteurs de ce blog.

  11. Pitoyable et dramatique effectivement de voir un homme politique de ce niveau, accusé à tort ou à raison, se lancer dans une campagne de dénigrement de l’institution avec autant de verve et d’aplomb avec des affirmations apparemment mensongères.
    Bérégovoy, atteint dans son honneur s’était suicidé (je ne reviendrai pas sur les autres hypothèses plus ou moins farfelues), Fillon vient de signer sa mort politique en agissant ainsi.
    L’intelligence aurait été d’arrêter une défense haineuse et d’attendre le résultat de la justice.
    Certains torche-culs ont eu ce qu’ils voulaient, à qui le tour maintenant ?

  12. Le “cabinet noir” : dernière et ultime cartouche pour celui qui demandait à Jouyet de faire accélérer les procédures judiciaires contre Sarkozy ! Pitoyable et dramatique. Spectacle lamentable. Dommage pour son image. Il se consolera, comme Sarko : battu, il fera jouer son carnet d’adresses et jouera les intermédiaires chez Poutine pour gagner sa vie.

  13. J’ai regardé François Fillon hier soir, je trouve que son programme est un des plus crédibles, avec celui d’Emmanuel Macron. Dommage pour lui qu’il s’enfonce de plus dans ses déclarations. Rendre les costumes est une stupidité, c’est du sur mesures, qui va les porter ? C’était l’argent des costumes qu’il fallait rendre, mais Fillon en a-t-il la possibilité ? Privé désormais de l’argent des emplois fictifs, il est désormais obligé d’emprunter à droite et à gauche, à ceux qu’il a décorés quand il était ministre, au résau France Afrique, à sa famille, il va peut-être devoir vendre son château, quelle misère !

  14. Il faut toujours chercher une bonne raison pour justifier l’échec d’un candidat. Aujourd’hui, ce sont les médias, puis dernier en date, le cabinet noir et le complot ! Comme si Hollande était derrière chaque citoyen pour lui tenir son bulletin de vote ! Mais rappelez-vous : lors d’un déjeuner resté célèbre, qui était venu demander à J.P. Jouyet de faire accélérer les procédures judiciaires contre son ami Sarkozy ?
    On peut aussi se demander pourquoi le Fhaine est en tête à égalité avec En Marche.
    Il y a des programmes. Il y a une candidate fasciste avec un n°2 gaulliste. Il y a un candidat jeune, sans casseroles. Il y a un catho immoral candidat des riches. On a le choix.
    Chacun soutient ce qu’il estime être le meilleur pour l’avenir de la France. Un candidat “central” qui prenne le meilleur des deux camps et qui veut renouveler le personnel politique ? Les Français en ont peut-être assez du clivage improductif ?

  15. Bien difficile de savoir, aujourd’hui, qui présidera aux destinés de la France.
    Et les instituts de sondage se sont souvent plantés ces dernières années.
    Les électeurs sont bien désappointés, surtout lorsque les médias s’en mêlent de manière honteuse.
    L’exemple de TF1 qui organise un débat avec une petite partie des candidats reflète bien le manque d’indépendance des journalistes.
    Cela donne plutôt envie de voter pour les “petits” qui n’ont pas été conviés à la table.
    Et pourquoi pas Arthaud, Poutou, Cheminade, Asselineau, Dupont-Aignan, Lassalle ?
    Aucun des programmes des candidats n’est crédible, tant sur la position de l’Europe que sur le mode de financement des mesures proposées.
    Un mélange de chacun d’entre eux ferait, peut-être, un candidat sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.